Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Avis de décès. Yves Durlot

 

 

 

 

Marie-Françoise Durlot, Sophie, Laurence et Jacques,  ont la peine de vous faire part du décès,  dans sa 82ème année,  de leur époux, père et beau-père

Yves Durlot

 

et vous prie d'assister à la cérémonie d'adieu  qui aura lieu le mercredi 18 décembre, à 13h45, à l'église de Belvès.

Après l'office la famille du défunt souhaite recevoir 4 rue du roi Charles V,  à Belvès, ses amis et connaissances. Tous sont invités à partager un verre d'amitié lors d'un échange tout à fait dans l'esprit ouvert du défunt.
Yves Durlot

 

 

Quelques mots sur Yves Durlot que l'on avait toujours plaisir de rencontrer ; que ce soit sur la place d'Armes, dans la rue ou lors de diverses manifestations qu'il honorait de sa présence.

Luron par sa naissance puisqu'il vit le jour le 31 janvier 1938 à Lure, cité du sapeur de la Haute-Saône, il fut interpellé par les obligations militaires concomitantes à la Guerre d'Algérie. C'est à Tlemcen qu'il  effectua la première partie de ses servitudes. Excellent anglophone il devint, pour la deuxième partie de son service militaire, attaché culturel auprès des militaires des états-Unis.

Il retrouva la vie civile en qualité d'ingénieur chez I.B.M.

La vie locale le passionnait ; notamment la vie culturelle. En son temps, on le trouva, tout naturellement, parmi les concepteurs des Musées de Belvès. Plus récemment, discrètement mais efficacement, il a accompagné et aidé Marie-Françoise, son épouse, dans sa mission fondatrice de présidente de l'Association de N.D de Capelou.

Yves eut la joie, en 1972, de voir Sophie ouvrir une nouvelle génération. L'année suivante Laurence, sa cadette, compléta ce foyer vivant.

C'est à Toulouse qu'Yves, le 12 décembre, partit pour traverser le Styx. Il ne souhaitait aucunement que cette échappée, pour celles et ceux qu'il aimait, débouche sur un moment de peine et de tristesse mais plutôt une rétrospective  de souvenances et de partage des meilleurs moments vécus ensemble. C'est pour cela que Marie-Françoise se prépare, après l'office, à réunir  le plus grand nombre de ses amis  et voisins, ce 18 décembre à sa demeure belvésoise.

Les conflits sociaux de cette fin d'automne font que beaucoup de personnes éloignées ne pourront venir mercredi. Quand le printemps ramènera la quiétude et la reviviscence attendue d'une saison plus calme et agréable, dans le parc de Capelou qui lui est cher, Marie-Françoise entendra appeler toutes celles et tous ceux qu'Yves aurait aimé réunir pour les accueillir, les honorer, voire les taquiner, dans un esprit convivial sur des thèmes qui écarteront le chagrin et la morosité.



14/12/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres