Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Les jours des chrysanthèmes.

 

Description de cette image, également commentée ci-après

 

 

Tout le monde sait bien que le jour des défunts est le 2 novembre.

 

Les us et coutumes, s’appuyant sur le rituel du courant dominant, anticipent d’un jour ce devoir de mémoire. Le 1er novembre donc, journée admise ‘’fête légale’’,  les familles, toutes sensibilités confondues, se retrouvent au pied des sépultures de leurs chers disparus.

Cette tradition qui se perd dans la nuit des temps, néanmoins, semble bien moins suivie qu’au cœur du siècle dernier.

Il n’y a certes pas besoin d’être présents dans les cimetières, au début novembre, pour  penser à nos défunts mais c’est, signe des temps, une coutume ancestrale qui, chaque année davantage, se fragilise. 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Images Wikipédia.

 

Certains appellent ces belles fleurs, qui nous ont été rapportées des terres orientales,  les marguerites de la Toussaint ou de novembre. 

La première description botanique du chrysanthème des fleuristes revient au botaniste provençal Thomas-Albin-Joseph d’Audibert de Ramatuelle. En 1792, dans le Journal d'Histoire naturelle il a décrit la plante cultivée, à grosses fleurs purpurines, ramenée de Chine par le navigateur marseillais Pierre Blancard, sous les noms de ''Camomille à grandes fleurs'', Anthemis grandiflora. Il insiste pour la distinguer du Chrysanthemum indicum de Linné à petits capitules jaunes. Il propose dans une note de l’appeler aussi Chrysanthemum morifolium. De ce premier plant cultivé ramené de Chine en 1789 par Blancard, puis de ceux ramenés par l'habile aventurier botaniste britannique Robert Fortune (de Chine en 1846 et du Japon en 1863), vont être créés en Europe des milliers de cultivars et hybrides. 

 

Les chrysanthèmes et l'humour cinglant. Un de nos présidents de la République, peu enclin à valoriser la discrète, paisible et consensuelle fonction assembleuse de ses prédécesseurs, lors d'une conférence de presse à l'Élysée, le 9 septembre 1965, ironisa en prononçant une de ses fameuses "petites phrases" où il glissa "inaugurer les chrysanthèmes..." . 



30/10/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres