Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Du chemin à la route.

 

 

Le transfert des routes nationales, à partir de 1972, a marqué un tournant dans la politique routière de la France. L’État déclassa, alors, près de 53.000 Km de routes nationales, soit à peu près l'équivalent, en kilométrage, du réseau classé dans les années 1930. C'est l'article 66 de la Loi de Finances pour 1972 qui autorisa ce transfert. Ce premier transfert sera suivi par d'autres... en s'attaquant à des axes majeurs.

 

Ces premiers 53 000 Km d'ex routes nationales sont ainsi redevenus, pour 16 ans ½, des "chemins départementaux"*. Sans donner à la terminologie de chemin la moindre connotation péjorative, un chemin bucolique est tellement plus agréable et calme qu'une route saturée et bruyante, on se devait de reconnaître que cette terminologie, pour le moins, était inappropriée.

 

Dans notre Val de Nauze la RN 710 qui, avant 1930 était dénommée RD 11, Périgueux-Cahors, "déchut" en CD 710. Elle retrouvera son appellation de route par le truchement de la loi du 24 juin 1989.

 

 

La RD 710 a retrouvé son rang de route il y a 23 ans. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait plus l'apparence d'un chemin. Elle fut bitumée, pour la première fois, en 1932 ou 1933. Pour boucler les 100 Km de Belvès il faut, après ce dernier segment plat, "savourer" le dessert ; la côte de Belvès. Cliquez sur l'image.

 

Notons qu'au début des années 70 cette artère de notre Val de Nauze devint, eu égard au code de la route, une route prioritaire. La route prioritaire apparaît en rouge sur les cartes routières. Elle a un panneau en losange posant sur la pointe, jaune bordé de blanc, qui est, en principe, répété environ tous les 5 km. Les routes non prioritaires qu'elle croise, ont un panneau stop ou cédez-le-passage. La perte du caractère prioritaire de la route est marquée par le même panneau en losange barré de noir. On le rencontre par exemple lorsque la route croise une route à plus forte circulation. Une route départementale, bien avant la départementalisation des anciennes nationales, pouvait être route prioritaire ; c'était le cas pour la R.D 5 qui unit Bordeaux à Lacanau.

 

Avant d'être placée dans cette catégorie la 710 ne comportait que peu de stops protecteurs et la priorité à droite était la règle. Le conducteur d'un tracteur agricole venant de Monplaisant et se dirigeant vers Fongauffier, au lieudit La Lenotte, ne devait donc pas la priorité aux flux de circulation venant de Siorac. Bien entendu de nombreux usagers, par prudence et par courtoisie, ne revendiquaient pas leur priorité. Il faut admettre que ces politesses pouvaient perturber ; voire provoquer des accidents par atermoiements.

 

C'est seulement en décembre 1973 que la vitesse a été limitée à 90 km/h sur les routes. Le seul garde fou, avant cette date, était l'article R.413-17 du Code de la route précisant que le conducteur doit rester constamment maître de sa vitesse et régler cette dernière en fonction de l'état de la chaussée, des difficultés de circulation et des obstacles prévisibles. 

 

 

 

La RD 53 n'est, officiellement, route que depuis le 4 septembre 1989. Elle a été goudronnée, pour la première fois, en 1939.  La côte de Belvès n'est pas très longue, 1530 mètres, mais les cyclistes aiment bien quand ils arrivent au bout. Cliquez sur l'image.

 

* Les voies départementales étaient dénommées "chemins départementaux".  Cette terminologie concernait nos modestes chemins départementaux, type CD 53 ou 52, mais s'est appliquée aux routes nationales, déclassées en 1972, comme la RN 139 (La Rochelle-Périgueux), devenue CD 939, ou notre RN 710 renommée CD 710.

La Loi 89-413 1989-06-22 jorf 24 juin 1989 mit un terme à cette appellation singulière et nos voies départementales, ex nationales, comme les autres ont été promues "routes départementales". Cette loi conféra le rang de route à la voie départementale, monosegmentaire de 5 Km, de Calès à Trémolat, n° 31, au même titre que la n° 936, l'ex RN qui relie Bordeaux à Bergerac.

 

Article L131-1 du "Code de la voirie routière".

Créé par Loi 89-413 1989-06-22 jorf 24 juin 1989

Les voies qui font partie du domaine public routier départemental sont dénommées routes départementales.

Le caractère de route express peut leur être conféré dans les conditions fixées aux articles L. 151-1 à L. 151-5.

 

 

Texte (en dehors des références légales) et photos Pierre Fabre.



09/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres