Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Brouillon

 

 

 

 

 

Edito corrigé.jpg
 

 

 

Ste Foy-de-Belvès, tout là haut sur ces reliefs sylvestres dominant la Beuze, pourrait passer pour une commune quelconque de la ruralité la plus profonde s'il n'y avait pas, là dans ces escarpements, une bâtisse presque impressionnante où l'histoire locale a pris racine avec une mission, une des plus belles missions du genre humain… s'attaquer au handicap.

Dans le pays nous disions, jadis, La Barde. L'étymologie de barde nous viendrait de l'allemand Bart "hache", pour l'étymologie de l'ancien français, barde avec le sens "d'arme offensive" est à rapprocher de hallebarde. La transformation de barde "selle, caparaçon", a notamment évolué vers le sens  d'armure défensive du cheval.

Les résidents de La Barde ont retenu pour leur centre le très joli nom de Bercail qui lui donne la sympathique résonance de famille, foyer, voire pays natal.

Le Bercail, aujourd'hui, s'impose comme un lieu où le handicap est une situation qui, non seulement, n'est plus une entrave mais est à considérer comme un compétiteur à réduire dans l'émulation et la créativité. Ste Foy campe autour de son édifice cultuel qui tutoie le millénaire. Cette entité enchâssant le Bercail, paraissait tout naturellement le lieu idéal pour  un film d'interpellation sur le handicap et sur tout ce que la communauté de ces personnes endurent, leur vie durant, pour affronter avec dignité l'adversité en forçant l'admiration.

Stephen Hawking, artiste, astronome, cosmologiste, écrivain, physicien et scientifique, 8/1/1942 Oxford, nous quitta hier, le 14 mars à Cambridge. Avec humour il disait "J'ai remarqué que même les gens qui affirment que tout est prédestiné et que nous ne pouvons rien y changer regardent avant de traverser la rue" pour le handicap il soutint avec justesse et optimisme "Le handicap ne peut pas être un handicap".

Les Musées de Belvès ont donc retenu Ste Foy pour délocaliser le ciné-club de mars pour soutenir Le projet des Bonnes Bouilles de Bouillac. En support le film projeté "Edward aux mains d’argent" met en lumière la difficulté de personnes parfois, ou souvent, en difficulté pour vivre au sein de la société. Ce thème était parfaitement en adéquation avec le sens de la soirée.

Qui aurait dit que la salle des fêtes sainte-foyenne serait remplie pour cette soirée! C'est tout simplement une belle note d'optimisme à porter au crédit des saints-foyens, de leur appareil municipal et, naturellement, aux résidents du Bercail les hôtes les plus méritants de cette soirée.

 

CIMG6372.jpg

 

 

CIMG6378.jpg

 

 

CIMG6385.jpg

 

 

CIMG6376.jpg

 

CIMG6383.jpg

 

Mais, bon sang, il me semble bien reconnaître, au centre de cette triangulation féminine, ma condisciple qui partagea, pendant un triennat, le pupitre de la vénérable école où nous tentions de chercher les dénominateurs et numérateurs communs des fractions, de retenir les formules de calcul des volumes et des surfaces, de mémoriser la longueur de nos fleuves et essayions de maîtriser l'accord des participes passés... et de tant d'autres choses...



05/03/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 194 autres membres