Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

La salle du rugby prend le nom d'Émilien Lacaze.

 

Dans la famille Lacaze le rugby c'est quasiment… une religion. Cette année des 110 ans du rugby belvésois la salle festive attenante au stade Sem Gallet va prendre le nom d'Émilien Lacaze.

 

Emilien Lacaze n° 1.jpg
 

 

 

 

Qui était Émilien Lacaze. Il naquit dans la Bessède, à Bouillac, à la ferme de La Tuillière, aujourd'hui en ruines, le 2 août 1922, dans une exemplaire et laborieuse famille ouvrière et paysanne. La famille d'Émilien, au gré des fermages, migra ensuite à Vielvic puis au Tambourinet, à Monplaisant, et enfin à Sagelat.

Émilien, dans sa jeunesse, fut pris d'une intense passion pour le rugby mais joua fort peu de temps. Après un accident il mit un terme à son engagement physique mais garda tout son engouement fusionnel pour l'ovalie. Sa passion rugbystique ne l'empêchait nullement d'avoir un regard soutenu sur d'autres disciplines, dont le cyclisme, et de suivre avec intensité le Tour de France.

Citoyen progressiste et engagé Émilien fut une plume qualitative de l'Écho du Centre pendant plusieurs décennies. Avec chaleur il se plaisait à commenter la vie locale, dans les colonnes de ce quotidien, tout particulièrement il relatait les péripéties des Sangliers de Belvès qu'il suivait assidument. Quand l'équipe de Belvès, en 1962, revint de Montluçon avec le titre de champion de France 3ème série Émilien ne cacha pas sa joie.

 

Émilien, sa vie durant, fut un travailleur infatigable. Après avoir été co-exploitant agricole avec ses parents il prend le chemin de la briqueterie de La Chapelle-Réchaud  qu'il rejoint chaque jour, quel que soit le temps, avec son cyclomoteur. Ensuite il devient ouvrier forestier à Fongauffier. Il terminera sa vie professionnelle comme bûcheron-tâcheron avec son fils aîné Claude. Émilien, pour donner un plus à sa famille, après avoir acheté sa petite propriété de La Banne-basse a entretenu cette fermette où il a pris rang dans le cercle des planteurs de tabac.

 

Émilien nous a quittés le 24 décembre 1999. La nuit qui succéda la cérémonie de sa sépulture fut celle de la grande tempête.

 

 

Ses quatre enfants et ses petits-enfants peuvent légitimement être fiers de lui. Ils seront certainement émus quand sera dévoilée la plaque d'Émilien Lacaze.

 

Emilien Lacaze n° 2.jpg

Émilien, pendant bien des années, fut un vigilant juge de touches.



06/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres