Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Madeleine Fargues-Parat n'est plus.

MONPLAISANT

SIORAC-en-PÉRIGORD

 

 

 

Madeleine Fargues-Parat fut monplaisanaise par sa naissance. Elle vit le jour, à La Lenotte, le 7 février 1927, le même jour que Juliette Gréco, dans une modeste famille ouvrière qui habitait dans  ce Moulin de la Lenotte qui a été un actif chantier de travail du bois  jusqu'au début des années 60.

Madeleine épousa, le 3 décembre 1943, un jeune ouvrier, natif de Périgueux, Henri-René Parat

 

 

Il prit rang dans la Résistance et il fut, lui aussi, de la dernière épopée ouvrière de La Lenotte. Le couple eut quatre enfants ; dont les trois plus jeunes ont découvert le chemin de l'école à Sagelat.  

 


En 1953 les Parat ont, pour quelques années,  élu domicile à Belvès et, au tout début des années 60, se sont "déportés" au Bugue où la famille avait de solides attaches. Henri-René Parat, dont le civisme notoire s'affirmait par son attachement au corps de sapeurs pompiers, s'est éteint en novembre 1975.

Après un demi siècle passé au Bugue, où elle a travaillé à la maison de retraite, Madeleine, depuis quelques années avait quitté le Périgord pour la Savoie où demeure Sylvette ; sa fille cadette. Madeleine était grand mère sept fois et arrière grand-mère onze fois.

 

Elle décéda, au Pont-de-Beauvoisin, le 28 juin dernier.

 

 

Sa famille tenait à ce qu'elle rejoigne dans le pays de sa jeunesse. Ses obsèques ont eu lieu le 3 juillet. Elle repose désormais dans la sépulture de la famille Souchal à Siorac.

 

 

 

Pierre Fabre.

 

 


 

 

Cette émouvante image d'une jeune mère remonte aux heures de 1945 où Madeleine connaissait les joies de la première maternité.

 





12/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres