Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Bon anniversaire Bernard.

 

 

Bernard Grenier dev de mém.jpg

 

Ce mardi notre ami Bernard Grenier change de club. Il passe du cercle des sexagénaires à celui des septuagénaires.

 

C'est dans ces collines, dites du Mont d'Or, qui dominent les derniers kilomètres de la Saöne que Bernard vit le jour, dans le Lyonnais, dans le bourg de St Germain au Mont d'Or, entre Calluire, ville tristement célèbre depuis le 21 juin de l'année de naissance de Bernard, et Vaux-en-Beaujolais, village qui devint célèbre grâce à la plume romanesque de Gabriel Chevalier qui, en 1934, imagina Clochemerle-en-Beaujolais.

 

Bernard, dont le père était ingénieur à la jeune S.N.C.F, quitta très tôt le Lyonnais pour la paisible banlieue parisienne de St Maurice.

À cette époque son père participait aux grands travaux d'électrification de Paris à Laroche-Migennes ; chantier déterminant pour donner à l'axe majeur de l'ancien P.L.M la puissance nécessaire pour absorber son important trafic.

 

De St Maurice, où Bernard poursuit ses études, au relief monplaisanais de Gaussens que de chemin parcouru !  Il faudrait un petit livret pour suivre le jalonnement de ce chef d'entreprise, humaniste désintéressé avant tout, qui valorisa un de nos liquides le plus prisé, le vin, en passant par les installations frigorifiques en Iran. 

Avant de se retirer en Périgord, terre où, depuis plusieurs dizaines d'années, il venait en vacances, Bernard fit escale en Terre d'Oïl, là où est né le camembert et où un petit ruisseau, le ruisseau de Crouttes, se glisse dans le bocage avant d'apporter ses ondes à la Monne, affluent de la Vie, tributaire de la Dives, fleuve côtier de la Manche. Ces vallons escarpés, aux confins du Pays d'Auge et des collines du Perche, aussi agrestes qu'ils soient, n'ont pas su retenir Bernard qui est venu chercher sur sa terrasse monplaisanaise la douceur d'un climat favorable à une retraite bien active.

 

Si Bernard, actuellement, est à classer dans ce "corps social" des retraités il n'en épouse que bien peu de ses avantages. Bernard, pris par la vie associative et citoyenne, passe d'un chantier à l'autre. Il est sollicité par la logistique de la commune où il est élu mais il déborde largement chez les voisins pour leur plus grand plaisir.

 

Il suit activement les chantiers municipaux, avec une part active pour rétablir des chemins ruraux, réhabilite des monuments, organise l'intendance des cérémonies et tant d'autres choses. Il s'inscrit pleinement dans le devoir de mémoire en devenant le porte-drapeau de l'A.N.A.C.R et se rend aux cérémonies où cette association est demandée.

 

Bravo Bernard pour tout ce que tu apportes à la communauté. Les forces vives des groupes que tu soutiens te souhaitent un très bon anniversaire.

 

 

 



02/12/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres