Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Les odonymes, pour le moins, n'ont pas fait recette!

 

 

 Un flop sans appel.

 

Mich Labare projection.jpg

 

 

Michel Labare un adepte admiratif de l'outil de l'I.G.N a fait glisser les cartes sur l'écran. Photo Bernard Malhache.

 

Il semblait plus que probable que, pour parler des odonymes virtuels, il n'allait pas y avoir foule à la mairie du Pays de Belvès ce 23 février.

 

Un accident de trottoir a amené trois personnes qui comptaient venir à se diriger vers l'Hôpital de Périgueux pour des radios et un sympatique couple de Monplaisanais attendait la venue du vétérinaire pour assister des brebis prêtes à devenir mères. Cerise sur le gâteau, étant aussi pénétré des finesses du calendrier rugbystique que des subtilités du Calendrier persan, j'ignorai totalement que, dans une terre où le rugby suscite bien des passions, le jour tant attendu de France-Italie fut idéalement choisi pour s'acheminer vers un cinglant et sévère revers. Pour faire bonne mesure il fallait ajouter le loto de l'Amicale laïque et une autre animation pour le centre aéré. Tous les ingrédients d'un fiasco étaient donc parfaitement réunis.

 

Parler  d'une recherche d'odonymes dans un cercle aussi restreint devenait un objectif impossible à atteindre.

 

Faute d'exploration du sujet on a donc apprécié la manipulation de la cartographie I.G.N, diligentée par Michel Labare et Pierre Marty, on a beaucoup parlé d'onomastique des lieux mais de propositions d'odonymes il n'y en eut point.

Les personnes qui ont fait l'efforrt de venir ont regretté que la fibre citoyenne n'ait eu aucune réactivité et une maire-adjointe a glissé que quand les voies publiques auront été nommées il ne manquera pas de personnes pour émettre des diatribes, des jugements de valeur et des critiques acerbes. C'est dans l'orde naturel des choses on critique avec aisance et ironie mais, en amont, on ne propose rien!

 

Est-ce un drame ? Non, laissons à ce cuisant échec la seule notion d'un faux départ. "On" s'en remettra mais il faudra réviser le champ des perspectives à la baisse et repasser une forte couche d'humilité en se souvenant bien que déplacer nos concitoyens, avec une thématique qui interpelle beaucoup moins que le recul du niveau des petites retraites contracté par le phénomène de l'augmentation de la C.S.G, parait-être une singulière et folle ambition.

 ___________________

 

Qu'est ce qu'un odonyme ? Les  odonymes, parfois écrits hodonymes, nous viennent du grec ancien ὁδόςhodos (« route ») et ὄνυμαonuma (« nom »). Ce sont donc des noms propres désignant les voies de communication. Un odonyme peut être le nom d'une rue, d'une route, d'un chemin, d'une allée, par extension d'aucuns rajoutent les places, les esplanades, etc.

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "route corniche nice monaco wikipédia"

 

Cap d'Ail (Alpes-maritimes) Le Sentier du Littoral [Pointe des douaniers]. Image wikipédia. Ce sentier est un odonyme au même titre que L'avenue des Champs-Élysées ou la Promenade des Anglais.

 

 

Pourquoi faudrait-il nous acheminer vers des voies publiques clairement identifiées. Pensons, par exemple aux  personnes qui recherchent Pesset, lieudit commun à bien des communes, La Croix, il y en un nombre considérable, la commune Sagelat en compte deux, Pète Tranquille, il y en a deux à 9 Km l'un de l'autre, deux lieudits Les Grèzes séparés par à 6 Km de routes forestières. N'imaginons pas des urgentistes appelés de nuit à Marmignac ou Duravel, lieudits saint-parducien, et qui s'égareraient dans le proche Quercy. En 1962 plun nombre impiortant de rapatriés sont arrivés à Larzac Dordogne... ils étaient attendus dans le Larzac du Rouergue. 

Aujourd'hui le 15 peut intervenir, la nuit, pour un A.V.C. Mieux-vaut que ces braves intervenants ne s'égarent pas dans des chemins où les panneaux, parfois, font défaut.

 

  

Sur les documents cadastraux papier on trouvait des précisions de micro-géographie qui étaient des odonymes. Malheureusement ces odonymes n'avaient aucune continuité géographique. La traçabilité de la Route départementale n° 57 de Sarlat à Puy l'Évêque, localisée sur le plan cadastral de Besse, n'était nullement poursuivie sur les communes adjacentes. L'ancien chemin de Belvès à Carvès, qui traversait Fongauffier en venant du Bloy, sur son assiette sagelacoise n'était pas identifié comme tel. Parmi ces odonymes on trouve la  Voie communale n° 105 de Boussat à La Tute [St Germain-de-Belvès], la Voie communale n° 1 de Belvès à Capdrot [Salles-de-Belvès] ou, la Voie communale n° 2 de Besse à Marminiac [Besse].  On trouve aussi de multiples voies, comme le Chemin rural de la Croix à Pessarni [Sagelat] ou le VC n° 4 de La Rouquette à Monplaisant dont l'assise est mono-communale.

 

La réunion citoyenne du 23 février avait pour but de rechercher des idées d'odonymes pour les voies de communication des communes de l'ancien canton de Belvès afin de les proposer aux exécutifs municipaux concernés.

 

Rappelons que le choix des odonymes pour les voies publiques relève exclusivement des prérogatives des conseils municipaux. Rien n'empêche ces derniers de s'entendre pour qu'une voie publique qui est commune à plusieurs communes ait le même intitulé ce qui est plus pratique pour les personnes qui cherchent. Depuis le Moyen âge, alors que la périphérie de Paris n'était encore que des jardins trois communes avaient retenu le même nom pour la rue du Landy, elle mesure 3 500 mètres et s'étire d'Aubervilliers à St Ouen en passant par le sud de St Denis.

 

Résultat de recherche d'images pour "rue du landy saint denis"

 

La Maison des associations dans le quartier de la Plaine Saint Denis, riveraine de la rue du Landy, fut la gare désaffectée après l'implantation du Stade de France. Que de lointains souvenirs!  Image https://www.google.fr

 

 

Des exemples de ce genre existent ailleurs. La Route de Lyon est commune à Périgueux et à Boulazac.

 

 

Depuis que les routes et les chemins existent on n'a eu de cesse de changer leurs  références alphanumériques, souvent au désespoir des habitués. Une maladie, probablement d'énarques avides de créer des dépenses inutiles, a voulu déclasser bien des routes nationales en 1973, ainsi les RN  710, 703, 660 -et tant d'autres- retrouvèrent le rang de routes départementales qu'elles avaient jusqu'en 1930.

Depuis c'est un incessant mouvement de recomposition du classement des routes. On a même osé déclasser la RN 35, Voie sacrée, Bar-le-Duc / Verdun pour la rebaptiser RD 1916, en référence à l'année 1916.

La RN 7 qui était un symbole de route Bleue ou route des vacances est, elle aussi, touchée par cet acharnement de "pillage" de deux siècles d'histoire. Sa numérotation remonte à 1811. Elle connait un déclassement progressif. La première étape a eu lieu en novembre 1972 entre Tassin-la-Demi-Lune et le pont Gallieni à Lyon.

Dans notre département, comme dans la France entière, on a déclassé à tour de bras. Les RN 21 et 89, axes majeurs du département, n'y ont pas échappé. Ne parlons pas de la RN 136 Bordeaux Bergerac, numéro curieusement partiellement réaffecté à la rocade de Rennes, de la RN 133 Bergerac-Espagne et de la RN 139 La Rochelle-Périgueux. Elles ont toutes été départementalisées et ont dû changer de numéro.

Les Pétrocoriens qui avaient pour habitude de se situer par rapport aux RN 21 et 89 ont donc vu leurs vieilles routes prendre une numérotation départementale à 4 chiffres. RD 6021 et RD 6089.

On est un peu surpris quand on cherche l'assiette de l'ancienne RN 704 (RD 704) qui pénètre dans Sarlat mais qui a aussi servi à numéroter la rocade.

Bien plus proche de nous on a soustrait 930 mètres de la RD 710 du rondpoint de la Faval à celui de Siorac pour éviter une rupture segmentaire de la RD 703 ouvrant la Voie de la Vallée.

 

Toutes ces renumérotations successives ont dû avoir un impressionnant coût pour les contribuables, changement de cartouches sur les panneaux et peinture des bornes. À l'heure de la comptabilité analytique et de l'informatique on a du mal à admettre, sur un critère de gestion, ces dispendieux changements de numéros.

 

 Quelques propositions adressées au maires de Monplaisant et de Sagelat.

 

 

 

Pour la RD 710.

 

Diverses propositions orales et écrites, notamment issues de sondages sur ce blog, pour la RD 710. 

 

  1. Route des filateurs.
  2. Route  des Pyrénées.
  3. Route des Albigeois.
  4. Route du Sud.
  5. Route des troubadours.
  6. Route Nauzeroise.
  7. Route de l'Occitanie.
  8. Route de la Dordogne.
  9. Route du Val de Nauze. Proposition qui serait, probablement, la plus pertinente mais une venelle fongauffiéraine porte déjà ce nom.

 

La R.D 710, itinéraire majeur du Val de Nauze, offre uncordeau sans rupturede Siorac au confins de Mazeyrolles et de St Cernin. Sans préjuger d'une entente qui pourrait se faire entre Siora, Monplaisant, Sagelat, Pays de Belvès, Larzac, Salles-de-Belvès, Mazeyrolles et St Cernin qui  bordent ou chevauchent cette route on pourrait imaginer un des odonymes ci-dessus. Pour l'heure, seul, JOsé Maury, maire de Mazeyrolles a émis une suggestion. Il propose Route des Moulins.

 

 

 

Quelques idées d'odonymes pour les espaces

monplaisano-sagelacois et adjacents.

 

 

 

Le concept dominant idéal devrait éviter, autant que faire se peut, de favoriser un lieudit. Pensons par exemple à un ourlet du Champ batailler plutôt que choisir entre La Fontaine du Noyer et l'Escabanne, un chemin des crêtes pour rassembler le Fauroux, Bos de Serre, Pessarni et les Champs-Petits. Le chemin de la Banne, unique lieudit habité de son chemin, faisant exception parce que La Banne établit le centre de son itinéraire et parce qu'il en est le faîte,  alt 122 m. Les Champs du Colombier enchâssent un vaste espace épars des berges de la Nauze aux hauteurs de Juille.

 

Il faudrait doter les odonymes d'une certaine richesse sémantique. Une route n'est pas un chemin, une greffe modifie la terminologie courante et usuelle du chemin…

 

Pour éviter les polémiques et demeurer dans l'humilité il paraitrait souhaitable d'éviter les patronymes [avec les exceptions de Louis Hoorens et Gustave Magimel, sous réserve d'obtenir l'adhésion des familles], et de rester dans l'assise locale avec des odonymes simples et concis, évocateurs des lieux, de la géographie et de l'histoire locale et même de la petite histoire, champ batailler.

 

Il faudrait penser au long terme et au reformatage territorial qui inévitablement recomposera, dans peu d'années… ou dans un siècle, la géométrie de la ruralité et il faudrait s'être prémuni en ayant retenu des odonymes qui ne soient pas à remettre en cause. Laissons Paul Crampel, les Pénitents, l'Oiseau-sui-Chante et Foncastel à Belvès, la rue du Séguinou et la rue des Huguenots à Siorac, mais plaçons, avec justesse, nos odonymes gardiens de notre matrice locale.


 

 

Thèmes de réflexions inter-communales à faire avancer.

 

Côté Sagelat.

 

 

 

 

Côté Sagelat

 

 

Pour la RD 53.

 

  1. Tout simplement, en continuité, l'appeler Route ou voie Joséphine Baker jusqu'à Écoute-s'Il-Pleut. 
  2. Route des Milandes.
  3. Régénérer son ancienne appellation route de Sarlat. Difficile à faire admettre aujourd'hui.
  4. Route médiévale.
  5. Route des coteaux.
  6. Route du lignite.

 

Pour la RD 52. De Vaurez vers Gourdon.

 

   Route du Quercy ou route du Causse ou route karstique. À partager, au moins avec Monplaisant et Belvès, à suggérer à Grives, St Laurent et St Pompon.

 

 

Pour les chemins ruraux et les voies communales.

 

 

 

  1. Chaussée du Terriol, à partager avec Belvès, Monplaisant et Carvès. Terriol signifie petite butte, la côte du Terriol à BelvèsCette route présente une succession d'escarpements de Belvès aux Pouges-Basses par Fonfroide.
  2. Chemin Louis Hoorens, sensiblement l'ancienne voie romaine de Sagelat à La Tute.
  3. Cul de sac des crêtes, pour la route dite de Pessarni.
  4. Grimpée lavergnoise, de Lavergne-Basse aux hauts des Champs-Petits.
  5. Greffe de Pesset.
  6. Ourlet du champ batailler, de Vaurez à l'Escabanne.
  7. Traverse des Champs du Colombier, du Cra à Juille.
  8. Piste de l'Estang.
  9. Raidillon poujadais. Rampe qui accède à Bugou.
  10. Chemin des vieilles vignes, du Colombier à Péchaud.
  11. Dévers du Péchaudois.
  12. Chemin des Combes, sous Combeferone.
  13. Levée du Mamarel. (impasse).
  14. Voie des cimes, de Mallecourse (grand virage de la RD 53)  à Vaurez en passant par Le Maillac et Juille. Le premier segment de Mallecourse à la sortie de Peyrounette pourrait, éventuellement, s'appeler Gustave Magimel.
  15. Côte des Pets Chaunats, de Fongauffier  à Mauvelas.
  16. Passage de Fonpasserelle ou Chemin pastoral. Raccourci du Coustalet.
  17. Impasse sourcière. Accès à Fonpasserelle.
  18. Portail de Pinsac.
  19. Coupe du Valech, à partager avec St Germain.
  20. Chemin de l'ancien vignoble, de La Banne à Mauvelas.
  21. Chemin de la Banne, du carrefour de l'église à Écoute s'il Pleut.

 

 

 

Côté Monplaisant.

 

 

 

 

 

Pour la RD 52.

 

Route de la Bessède. Odonyme partageable avec Urval, St Pardoux et Belvès.

 

 

 

Pour les voies communales et chemins ruraux.

 

Route des crabes blanques. En se plaçant dans la continuité sioracoise.

 

Route du Raunel. De la Croix de Coly à Raunel. À partager avec Siorac.

 

Chemin mégalithique. De Renardie à la D 52, s'approche du dolmen de Bonarme.  

 

Rampe coulaudoise. De la D 52 à Branchat.

 

Route de la forêt. Déclivité vers la Rouquette.

 

Boucle fleuratoise ou fleuracoise.

 

Chemin du bosquet. (Gaussens et Bontemps).

 

Chemin sylvestre. Chemin latéral du Raunel.

 

Boucle cassagnarde. Du collège à Cassagne.

 

Raidillon fonmortois.

 

Voie bosredonnaise. Du Bigayrou à la jonction de la route du Raunel.

 

Vallon de Fauvel.

 

Voie des moulins ou voie fongauffiéraine, beaucoup plus difficile à admettre car elle n'y arrive pas tout à fait. Du bourg à la Lenotte.

 

Chemin jacquaire. Du Moulin rouge vers Lavergne, chemin  monplaisano-sagelacois en litige.

 

  

Pour les impasses.

 

Greffe la Rouquette.

 

Greffe des Barrauds.

 

Greffe de Bonarme.

 

Esplanade du belvédère. Hauteur de Cassagne.

 

Impasse de la Nauze. La Tute.

 

 

 

Pour les sentiers ruraux.

 

Sente du Bloy. Du Bloy à Fongauffier.

 

Piste des pèlerins ou Sentier des morilles. À flanc de colline de l'intersection de la rampe du Bloy vers le collège, ancien itinéraire piéton vers Capelou.

 

 

Pour le Pays de Belvès.

 

Il semblerait qu'un chantier de réflexion soit en cours.

Sans avoir la prétention de concurrencer les érudits de notre ancien chef lieu de canton il paraîtrait, peut-être, recevable de suggérer route du plateau pour le segment déclassé de la RD 53 du cimetière au Bos. Ce segment de 3 Km, au profil relativement plat, oscille entre 183 et 192 mètres d'altitude.  

Plus audacieux et historique on pourrait parfaitement imaginer en hommage au croquant Buffarot de donner son nom à la route de Belvès à la jonction Dordogne / Lot & Garonne à Biron. Le nouveau segment de la RD 53,  de Landrou au croisement du Bos, pourrait s'appeler route de la Grille, celle-ci épousant le talxeg formateur du ru La Grille.

 

Quelques préconisations.

 

  • Retenir des odonymes concis.
  • Évitons de vouloir glisser sur une carte un intitulé log du type chemin de la gare de Siorac-en-Périgord aux carrières des mines de Merle.
  • Éviter de prendre des odonymes dans le voisinage ou des odonymes pafaitement connus ailleurs. Chemin Henri IV.
  • Éviter  de proposer un odonyme qui pourrait s'imposer ailleurs. Chemin des bastides qui logiquement conviendrait parfaitement pour la RD 660.
  • Se limiter à une section monosegmentaire. Lorsqu'une voie comporte plusieurs segments discontinus il vaut mieux, pour éviter les confusions, donner un nom à chacun d'eux.
  • Autant que faire se peut rechercher une continuité inter-communale.
  • Rechercher des odonymes liés à la géographie locale, à l'historicité des lieux traversés, à la vie  sociétale. Chemin du sel, des pèlerins, etc..Disons plutôt chemin des chesnaies, des robiniers, de la grande châtaigneraie que chemin des bois.
  • Essayons de proposer un odonyme qui s'écarte d'une formulation banale. 
  • Écartons les noms de personnages au passé  cruel, sanguinaire, ambigü ou qui laissent de bien tristes souvenirs et positivons avec des personnages admis par tous comme Joséphine Baker ou Bufarot.

  •  

    Les personnages mystiques ou métaphoriques peuvent donner des idées. Promenade des "lébérous".

  • Penser que la numérotation américaine, en zone rurale, sera probablement la règle. 

 

 

 

 



25/02/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 194 autres membres