Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

La ligne d'horizon... d'ici et d'ailleurs !

 

 

La cime de l’Aneto vue depuis le glacier de l'Aneto

 

 

Le pic d'Aneto, point culminant des Pyrénées, alt. 3404 m.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7e/Cima_aneto-01.jpg

 

 

_________________________________________________

 

 

La ligne d'horizon.

 

 

La vue des humains porte loin; même très loin. Nous voyons La Lune, Vénus, le Soleil et même des astres infiniment plus loin. Pourquoi, sur notre plancher des vaches, on voit plus ou moins loin ! Cela tient à deux paramètres incontournables; la liberté du champ d'observation et la rotondité de la Terre.

 

La ligne d'horizon s'obtient par un calcul relativement simple à l'accent "pythagorien". Cette évaluation est contrariée, au premier chef, par les émergences qui peuvent l'obturer.

Si, par exemple, vous êtes à Paris dans la rue du Faubourg Saint Denis, entre les gares du Nord et de l'Est, à moins de 6 Km de la Tour Eiffel, vous n'aurez aucune possibilité de la voir. Si vous empruntez le chemin de fer en direction du Nord, dans la Forêt de Chantilly, à Survillers-Fosses, à 32 Km de distance orthodromique, vous la verrez presque entièrement.

 

La Rhune, alt 905 m., constitue un excellent belvédère qui scrute l'océan, le sud des Landes de Gascogne et naturellement le Pays Basque français. La ligne d'horizon, en mer, est environ à 107 Km du sommet de la Rhune il reste donc environ 100 Km, depuis St Jean de Luz, de champ d'observation.

Des crêtes de la Dune du Pyla, certains jours, on aperçoit les Pyrénées distantes de 150 Km, mais de la barre Domme on ne peut pas voir Gourdon, ville distante de seulement 15 Km.

 

 

 

Pour la commodité du raisonnement on va admettre que la Terre est une sphère parfaite au rayon de 6 371 Km.

 

On va, aussi, admettre une transparence parfaite de l'horizon, point de pollution, ni de brume ni de nuages.

 

Recherchons s'il est possible de voir les Pyrénées depuis Latrape.

 

Du pylône de Latrape, alt. 306 m, au Pic d'Aneto, alt. 3 404 m, il y a 230.77 Km.

On notera que sur une ligne droite de Latrape à Aneto il n'y a pas de protubérance obturant l'horizon avant d'atteindre les Pyrénées.

 

Perte théorique, à l'altitude 0, de la ligne d'horizon de Latrape

 

√ (6371,3062 - 63702) = 62.443 Km

Nous sommes, là, en Lomagne, sur l'autre rive de la Garonne, près de Lavit, sur la commune de Balignac, au niveau du lieudit Séguela.

 

De Balignac au Pic d'Aneto il reste :

√ (230.772 – 62.4432) = 168.33

 

Partie totalement invisible à partir du centre de la Terre à 168.33 Km de Balignac.

√ (168.332 + 63712) = 6373,223

Partie occultée de la surface terrestre.

6373,223 – 6371 = 2,223

Partie théoriquement visible.

3.404 - 2.223 = 1.181 mètres de relief du Pic sont donc théoriquement visibles.

 

Attention cette observation "quasi-extraordinaire" ne se voit que très rarement. Certains autochtones ne l'ont jamais faite, probablement parce que, lors d'une de ces rares occurrences, ils n'y ont pas prêté attention. Une personne qui vit au Moulin de Malfourat, émergence au sud de Bergerac, m'a dit que dans une période de plus de 20 ans elle n'a aperçu, pour quelques heures, les Pyrénées que deux ou trois fois. 

 

Avec la même méthode de calcul on obtiendra une visibilité théorique de 864 mètres du Pic d'Aneto du château d'eau de Labanne, altitude 263 mètres au sol, à Cendrieux. La distance des deux points est de 262 km mais elle présente la particularité de n'avoir aucune obturation dans le champ de visibilité cendrieuquois.

 

On notera que du Pic d'Aneto la ligne d'horizon théorique permettrait, dans des conditions parfaites, d'atteindre, in extremis, l'Altlantique, à Biarritz et, un tout petit plus largement, la Méditerranée au large de Tarragone. La justesse de ce calcul mathématique est, cependant, illusoire car à cette distance on ne sait pas faire la différence entre le bleu de l'horizon et celui de la mer.

 

De même on obtient de Cladech un regard de 1 137 mètres sur le Puy de Sancy.

 

Si l'on se positionne, à Sagelat, à 110 mètres du niveau de la mer, au bord de la R.D 53, entre Talissat et Le Coustalet, on obtiendrait une visibilité d'environ 40 mètres du pic. Cette visibilité est, néanmoins, totalement impossible car l'obturation des collines de Latrape s'oppose à l'observation directe.    

 

 

Pierre Fabre.

 

_______________________________________

 

Il n'est nullement interdit de réagir et de commenter.



07/10/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres