Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Une petite histoire dont l'authenticité reste plus qu'incertaine.

 

 

Un des fidèles internautes de ce blog, fin pêcheur, il partage son temps entre les berges des rivières auvergnates de la Jordanne, les ruisseaux de Mamou et de Giou, qui arrosent l'ancienne capitale de l'Auvergne, et celles de notre modeste Nauze, est, peut-être, aussi pécheur. Vous comprendrez tous, bien sûr, que l'agnostique que je suis n'a nulle qualité pour fouiller les consciences. Cet internaute, abonné à ce blog, m'a fait parvenir une petite histoire, vieille de 10 ans, dont je suis parfaitement incapable d'attester l'authenticité ou d'en invalider l'exactitude.

 

Dans un monde où la tolérance requiert de plus en plus en plus d'ouverture d'esprit, ces courriers, s'ils étaient authentiques, sait-on jamais, ne manqueraient point d'humour ni de compréhension de nos différences idéologiques.

 

P.F

 

 

Bernard Thibault fut le secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) de 1999 à 2013. 

 

Hélas je ne puis mettre en parallèle l'image de Soeur M qui m'est totalement inconnue.

 

 

 

 

La nonne et la C.G.T

 

Si tout le monde avait leur humour...

Voici deux lettres, toutes deux authentiques (novembre 2004).

L'une a été écrite par Soeur M., moniale visitandine à Nantes. L’autre, la réponseest

signée par Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT.

 

Lettre adressée par Soeur M. à la C.G.T.

 

Madame, Monsieur,

 

Religieuse cloîtrée au monastère de la Visitation de Nantes, je suis sortie, cependant, le 19 juin, pour un examen médical. Vous organisiez une manifestation. Je tiens à vous féliciter pour l'esprit bon enfant qui y régnait. D'autant qu'un jeune membre de votre syndicat m'y a fait participer ! En effet, à mon insu, il a collé par derrière, sur mon voile, l'autocollant CGT après m'avoir fait signe par une légère tape dans le dos pour m'indiquer le chemin.

 

C'est donc en faisant de la publicité pour votre manifestation que j'ai effectué mon trajet.

 

La plaisanterie ne me fut révélée qu'à mon retour au monastère. En communauté, le soir, nous avons ri de bon coeur pour cette anecdote inédite dans les annales de la Visitation de Nantes.

Je me suis permis de retraduire les initiales de votre syndicat (C.G.T = Christ, Gloire à Toi).

 

Que voulez-vous, on ne se refait pas. Merci encore pour la joie partagée. Je prie pour vous.

 

Au revoir, peut-être, à l'occasion d'une autre manifestation...

 

Soeur M.

 

________________________________________________

 

 

Réponse du secrétaire général de la C.G.T.

 

Ma soeur,

 

 

Je suis persuadé que notre jeune camarade, celui qui vous a indiqué le chemin, avait lu dans vos yeux l'humanité pure et joyeuse que nous avons retrouvée dans chacune des lignes de votre lettre.

 

Sans nul doute il s'est agi d'un geste inspiré, avec la conviction que cette pointe d'humour " bon enfant " serait vécue comme l'expression d'une complicité éphémère et pourtant profonde.

 

Je vous pardonne volontiers votre interprétation originale du sigle de notre confédération, car nous ne pouvons avoir que de la considération pour un charpentier qui a révolutionné le monde.

 

 

Avec tous mes sentiments fraternels et chaleureux.

 

Bernard Thibault,

secrétaire général de la C.G.T

 



27/07/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres