Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Une plume centenaire de notre Périgord.

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Geneviève Callerot,  membre de " l'Association des écrivains et artistes paysans".

 

 

Aujourd'hui, le blog va s'écarter de notre Val de Nauze et de la Bessède pour saluer l'anniversaire, au compte on ne peut plus rond, d'une plume extraordinaire dans la Double.


C'est dans le 14ème arrondissement de Paris que naquit, le 6 mai 1916, Geneviève Morise.

 

Elle arrive dans la Forêt de la Double, à Saint Aulaye en 1920.  Éloignée de l'école, elle ne la fréquentera point. C'est sa mère qui lui a donné les bases de la connaissance élémentaire.

 

Geneviève Morise devint par mariage Geneviève Callerot. À partir de 1983, elle se lance à corps perdu dans l'écriture. Son œuvre riche et émouvante se construit. Elle mêle dans ses écrits, de l'autobiographie et des observations de la Double du XXème siècle. Notons que dans cette terre rude et ingrate, les paysans n'ont pas la vie facile. Elle n'a guère évolué depuis l'époque où la plume d'Eugène Le Roy dans "L'ennemi de la mort", sous le masque de Daniel, le bon Dr Charbonnière, transpose avec finesse, le tumulte de ses tourments d'ardent républicain progressiste, pour transformer sa propre autobiographie.

 

En suivant la prose de Geneviève Callerot, on  vit avec les Doubleauds. Ils sont passés de la culture des micro-propriétés à l'ère de la motorisation aussi impressionnante que coûteuse.

 

Geneviève a rarement manqué l'incontournable "Foire de la latière" du 30 avril, à Saint Aulaye. Elle s'y est rendue à pied et même en tracteur.

Geneviève, chantre de la ruralité authentique, sait nous émouvoir avec ses histoires où les métayers, personnages presque d'un autre temps, cohabitent avec celles et ceux qui  ne travaillent pas cette terre ingrate de la Double, mais en sont les propriétaires fonciers et, au fond d'eux-mêmes, en sont imprégnés.

 

 

À lire "Quatre sons de cloches", en 2001, "Les cinq filles du Grand Barrail" 2002 ",Treize grains de maïs, réédité en 2004,  10 ans plus tard "La demoiselle du château".

 

 



07/05/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres