Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

"Qu'est ce qu'un lieudit"

 

 

 

JPEG - 135.3 ko

Les microtoponymes de Malecourse sont légion. Celui ci-dessus est bouzicois.

 

Qu'est ce qu'un lieudit ?

Un lieudit, parfois appelé écart ou hameau, est un espace habité ou non, en général limité à un point de relief, flanc collinaire, vallon, bosquet, ensemble de champs de pâtures, de landes, de guérets, ou de jardins. Il peut correspondre à une demeure, un mitage, une bergerie isolée, une grange détachée, une source, un ouvrage, etc.

Un lieudit peut être rural ou urbain. Certains épousent un lieu historique comme Le Camp du Drap d'or*, à Balinghen, ou le Mont Cassin, en Italie. Pour d'autres il peut situer un lieu de pèlerinage, Redon-Espic, un lieu balnéaire, Juan-les-Pins, un lieu de foire, La Latière, à 5 Km de Ste Aulaye, un pôle de maintenance industrielle, le haut lieu ferroviaire de la grande vitesse du Landy, etc.

 *Le camp du Drap d'Or est le nom donné à la rencontre diplomatique qui se déroula entre le roi François Ier et Henri VIII d'Angleterre du 7 au  1520, dans un lieu situé dans le Nord de la France, à Balinghem près de Calais, entre Ardres, appartenant à la France, et Guînes, anglaise à l'époque.

 

Pourquoi faut-il s'intéresser à nos lieux-dits et les conserver.

Certains lieudits sont annexés par un autre lieudit du voisinage immédiat. Vaurez s'étend aux Crouzettes, La Grange, Rouquette et, dans une certaine mesure, vers Pesset. Des lieux-dits sont quasiment absorbés par leurs adjacents Lacoste et Lamothe, par Pétrou. Aux Champs est assimilé à la Renardie.

Les villes ont annexé certains lieux-dits tel La Goutte d'Or, au nord de Paris, quartier issu de l'ancienne commune de La Chapelle est estimé à 28 000 habitants. Juan-les-Pins, cité balnéaire, occupe un part importante des 74 000 habitants d'Antibes. Le Pontet à Sarlat, depuis longtemps, est intégré au tissu urbain de la ville.

Globalement nous tenons tous à notre enracinement local et ancestral. Yvette Horner releva un journaliste en lui disant qu'elle n'était pas tarbaise mais aureilhanaise; seul l'Adour de 20 mètres de large, sépare les deux cités bigourdanes.  Il faut sauvegarder nos lieux-dits car ils ont accompagné l'histoire de nos entités. Jadis -et même parfois encore- pour situer un personnage on disait L. du Moulin rouge, de Carves, du Chai, de Tourne-Guil, de Grives et cela nous éclairait. Implicitement on s'appuyait sur nos racines.

 

Si vous voulez faire vivre vos lieux-dits, nos lieux-dits, venez ce samedi 16 novembre, à 17 heures, passer une heure à la petite salle du conseil municipal de Belvès où l'Association belvésoise de la culture [A.B.C] consacrera un moment sur l'onomastique des lieux-dits. Chacune et chacun pourra s'exprimer pour affirmer que nos lieux-dits jalonnent notre micro-géographie et la petite histoire locale qu'il faut conserver.

 

 



13/11/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres