Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

En remontant la Nauze

 

Josselin Dorangeon.jpg 

 

L'eau

Slam de Jocelyn Dorangeon

 

Notre slameur international lance, à sa manière et avec sa sensibilité de poète, son cri d'alarme sur l'eau

 

L'eau.jpg

 

Jocelyn a composé ce merveilleux texte sur l'eau avec lequel il a obtenu le 1er prix "soif de créa" à Toulouse en 2012, décerné par l'agence : Adour Garonne.

Sa dernière phrase : "l'homme se tue",  peut être interprétée aussi comme l'homme se tût ! Au choix de l'auditeur ou du lecteur.

Jocelyn, pour 3 semaines sera un peu notre ambassadeur, au Canada, où il va travailler en tournée là-bas dans les écoles.

 

 

 

 

Article totalement déconseillé à celles et à ceux qui sont indifférents à la vie de nos cours d'eau.

 

Ce début septembre il a été constaté un cumul proche 25 mm de précipitations dans les pluviomètres. C'est, bien sûr, très largement insuffisant pour une pousse de cèpes et encore plus pour rétablir la vie sourcière et relancer l'écoulement des cours d'eau.

 

Dimanche j'ai voulu prendre ma vieille bicyclette de loisir pour aller vers La Tute, et remonter notre Nauze afin de voir s'il y avait, tout de même, quelque infinitésimal signal de renaissance à remarquer.

 

01 - Source de la Tute.jpg

 

Cette très belle image © Bruno Marty, prise au début avril contraste sévèrement avec celle, ci-dessous, du 29 septembre.

 

Fontaine de La Tute.jpg

 

La vasque, à sec, de la fontaine attendra les pluies automnales ou hivernales pour que les ondes partent à nouveau vers la Nauze. Photo Pierre Fabre 

 

Vasque sèche de la fontaine de LaTute.jpg

 

La vasque à sec.  Photo Pierre Fabre 

 

Réservoir de la fontaine de La Tute.jpg

 

Il n'y a plus d'arrivée d'eau. La mince nappe au fond, bien à l'ombre dans la niche, encore  épargnée de l'évaporation.  Photo Pierre Fabre 

 

 

02 - Montage Source de la Tute .jpg

 

 

On constate sur l'image printanière que l'eau atteint là un niveau permettant un riche écoulement vers le ruisseau. Image © Bruno Marty

 

 

Déversoir à sec de la source de La Tute.jpg

 

 

Tout comme le lit parfaitement sec du Valech qui, à 50 mètres de là, attend la saison des pluies le déversoir de la fontaine de La Tute, pour la première fois de mémoire de ses riverains contemporains, est totalement anhydre.  Photo Pierre Fabre 

 

 

Une timide reprise du Raunel.jpg

 

 

Le Raunel qui, il y a une vingtaine de jours s'était totalement asséché, renait... au goutte à goutte. On peut néanmoins être dubitatif et s'interroger car les modestes précipitations ont certainement eu du mal à surpasser l'arrosage des bosquets et des prairies. Une rétention ponctuelle a, peut-être, interrompu l'ultimee filet d'eau aoûtien. Quand on est dans un écoulement symbolique tout est envisageable.  Photo Pierre Fabre 

 

 

Un infime filet d'eau sous le tunnel de Raunelnité.jpg

 

Une truite aurait du mal pour se frayer une remontée vers la source. Photo Pierre Fabre 

 

 

 

01.jpg

 

Quelques 100 mètres plus loin j'ai voulu voir où en est la source niche de Raunel. La cavité est totalement anhydre.  Photo © Bruno Marty 

 

 

 

La source de Fauvel sourd parfaitement.jpg

 

La source de Fauvel a probablement baissé mais elle résista parfaitement.  Photo Pierre Fabre 

 

 

La toute petite cascade de Fauvel.jpg

 

 

Cette toute petite cascade, presque lilliputienne, est tout simplement... magnifique.  Photo Pierre Fabre 

 

 

La jonction avec la Nauze.jpg

 

La Nauze est rejointe.  Photo Pierre Fabre 

 

 

La niche sourcière du Drapier.jpg

 

 

En contrebas de la R.D 710 le jaillissement de la source du Drapier a résisté au tarissement mais sa puissance attend que les collines de Gasparou Le Bloy aient retrouvé les pluies pour reprendre des forces.  Photo Pierre Fabre 

 

 

Le ru du DRapier attend les pluies pour retrouver sa puissance.jpg

 

Le ru du Drapier est parcouru par un infime filet d'eau.  Photo Pierre Fabre 

 

 

La fontaine hélas ne coule plus.jpg

 

La fontaine a tenu jusqu'au mois d'août.  Photo Pierre Fabre 

 

 

La réserve d'eau du Drapier.jpg

 

Dans cette mare du Drapier Daniel a introduit des Carassius auratus, Carassius auratus auratus. Cyprin doré Le Cyprin doré (Carassius auratus), dont la forme domestique est appelée poisson rouge, est une espèce de poissons d'eau douce appartenant à la famille des Cyprinidae.  Photo Pierre Fabre 

 

 

Le Cyprin doré (Carassius auratus), dont la forme domestique est appelée poisson rouge, est une espèce de poissons d'eau douce appartenant à la famille des Cyprinidae. Sélectionné dans les élevages, il est présent dans les bassins et les aquariums du monde entier où il est alors considéré comme un animal domestique. Le poisson «  rouge  » tel que nous le connaissons au xxie siècle est issu de la forme sauvage de l'espèce, un poisson de couleur gris doré, proche du carassin commun, vivant dans les eaux douces, calmes et tempérées d'Europe et de Chine. L'élevage sélectif pratiqué depuis les premières dynasties chinoises a permis d'obtenir des variétés dont la morphologie n'a plus beaucoup de points communs avec le cyprin doré sauvage, variétés qui font l'objet de concours.

C'est un poisson résistant, dont l'espérance de vie est de trente ans, à condition d'être dans un volume d'eau suffisamment important pour qu'il puisse évoluer à l'aise et en bancs. Le traditionnel bocal contenant un animal solitaire est de plus en plus dénoncé, voire interdit dans certains pays1 car il ne permet pas d'assurer le bien-être de ces poissons qui vivent en banc et peuvent atteindre une taille de plus de 45 cm à l'âge adulte. En aquarium, un important volume de nage est à prévoir, soit 100 litres par individu juvénile. Un bac avec des plantes aquatiques et une grosse filtration sont de mise afin de garder des individus en bonne santé. Le bassin reste le meilleur habitat, et les aquariums de type boule sont déconseillés. Wikipédia

 

 

 

Pour l'heure ils ont échappé aux prises des hérons.jpg

 

 

Non il ne s'agit pas de poissons volants. Les feuillages dans l'image ci-dessus  se reflètent dans l'eau, elle est très basse, et donnent l'imprsession que les poissons sont dans les feuilles.  Photo Pierre Fabre 

 

_______

 

Un grand merci à mes amis Jocelyn et Bruno qui ont enrichi cette page de leurs contributions poétique et photographique.



30/09/2019
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres