Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Bientôt novembre... le mois du recueillement.

MONPLAISANT & SAGELAT

 

 

Dans quelques jours nous serons en novembre; ce mois  d'automne qui, dans notre culture, nous amène vers les sépultures de nos chers disparus. Le jour des défunts, le 2 novembre, cette année tombe un dimanche. Dans la vie courante force est d'admettre qu'il est souvent avancé à la veille car les us et coutumes du 1er, tradition multi-séculaire de la sensibilité dominante oblige, ont établi cette journée fériée.

Les convergences vers les cimetières, à Monplaisant, le 1er, vers 14 h et le 2, toujours vers 14 h, à Sagelat, vont permettre aux familles et amis de se retrouver pour se recueillir sur les tombes de celles et ceux qui ne sont plus mais aussi de se ressourcer avec quelques amis d'antan.

 

 

Émile Yoder, 85 ans, propriétaire de l’ancienne ferme Docourt où s’est déroulé le drame de Joncherey. Sur cette planche, on distingue (en haut) un trou que l’on dit causé par une balle tirée contre Peugeot.

Émile Yoder, 85 ans, propriétaire de l’ancienne ferme Docourt où s’est déroulé le drame de Joncherey. Sur cette planche, on distingue (en haut) un trou que l’on dit causé par une balle tirée contre Peugeot. Photo "L'Alsace".

 

C'est ici, dans ce site aujourd'hui franc-contois, jadis alsacien, de triangulation de l'Allemagne, de la Suisse et de la France que s'effondrèrent, une trentaine d'heures avant l'ouverture officielle des hostilités, Jules-André Peugeot et Camille Mayer, Un petit rappel de ce premier affrontement accompagnera ce devoir de mémoire.

 

Cette année, triste centenaire du départ de la Première Guerre mondiale, donnera probablement aux manifestations du 11 novembre une tonalité nouvelle. On notera que pour la première fois les cérémonies de Sagelat et de Monplaisant se suivront de manière à faciliter la présence des porte-drapeaux, qui ne jouissent pas de faculté d'ubiquité, aux commémorations.

La cérémonie à Sagelat, après le rassemblement informel des officiels à la salle des fêtes au foyer, à 10 heures, et l'évolution vers le monument aux morts, aura lieu à 10 h 30. L'avancée d'une demie heure ne devrait pas poser de problème et sera un petit retour partiel en arrière. Pendant des années la cérémonie sagelacoise était à 10 heures. 

 

À  Monplaisant le rassemblement au monument, prévu à 11 h 30,  sera légèrement décalé d'une demie-heure.

Ce compromis monplaisano-sagelacois s'écarte d'un instant de l'heure historique de 11 heures quand les plénipotentiaires ont mis, dans la clairière de Rethondes, un terme à cette affreuse tuerie.

 

Rethondes.jpg

Clairière de Rethondes © Éric van Ees Beeck 

 

C'est dans la clairière de Rethondes, devenue un lieu de tourisme historique, dans l'envoûtante forêt de Compiègne, que l'on décidât de mettre un terme à l'une des pages les plus sombres de la barbarie humaine.  

L'armistice ne fut connu que quelques heures plus tard sur les théâtres opérationnels. Le malheureux Augustin Trébuchon ne revit pas revenir la paix pour retrouver son activité pastorale sur les reliefs de son hameau de Montchabrier dans le Gévaudan. Vrigne-Meuse, aux portes de Sedan, à 141 Km de Rethondes, où il tomba mortellement, était encore trop loin pour entendre, à temps, le clairon salvateur.  



28/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres