Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Une historique poignée de main.

 

 

Obama-Castro.jpg

 

2015/04/11 http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://s2.lemde.fr/image/2015/04/11/534x0/4614435_6_33d5_la-poignee-de-main-entre-le-president_8d2e18ab7869ab700cf9dd6c5b43ca4b.jpg&imgrefurl=http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/04/11/sommet-des-ameriques-raul-castro-qualifie-barack-obama-d-homme-honnete_4614433_3222.html&h=356&w=534&tbnid=wT3BkUfcH2xZHM:&zoom=1&tbnh=90&tbnw=135&usg=__zWJ1mAO-pYz-zlM_nqLAvbFRKwg=&docid=D2ayshbEYYLLkM

 

 

Qu'est ce qu'une poignée de main. Ce geste de civilité, aussi banal que courant, sait déceler une graduation. Celle-ci épouse la chaleur de l'accord des personnages. Cette gestuelle  remonte au temps de la chevalerie. À l'époque c'était un geste viril qui indiquait que le chevalier qui tendait sa main droite venait sans intention de dégainer son épée. De nos jours la gent féminine, aussi, se salue avec des poignées de main.

 

Ce geste a, aujourd'hui, perdu son sens initial mais, quoi qu'il en soit, témoigne toujours d'une bienséance minimum. Ceux qui refusent ostensiblement de serrer la main de quelqu'un, pour ne pas se salir ou pour marquer ouvertement une forme d'hostilité, inconsciemment, empruntent la voie d'une intolérance. Barak Obama et Raùl Castro en acceptant de se serrer la main n'ont pas, pour autant, apuré et désavoué les "étrangetés" des régimes de leurs pays.

 

Une dérive insoupçonnable et insoupçonnée. La communauté internationale, campant sur un anticommunisme haineux et viscéral a eu de singulières complaisances avec le pays maître du monde. Au cours du XXème siècle il s'est affranchie de l'ingérence pour une guerre terrible au Vietnam, violer la volonté souveraine des citoyens de la Grenade [Operation Urgent Fury], installer une dictature atroce au Chili, soutenir toutes les dictatures cléricalo-réactionnaires d'Amérique latine, et, cerise sur le gâteau, par son refus de voir l'Afghanistan aux mains d'une mouvance, certainement d'une très "approximative" démocratie restreinte, mais ouverte à la liberté des femmes, apporta l'indispensable terreau au terrorisme islamique. Ce déchainement, aujourd'hui, est le premier fléau de l'humanité.

 

Les hommes passent et, un jour, pour tenter d'éviter à l'humanité entière de sombrer totalement dans une dictature sans limite, il faudra bien que d'autres cessent de se tourner le dos. 

 



12/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres