Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Regard sur les municipales ; aujourd'hui Sagelat.

 

 

 

Voici le listage des candidats pour les élections municipales de Sagelat.

 

Séverine GAUBERT

 - Employé (secteur privé)

Joël EYMET

 - Retraité salarié privé

Didier TOUGERON

 - Artisan

Christelle-LANDRY-FOUTRIN

 - Artisan

Olivier MERLHIOT

 - Autre profession libérale

Thierry LAPEYRE

 - Agriculteur-propriétaire exploit.

Claude LACAZE

- Retraité salarié privé

Francis D'ANGELO

 - Retraité salarié privé

Dominique GARROUTY

 - Ouvrier (secteur privé)

Michel MAURY

 - Fonctionnaire de catégorie C

Thierry LALO

 - Ouvrier (secteur privé)

 

L'ordre est celui qui a été communiqué à la presse par les services de la préfecture. Cela ne préjuge en rien de l'architecture de la municipalité.

Ce sera la première élection municipale à Sagelat depuis 1959 où  aucune candidature, plurielle ou isolée, externe à l'équipe sortante, n'a émergé. Il n'y aura pas de baroud d'honneur progressiste. C'est, à mon sens, certainement, un appauvrissement et un recul de la pluralité citoyenne.

 

Nathalie et Christelle.jpg

Nathalie Lambert, la sortante, et Christelle Foutrin, l'élue... encore virtuelle.

 

Une tête nouvelle apparaît. Sans suspense ce sera Christelle Landry-Foutrin qui sera installée entre le 28 et le 30 mars au conseil municipal par Olivier Merlhiot. Après avoir installé tous les conseillers le maire s'effacera et donnera la présidence au doyen du conseil municipal, Georges-Claude Lacaze, pour procéder à l'élection du maire. En principe celui-ci s'entoure des deux benjamins pour procéder à la logistique du vote. Le doyen a toute latitude pour faire un discours liminaire avant l'élection du maire et, après le choix, à bulletins secrets, par ses pairs, féliciter le premier magistrat… si ce n'est pas lui-même.

On notera que le doyen peut ne pas souhaiter ouvrir la première séance. Dans ce cas cet honneur échoit au suivant et ainsi de suite ; cela peut, théoriquement, aller jusqu'au benjamin. En aucun cas il n'y a préséance pour le maire sortant ou l'un de ses adjoints.

 

Sagelat, depuis l'automne 1947, a vu trois maires ceindre l'écharpe au gland d'or ; Fernand GarroutyJean-Louis Peyrus et Olivier Merlhiot. C'est beaucoup moins qu'ailleurs. La moyenne nationale peine à atteindre trois mandatures par maire.

Autre particularité sagelacoise la féminité y est en souffrance. Première élue, en 1971, Andrée Teilhaud fut la première dame à accéder au conseil municipal. En 1977 Régine Jaklin devint la seconde. Régine, devenue Régine Jaklin-Gascou, n'a pas souhaité terminer son unique mandature. En 1983 Solange Charpentier et Andrée Teilhaud composèrent le binôme féminin qui perdura jusqu'en 1995. Celui-ci se recomposa cette année là avec l'arrivée de Josette Port qui siégea jusqu'en 2007. En 2001 Nathalie Lambert entra pour deux mandatures. En 2008 le binôme féminin perdura avec l'élection de Séverine Gaubert.

 

Sans paraphraser la belle chanson de Joe Dassin, de 1969, "Qu'il est long, qu’il est loin ton chemin, papa" qui, bien entendu, n'a rien à voir, la féminité, à Sagelat, a encore beaucoup de chemin à parcourir non pour atteindre une impossible parité, l'effectif des conseils municipaux est impair, mais pour s'en approcher.    

 

________________________________________________________________

 

Rappelons que la municipalité n'est pas le conseil municipal. Dans une commune où il y a plusieurs listes, ce n'est pas le  cas à Sagelat, tous les élus de la liste majoritaire ne constituent pas la municipalité. Il peut se faire qu'un ou plusieurs élu(s) de listes(s) minoritaire(s) accède(nt) à la municipalité.

La municipalité étant l'exécutif municipal, maire et maires-adjoints.

On parle souvent du tableau. Celui-ci classe les élus dans l'ordre suivant, primo le maire, secundo, les maires-adjoints dans l'ordre numérique, tertio, les conseillers municipaux. Dans les communes de moins de 1 000 habitants ceux-ci sont classés en reprenant les élus du premier tour, dans l'ordre du nombre de suffrages recueillis, et ensuite ceux du second tour ; toujours dans l'ordre du nombre de suffrages. En cas d'égalité c'est le bénéfice de l'âge qui prévaut.

 

Toujours pour les communes de moins de 1 000 habitants les conseillers communautaires, un seul pour les communes de moins de 500 habitants, sont pris dans l'ordre du tableau.

 

Imaginons que les six premiers d'une commune de moins de 100 habitants se dérobent ! Ce sera le septième et dernier qui deviendra conseiller communautaire.

 

Demain nous changeons de rive de la Nauze et nous nous transporterons sur les hauteurs en nous attardant sur Monplaisant.



08/03/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres