Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

L'évitement de Beynac fait débat.

 CIMG8987.jpg

 

La salle des fêtes des Milandes était bien grande, ce 6 juillet, pour servir de fonts baptismaux de la nouvelle Association de défense de la Vallée de la Dordogne, St Vincent, Beynac, Castelnaud et Vézac.

 

CIMG8989.jpg

Kléber Rossillon, "le grand prêtre du débat" a présenté une esquisse de ce que pourrait être cette configuration. Il n'a cependant aucune idée du coût estimé de ce chantier.

 

Environ trente personnes se sont senties motivées par cette démarche citoyenne immanente à  la réplique suivant l'annonce du projet d'aller de l'avant pour que la voie de la vallée se dégage de l'assiette actuelle de la R.D 703, au niveau du Pech de St Vincent, pour chevaucher la Dordogne et s'inscrire parallèlement à la R.D 53, passer sous Fayrac, franchir à nouveau la Dordogne pour retrouver la R.D 49 vers la grange de Vergne.

 

 

 Beynac.jpg

Les multiples interventions. Kléber Rossillon, après avoir situé la problématique que poserait  ce chantier, donna la parole aux personnes présentes.

 

CIMG8995.jpg

 Nous sommes loin de la faille de St Andréas.

 

Premier intervenant, le plus prolixe, un beynacois. Il s'éleva avec vigueur et insistance contre le projet pour deux raisons essentielles. Le site où l'on compte implanter les deux ponts, selon lui, est sur une faille avec le magma entre 40 à 70 mètres de profondeur. Toujours selon cet intervenant on connaît cette fracture depuis l'époque romaine.  Que l'on se rassure elle n'a rien de comparable à la faille de Saint Andréas ! Cet intercédant plaide pour une utilisation ferroviaire susceptible, par ses capacités, d'absorber un trafic exponentiellement  plus adéquat  dans la vallée. [N.D.L.R, hélas la ligne de chemin de fer a été démantelée à la fin des années 70 et il faudrait un sacré changement pour ramener au chemin de fer les flux de fret].

 

CIMG9001.jpg

Martine Subil, E.E.L.V, s'est faite discrète mais fermement opposée à ce chantier. Son voisin, lui, pointa la disparition des circulations de P.L sur le segment Sarlat-Bordeaux reportés sur l'autoroute.

 

Un autre intervenant pense qu'aujourd'hui le lourd trafic routier de Sarlat vers Bordeaux est devenu inexistant depuis l'arrivée de l'autoroute. Les P.L passent par Niversac et ainsi n'empruntent plus la R.D 703 [N.D.L.R que, certes c'est exact mais il reste encore beaucoup de P.L sur la route].

 

CIMG8998.jpg

Pour le président André, s'il y a une forte mobilisation, rien n'est certain pour l'adhésion unanime des élus de la majorité départementale. 

 

Pour les intervenants de la SEPANSO Dordogne, dont  Michel André, son président, et Simon Charbonneau ce projet serait dommageable pour l'environnement et difficilement justifiable au niveau  de sa finalité.

 

CIMG8999.jpg

 

Michel Charbonneau, professeur honoraire de droit environnemental, Bx-Montesquieu,  insista, d'une part,sur le classement en réserve biosphère de la Dordogne par l'UNESCO et, d'autre part, sur le classement en espace protégé Naturéa 2000 par la commission européenne. Ces deux faits nouveaux plaident pour son irrecevabilité. Il pense, néanmoins, qu'il faudra, probablement, se pourvoir en justice.

 

CIMG8996.jpg

La maire-adjointe de Beynac a énuméré les améliorations en cours pour la traversée de son village.

 

Mais où va-t-on trouver le trésor ! Le projet, s'il est validé, va mettre le département, déjà exsangue, dans une situation financière inimaginable. D'aucuns ont même imaginé que le président du conseil départemental s'est lancé là, à corps perdu, pour finaliser un vieux concept familial, en pensant que la pression l'amènerait à renoncer.

Au cours du débat la vote face du conseil départemental privilégiant l'évitement de Beynac au détriment du maillon de contournement de Sarlat permettant d'éviter la ville (RD 47 + RD 704) pour aller vers Brive n'a pas été comprise.

 

Un massacre environnemental. Pour les personnes présentes il faut, avant tout, éviter un massacre de l'environnement. Les touristes viennent ici, dans leur immense majorité, non pour faire de la vitesse, mais pour apprécier le paysage.

Personne n'a parlé de tunnel mais l'aménagement de la sinueuse RD 25 entre St Cyprien et Sarlat semble séduire les opposants au projet des deux ponts. Personne dans la salle n'a su dire à combien se chiffrerait le chantier mais, unanimement, tous pensent que de belles dérives de coût sont à prévoir.

 

 

 Philippe d'Eaubonne.jpg

 

 

 

Constitution d'une nouvelle association. Celle-ci sera présidée par Philippe d'Eaubonne. Elle aura son siège social à La Treille, écart de Castelnaud-la-Chapelle; tout un symbole.

Les adhérents acquitteront une cotisation annuelle e 15 €.

 

S'il ne s'agit pas d'un effet d'annonce ou d'un voeu pieux le président du conseil départemental, fort de son écrasante majorité arithmétyque, ne devrait connaître aucune entrave à l'assemblée départementale.

 

Effet d'annonce ou intention ferme et réelle de réaliser ce projet d'ici 2020, c'est très court, d'ici peu les amis de la Vallée de la Dordogne vont avoir le loisir de suivre ce feuilleton à épisodes qui risque de durer... faute de trésor !  

 

Photos Pierre Fabre



08/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres