Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Vive les vacances (volet n° 1).

 

vacances

 

"Vive les vacances, point de pénitences, nous mettrons les livres au feu et le maître au milieu".

 

Vous avez peut-être oublié, ou jamais connu, cette ritournelle qui était entonnée en monôme, souvent hurlée, par les enfants, à la veille des "grandes vacances". Cela ne choquait personne et était même entendu avec un attendrissement certain, pour ne pas dire une certaine complicité, par parents et passants.

 

[Blog de Bernard Collot].

 

 

Je n'ai pas su retrouver les paroles de cette ritournelle qu'il y a bien des décennies, les espiègles écoliers chantaient hardiment dans l'allégresse, le 13 juillet, jour de la sortie scolaire, sur le chemin du retour vers leur demeure. L'époque des pénitences à l'école, voire des violences brutales de certains enseignants peu amènes et d'une pédagogie hétérodoxe, surtout à l'égard des plus humbles et des élèves en difficulté, heureusement, n'est plus de mise. Si l'on doit aux héritiers des Hussards noirs de la République d'avoir ouvert l'itinéraire du savoir aux enfants, on ne peut pas dire qu'ils l'aient tous et toujours fait dans la tendresse que l'on doit aux futurs citoyens qu'ils avaient à guider.

 

Cette bien vieille ritournelle, bien heureusement, sonnerait bien mal de nos jours, tant les enseignants contemporains ont su renforcer les lettres de noblesse de leur mission.

 

 

 

Vive la kermesse de l'école.

 

 

C'est dans le superbe parc municipal fongauffiérain que, dès la fin de l'école, les enseignantes et les parents d'élèves accueillent les visiteurs de la kermesse.

 

Dimanche 3 juillet, après le spectacle, plutôt réservé aux parents, c'est donc vers ce parc que les multiples activités ont permis aux parents et amis des familles d'élèves de se rencontrer.

N'oublions pas que les écoles de la ruralité profonde sont toujours sous l'épée de Damoclès. Nos écoles rurales, certes, ont un coût. Au nom d'une certaine économie, nos gouvernances, dans un pays exsangue, savent engager des dépenses pharaoniques pour restructurer les appareils, comme la refonte des conseils régionaux, en multipliant, puissance x, les dépenses publiques.

Puissent nos décideurs, pour la vitalité de nos villages, savoir raison garder et conserver la plupart de nos écoles rurales ! Ce faisant, ils ne feraient que soutenir les piliers de la République.

 

Un article de rattrapage, "Les photographies manquantes", publié le 7 juillet, présente les images qui, pour des raisons techniques, n'ont pas pu être ouvertes par les abonnés. 

 

CIMG1975.jpg

 Les jeux sur l'eau fascinent les enfants.

 

 

CIMG1977.jpg

 

La pêche miraculeuse.

 

CIMG1978.jpg

 

Francis à sa baraque.

 

 

CIMG1980.jpg

 

Elles gèrent le trésor.

 

CIMG1982.jpg

 

L'escale à la ferme.

 

 

CIMG1983.jpg

 

La buvette.

 

CIMG1987.jpg

 

Les fléchettes.

 

 

CIMG1991.jpg

 

L'attente du saucisson.

 

CIMG1992.jpg

 

Il faut bien viser.

 

CIMG1993.jpg

 

On ne connaissait pas encore le sort des Bleus à St Denis.

 

CIMG1994.jpg

 

 

Le parc lieu de promenade.

 

CIMG1996.jpg

 

 

La course en sac. 

 

CIMG2001.jpg

 

 

Le cuiseur à son poste.

 

CIMG1997.jpg

 

Les poneys du Bos rouge.

 

CIMG1999.jpg

 

 

Après une année bien remplie pour Mélanie, c'est l'heure des vacances. Demain, nous reviendrons à l'école pour saluer le premier prix des élèves obtenu au concours Mathador.
 
 
Photos Pierre Fabre.


06/07/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres