Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Il reste quelques places pour la poule au pot de ce dimanche.

 

 

 SAGELAT

 

Tout le monde sait bien que notre culture, comme toutes les cultures, est truffée de légendes. Celles-ci ont pour  mission de nous présenter les personnes qui ont joué un rôle important sous un angle, en général, plus flatteur que celui qu'elles avaient en temps réel. Pour redorer le blason de la monarchie, il a fallu, quand le roi venait du sud, lui donner une auréole. Pour les petits écoliers qui découvraient l'histoire, par le truchement des manuels d'Ernest Lavisse, républicain tardif et fondateur de l'Histoire positiviste, on ne pouvait tout de même pas dire que le bon roi était surtout libertin. Son sympathique cheval blanc, tout comme son panache, auquel il était séant de se rallier, l'Édit de Nantes,  impactaient les jeunes esprits.

Il fallait, aussi, pour sertir ce pays, assemblage de ruralités diverses, pointer le labourage et le pâturage  par l'amitié débonnaire du souverain avec son féal Sully ; mais, qu'en est-il, au juste de cette légende de la poule au pot qui a rendu aussi populaire ce "bon roi" Henri IV ? Rappelons qu'il troussait, sans vergogne, les pastourelles, meunières et demoiselles de ce monde, et changea allègrement de religion car Paris valait bien une messe. À l'époque de ce bon roi Henri, nos ancêtres étaient plutôt végétariens ; non par affinité,  mais par nécessité. La chasse était le privilège des puissants et les journaliers, bordiers et métayers ne faisaient guère bonne chère. Le journal, "La Dépêche", nous apporte sa version sur cette légende de la poule au pot qui, elle, fait partie de notre culture.

 

La légende de la poule et du roi Henri IV

 

 

La légende de la poule au pot d'Henri IV est sérieuse. Lisez donc ces quelques lignes, recueillies sur le site du ministère de l'Agriculture, traitant du «bon roi Henri» :

 "Protestant à l'origine, ce natif de Pau apporte la paix au royaume quand il abjure sa religion afin de pouvoir être sacré en 1593. Le pays sort alors du théâtre de plusieurs décennies de guerres religieuses.

Conscient que le problème le plus urgent concerne l'alimentation, le roi commande à l'agronome Olivier de Serres une œuvre désormais célèbre : "le théâtre d'agriculture et mesnage des champs". Henri IV demande à son ministre Sully de faire appliquer ces idées. En découle la célèbre : "Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France." Le secteur agricole est remis en marche. La légende de la poule au pot fut révélée un demi-siècle après la mort d'Henri IV, par Hardouin de Perefixelui qui affirma également que le père d'Henri IV frottait les lèvres de son fiston avec de l'ail et du Jurançon. Il raconta : durant une dispute avec le duc de Savoie, Henri IV a eu cette formule "Si Dieu me donne encore de la vie, je ferai qu'il n'y aura point de laboureur en mon royaume qui n'ait moyen d'avoir une poule dans son pot."

Ce n'est qu'au XXème siècle que l'élevage permettra à tous les Français d'avoir accès à la volaille. Henri IV fut assassiné par Ravaillac en 1610.

 

http://www.ladepeche.fr/article/2014/03/23/1846145-la-legende-de-la-poule-et-du-roi-henri-iv.html

 

 

Afficher l'image d'origine

 

http://images.google.fr

 

 

Le Comité des fêtes de Sagelat, partenaire du Téléthon, attend d'ici demain les ultimes inscriptions pour cette première manifestation.

 


Pierre Melotti.jpg

 

 

Pierre Melotti, artiste intermittent, aime beaucoup Sagelat et toutes les causes caritatives. Les convives auront beaucoup de plaisir à partager ce repas automnal avec ce baladin du XXIème siècle. 

 



23/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres