Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Christian Léothier, six mois après son élection.

Christian Léothier CR.jpg

Il y a une bonne trentaine d'années un sujet de philosophie du baccalauréat fut : Suffit-il d'avoir raison pour convaincre ? 

 

Le premier magistrat de Belvès a tenu à rendre compte de son premier semestre  "aux affaires belvésoises". Cette opération de communication n'a pas attiré les foules; c'est peut-être dommage car il est sain de pouvoir écouter pour, le cas échéant, réagir. Si l'on écarte les "obligés" de cette rencontre et les "curieux" des communes satellites l'estimation d'une vingtaine de personnes présentes laisse penser que les passions vives de ce pré-printemps et l'intérêt de la population au regard de la vie citoyenne, de mai à septembre, pour paraphraser la locution courante enchâssant la belle saison, a bien chu… en apparence tout au moins.

Le maire de Belvès a cru de son devoir, tout comme son prédécesseur, de témoigner au Prudhomme en faveur d'un patron qui, dans les apartés plus ou moins retenus, fait débat. Je me garderai bien de me lancer, à corps perdu, dans une polémique où, seule, mon intime conviction s'autoriserait à disserter sur un sujet particulièrement épineux… qui n'est pas de savoir si le pain, en Val-de-Nauze, est d'une qualité acceptable ou idéale mais d'un autre débat qui pose un problème de fond par les temps qui courent. Les personnes qui ont osé saisir l'instance prudhommale s'égarent-elles dans un délire frondeur ou sont-elles des éclaireuses de la vie sociale…  À chacune et à chacun d'avoir sa petite idée.

Témoigner c'est faire preuve, d'une part, de circonspection et, d'autre part, d'une expertise avec, autant que faire se peut, une évaluation imparable à avancer.

Le sujet de l'emploi demeure, plus que jamais, préoccupant. Dans le contexte où seul le monarque républicain et ses plus fidèles féaux croient, ou voudraient accréditer l'idée de l'inversion virtuelle de la courbe du chômage, 78 ans après les acquis de la Gouvernance du Front populaire, peut-on, et doit-on travailler en faisant litière de tous les principes.

 

P.F

 

Bernard Malhache a jeté un regard sur cette rencontre citoyenne. Il en a dégagé les grandes lignes.

 

Christian Léothier, lors de la campagne électorale avait pris l'engagement de rencontrer les belvésois une fois par an pour rendre compte de son mandat, mais aussi pour écouter. Exercice difficile auquel il s'est livré pour la première fois vendredi 17 entouré des conseillers élus avec lui. Seule une petite trentaine de personnes s'est déplacée, mais pour autant le débat d'une durée de deux heures n'en fut pas moins intéressant.

L'emploi: le maire a souhaité ouvrir la soirée sur ce sujet brûlant : deux entreprises belvésoises ayant un avenir incertain, soit plus de cent emplois concernés. "La tourte de la Nauze", une boulangerie qui emploie 23 personnes et dont le patron comparaît aux Prud'hommes, assigné par 9 anciens employés. Le maire fortement critiqué après la prise de position qui lui est reprochée a indiqué se battre pour que le tissu économique local soit maintenu en précisant qu'il n'aurait pas agi de même s'il y'avait eu une assignation au pénal. Un débat s'en est suivi avec une représentante des anciens employés de la boulangerie. Pour ce qui est de la situation de l'entreprise   "Gascogne" le maire a retracé là encore les démarches entreprises pour préserver les 80 emplois estimant que la situation n'était pas désespérée et que, là encore, il se battait pour sauver des emplois afin d'éviter que ne se reproduisent dans la cité des situations de désespérance et de mal être dues au chômage. Un interlocuteur a reproché que dans les deux cas il n'y ait pas eu de démarche économique préventive.

Ce long débat passionné terminé le maire a listé le bilan des six mois écoulés: réorganisation des services municipaux, déplacement de l'aire de camping car de la place de la Brèche au parking du cimetière (ce sera effectif en novembre) une mesure qui va permettre un gain de places de stationnement, panneau lumineux d'information, un circuit BMX, une maison des jeunes prés du collège dès novembre, des travaux à la piscine; des mesures écologiques importantes, plus d'emploi d'herbicide par exemple. Le label "Plus beaux villages de France" génère quant à lui nombreux travaux et exigences. Commencés en 2002 les travaux de l'église se termineront en 2018, la commune en aura acquitté 20%, soit 23 € par an et par habitant pour la sauvegarde d'un patrimoine inestimable. Le gymnase va "changer de mains", c'est la communauté de communes qui en assurera l'entretien, le stade de foot devenant lui municipal. L'adjoint aux finances a fait quant à lui le bilan de la maison de santé. Déjà une extension est à prévoir pour permettre à des spécialistes d’assurer des vacations, en particulier des oncologues. Cette maison s’autofinance les loyers assurant les remboursements d’emprunts.

 

Travaux à venir


Dés son installation la nouvelle municipalité a remis de nombreux dossiers à l’ATD (agence technique départementale) pour étude.  Ainsi on devrait voir dans les mois qui viennent la mise en place de plusieurs ralentisseurs urbains, la réfection de la toiture de l’école primaire, la rénovation d’une des rues du centre ville, l’achat d’un terrain pour créer une zone de compostage des déchets verts, la création d’un pigeonnier contraceptif, d’un rucher pédagogique ; d’un city stade dans l’enceinte de la piscine qui sera subventionné à 35% par le conseil général et devrait coûter de 35 à 40000€ à la commune).

 

En conclusion le maire a évoqué le côté social de sa mission et son action étroite avec les assistantes sociales pour lutter contre la désespérance et permettre par exemple à tous les enfants scolarisés de pouvoir prendre, si tel est le souhait des familles, un repas à la cantine.

Evoquées aussi les relations avec les trois conseillers d’opposition, l’un d’eux René Barde était dans la salle et non à la tribune ; le maire a souhaité qu’un terrain d’entente soit trouvé afin de travailler de concert ; il faudra, a-t-il dit que chacun fasse un effort et cela commencera avec la refonte du comité des fêtes qui devra être apolitique.

Plusieurs questions ont été posées par le public

Rendez vous est donné en 2015 pour un nouveau bilan.

 

BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
Un exercice nouveau dans lequel le maire a été trés à l'aise© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
joël Gomez a parlé des chantiers en cours© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
27 ans de mandat pour René Malaurie© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
René Barde conseiller d'opposition ne s'est pas joint aux autres élus© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
Parmi les orateurs© PHOTO BERNARD MALHACHE
BELVES   Compte rendu de mandat
© PHOTO BERNARD MALHACHE

 

 


 

En cours.

 

Max Jardon, une fois encore, avec humour, a passionné les adeptes de la généalogie.

Belvès a un circuit BMX.

Retour sur la motivation sportive des écoliers de Sagelat.

Les Monplaisanais vont, bientôt, avoir un site informatique municipal.

La Troupe de Sagelat va donner une soirée au Buisson. 



19/10/2014
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres