Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Les raisins de la colère. Volet n° 1

 

Aujourd'hui et demain, le blog va franchir le Rubicon, fleuve côtier, plus mythique qu'historique, pour rejoindre St Cyprien où se profilent des élections municipales, partielles mais générales, et où hier, les représentants des familles de pensionnaires de l'E.H.P.A.D. dissertaient lors d'une réunion houleuse.

 

St Cyprien, depuis un an, est notre chef-lieu de canton, même si la population de notre Val de Nauze est chagrine et marrie de n'être que l'adjuvante d'un espace plus conséquent.

 

 

Non, il ne s'agit pas de la métaphore  "The Grapes of Wrath" de John Steinbeck qui illustre d'humbles métayers à la recherche d'une terre et un travail, dans la dignité.

 

CIMG0467.JPG

 

De gauche à droite : Frédéric Villefer, Frédérique Trouvé, Patrick Petit, le probable catalyseur de la liste des challengers-compétiteurs et Agnès Raynaud-Charles. Photo Pierre Fabre.

 

Cette colère-là, c'est celle d'une partie des élus cypriotes entrés en dissidence de leur groupe et évoluant  vers un glissement  des lignes tracées lors des récentes municipales. La vie politique, de tous temps, a connu des évolutions ; mais, rarement un conseil municipal, quasiment plébiscité, avant deux ans de mandature, ne se déchire pour en venir à sa remise en cause.

On notera que les dissidents et les opposants doivent, en principe, partir ensemble dès que la consultation électorale sera décidée par le préfet.

 

CIMG0468.JPG

 

 

Frédéric  Villefer, premier maire-adjoint démissionnaire, photo ci-dessus, a souhaité échanger pour clarifier la position frondeuse. Taxé, par le premier magistrat, de vouloir devenir calife à la place du calife, il s'en défend et donne pour preuve qu’il ne sera pas le conducteur de la liste, quand l'heure de l'échéance viendra. Il demeurerait le "premier échevin" dans l'hypothèse où la liste de recomposition qui est en train de germer serait appelée aux affaires.

 

Quelle couleur aura la liste des challengers ? Quand il y a une joute électorale, la question naturelle qui se pose est de savoir de quel côté penche la balance. Les frondeurs, qui seront amenés à valider leur configuration, devraient, sauf revirement, avoir pour catalyseur un expert comptable de 65 ans, en retraite, par ailleurs la cheville ouvrière "rugbystique" locale, Patrick Petit. Il était le numéro deux du trinôme de l'opposition locale. Le numéro un était Georges Gentil.

Cette liste tient à se définir sans étiquette avec cependant une nuance. Elle tient à écarter ceux que ses  bâtisseurs désignent les extrêmes "dérangeants". On croit percevoir, du bout des lèvres, un concept centriste... pour autant que cette terminologie ait un sens. Les frondeurs estiment que la situation de cacophonie est purement cypriote et qu'elle n'a absolument rien à voir avec le capharnaüm des désordres des ambitions nationales.

 

Pourquoi ont-ils provoqué cette rupture ? Selon eux, Christian Six avait une unique ambition, celle de devenir premier-magistrat, jusque-là il n'y a rien d'extraordinaire… La situation, toujours selon leurs dires, s'est de plus en plus dégradée. Elle est devenue invivable à cause de la mise à l'écart des élus et d'un problème majeur de communication. Ils prennent pour exemple, seulement 6 réunions d'adjoints la première année. Les dissidents ont eu la délicatesse de ne point insister sur l'échec de quelques pistes, dont l'hôtel de la poste, qui selon eux fut explorée en amateurs.

Ils estiment ne pas être en position d'expertise au regard de la gestion n'ayant pas accès à la matrice des documents de la gestion municipale.

 

Pour terminer, les candidats de cette équipe de compétiteurs-challengers, pour l'heure encore virtuelle, se disent d'un bel optimisme ; en cela, tout comme Christian Six qu'ils aspirent à défaire. Ils se voient prêts à maîtriser la situation avant que Messidor n'amène les touristes en nombre dans l'ancienne cité tabacole ; là, où les équidés ont su passionner et où le rugby a pu donner d'intenses empoignades… pour le plus grand plaisir des Cypriotes. 

 

 

__________________________________________

 

Dans quelques jours, ce blog  qui n'a nullement l'intention -et encore moins la prétention- de vouloir influencer les électeurs cypriotes, ira à la rencontre de Christian Six, s'il le souhaite et le désire, pour faire un premier point en amont des partielles.

 

_________________________________________

 

 

Demain "Les raisons de la colère". Volet n° 2.  Il concernera la réunion des familles de l'E.H.P.A.D.

 

 



05/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres