Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

P.R.S. Qu'es aquo ?

 

 

Cet article, pour certains, surtout pour les internautes qui ont cru voir vu la huitième merveille du monde,  peut paraître ringard et inintéressant. Que ces personnes là veuillent bien m'en excuser et attendent demain pour un autre sujet.

 

 

 

CIMG7536.JPG

Cathie, agent commercial intérimaire, elle est charmante mais cela ne gâte rien, a bien voulu poser devant ce panneau qui intrigue.

 

Le public lambda qui  découvre à la gare de Belvès le panneau P.R.S 14 peut se demander "qu'es aquo". Cette locution dérive de l'occitan "qu'es aquò". Tout le monde sait qu'elle exprime l'interrogation "Qu'est ce que c'est".

 

Le sigle P.R.S n'a pas la même signification pour tout le monde.

 

 

 

Le sigle PRS peut correspondre à :

Musique

Politique

 

 

Technique

. type de poste d'aiguillage (technologie ferroviaire) ;

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/PRS

 

 

Dans le dominaine sécuritaire ferroviaire ce sigle a servi pour désigner les postes tous relais à transit souples.

Ces postes qui, par leur modernité et leur fiabilité, suscitaient l'émerveillement des jeunes générations engendraient l'inquiétude et le désarroi chez les anciens aiguilleurs qui voyaient leurs temples s'effondrer et la menace de disparition de leur noble fonction.

 

Les panneaux P.R.S que l'on voit désormais le long des lignes n'ont rien de commun avec  les postes tous relais à transit souples. Il s'agit d'un autre domaine sécuritaire ; celui d'assister les secours, sapeurs-pompiers, gendarmes, SAMU, etc. Le P s'identifie à la notion de poste ou de point, le R au relais ou à la régulation et le S aux secours.

 

Pierre Fabre. 

 

______________________________________________________________

  • Image illustrative de l'article Gare de Paris-Nord


  • La gare de Paris-Nord fut érigée, entre 1861 et 1866. Ce fut  Ignace Hittorff qui a pris la direction des travaux de reconstruction de cette gare qui, aujourd'hui est la première de France.

 

Souvenirs de jeunesse.

Quand au printemps de 1963 j'entrai, par la plus petite porte, à la S.N.C.F je fus impressionné par ce mélange de modernité et de logistique séculaire. Dans la même gare on voyait évoluer de pimpants T.E.E, ils mettaient Bruxelles à 2 h30 de Paris, et des trains de banlieue tractés par les vénérables 141 R qui laissent aux anciens la nostalgie de leur panache blanc. Plus encore que la technique je fus affecté par le composite vivier humain de l'entreprise où l'on trouvait, pêle-mêle, des équipiers, un peu frustes, mais ô combien attachants par leurs qualités intrinsèques, tranchant avec la nouvelle génération qui, par erreur d'appréciation ou par un stupide complexe de supériorité, se croyait investie de prérogatives plus novatrices. Les dirigeants de l'époque qui, à une écrasante majorité, n'avaient, derrière eux, que leur expérience de terrain et n'avaient jamais mis les pieds dans un groupe de travail managérial, touchaient par leur culture d'entreprise, leur lucidité, la qualité de leur gestion de chantier et parfois, sous des abords  rudes, faisaient preuve d'un humanisme aussi discret qu'authentique. Nos jeunes énarques, à mon humble avis, sont bien loin d'être à leur niveau. Certains avaient connu la captivité dans les camps outre-Rhin, d'autres avaient rejoint les rangs de la Résistance et beaucoup avaient connu le pilonnage qui avait mutilé l'outil ferroviaire pendant la guerre.   

Tout jeune donc je pénétrais dans ce P.R.S de Paris-Nord, opérationnel depuis 5 ans, mais, à mes yeux, d'une modernité saisissante. Pour moi cette découverte d'une chapelle laïque, affectée à la gestion du mouvement, fut similaire à l'émerveillement des paléontologues pénétrant dans la grotte de Lascaux. Les opérateurs, hommes d'une qualité professionnelle prodigieuse, travaillaient dans un calme  presque religieux laissant seulement échapper des inquiétudes ponctuelles comme "départ Chantilly ; bon sang qu'est ce qu'il b... c'est ouvert, pourquoi il ne part pas" ou "retour Landy, qu'est qu'il fout  non de D… il va me planter le 179". Le coordinateur de cet ensemble, comme un chef de chœur, donnait la mesure.

Je me souviens de ce personnage qui commandait ce collectif, véritable encyclopédie vivante des textes réglementaires, impressionnant par sa bonhommie et sa maîtrise parfaite du terrain et des flux. Me voyant timidement pénétrer sur la pointe des pieds, porteur de documents, hésitant et quasiment troublé devant ces personnages qui manipulaient l'outil avec une aisance parfaite, me dit "entre donc tcho, on ne va pas te manger". Tcho, en picard, veut dire petit ; je découvris ce mot. Voyant mon émerveillement il prit quelques minutes pour me présenter "son" P.R.S me fit découvrir ses collaborateurs, leurs pupitres et m'expliqua ce qu'était le T.C.O, tableau de contrôle optique, la création des itinéraires, les mouvements en cours. Les lampes témoins s'allumaient, puis s'éteignaient, puis s'allumaient à nouveau dans un ordre différent, j'eus l'impression d'assister à un féérique ballet lumineux automatique. Je ne sais si X Leguay est encore de ce monde mais il m'a donné, en quelques minutes, bien plus que des heures de bachotage.

Ce sont ces souvenirs là qui ont marqué mes premiers pas. Ils sont bien loin mais tellement présents et j'oserais dire précieux dans mes souvenirs.

 

En 1964, je crois que ce fut pour la nuit de Noël, la chanteuse Pétula Clark pénétra dans le P.R.S de Paris-Est. La vie du rail relata ce passage de l'artiste galloise et confia qu'elle fut subjuguée par sa découverte.

 

 Voir aussi : http://ajecta.unblog.fr/2009/10/06/veille-de-train-une-nuit-au-landy/

 

 



20/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres