Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le Bas de la Côte endeuillé.

 

MONPLAISANT

Roger Pramotton n° 2.jpg

Roger Pramotton lors d'une rencontre, le 19 février 2011, où il disserta sur l'Entente paysanne de la fin des années 30.

Le Bas de la Côte vient de perdre son personnage le plus introduit dans le tissu rural de notre bassin de vie. Roger Pramotton après avoir du subir un très long traitement médical, sept ans, vient de s'éteindre à Périgueux ce mardi 8 octobre.

Roger naquit à Paris le 16 décembre 1926, dans une vieille famille transalpine qui avait quitté le Val d'Aoste peu après l'assemblage péninsulaire de Cavour. Il tutoyait donc son 87ème anniversaire. Depuis sa plus tendre enfance, il a vécu dans notre Val de Nauze et au Bas de la Côte en particulier. C'est dans le Terriol que Roger fit ses premiers pas dans notre contrée et, mis à part une petite césure buguoise, fut toujours dans son hameau au pied de Belvès.

Roger était le plus ancien élève d'Yvan Carrière à l'école de Sagelat. Lié par sa parentèle aux Lapouge, les fondateurs du magasin de l'Entente paysanne de la fin des années 30, ce point d'échange devint rapidement le relais cantonal de la Coopérative agricole départementale, Roger connut, à peu près, tous les exploitants agricoles du canton qu'il desservait ainsi que les moindres chemins d'accès aux fermes les plus isolées. Il fut le factotum de la coopérative à l'époque de ses parents puis, peu à peu, il en devint le responsable, charge qu'il partagea avec Yvonne, son épouse, suivant, en cela, l'itinéraire ouvert par ses géniteurs.

Roger fut exempt de servitudes militaires mais il fut marqué par la tragédie du 24 août 1944 où quatre partisans furent lâchement abattus à 200 mètres de la coopérative. Il participa à la vie de la Résistance locale; notamment en ravitaillant le noyau de partisans abrités par l'abbé Merchadou à l'ancienne colonie de vacances de Puy Channat.

Yvonne qui tint à ce que les volontés de son époux soient scrupuleusement respectées a voulu, pour lui, une cérémonie la plus sobre possible, sans fleurs, ni couronne, ni plaques, ni discours.

C'est donc  ce jeudi, à 16 heures, à Sagelat, que la population viendra lui rendre un l'hommage discret précédant son inhumation dans la sépulture familiale.

 

Les lecteurs de ce blog penseront naturellement à Yvonne pour cet accompagnement et partageront sa peine.



Pierre Fabre


10/10/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres