Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Claudine et Hervé des citoyens impliqués dans la vie caritative.

 

PAYS de BELVÈS

 

Cliquez sur l'image.

 

 

CIMG1026.JPG

 

Après avoir été la première conseillère générale de l'arrondissement, Claudine Le Barbier, l'an dernier, n'a  pas cherché à s'incruster dans l'assemblée départementale et, depuis ce printemps, a renoncé à se représenter aux élections régionales. Pour combler ce vide, avant ses renoncements, sans donner aucune piste, elle avait fait part de son intention de s'investir dans la vie caritative.

 

Hervé Le Barbier, lui, avait déjà passé le flambeau, au cours de l'année 2012, à son successeur, à la maison de santé. Hervé a néanmoins continué  d'être le médecin des sapeurs-pompiers.

 

Aujourd'hui, 30 avril, Claudine et Hervé quittent Belvès pour un dépaysement complet. Ils s'échappent en terre haïtienne, à Jérémie, chef-lieu du département de Grand'Anse, ville qui compte environ 122 000 habitants. Cette cité est souvent nommée "la Cité des poètes "en raison d'écrivains, de poètes et d'historiens qui y sont nés.

 

Que vont faire Claudine et Hervé dans cette lointaine île où la présence française s'est imposée pendant 177 ans (1627/1804).

 

Claudine va s'investir pour un audit dans une école. Hervé va instruire des dossiers immanents à de très nombreux enfants et, naturellement, il exercera sa mission en qualité de médecin.

N'oublions pas que ce pays a connu un terrible séisme, le 12 janvier 2010, et qu'il est loin d'être entièrement rétabli. Cette secousse dura 10,4" et on compta environ 300 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abris.

Claudine et Hervé partent aux Antilles pour l'Association S.O.S Enfants du monde qui a son siège à Périgueux.

 

L'activité caritative a un sens profond dans notre bassin de vie.

D'autres personnes gravitant autour de Belvès ont travaillé pour S.O.S Enfants du monde. Citons nos amis J-Guy Eymet, Josette  et Max Lafon qui sont allés en Roumanie et, plus tard, à Haïti. Muriel et Robert Delmas se sont également rendus en Roumanie ainsi que Didier Tougeron, Roland Kupcic et David Eymet.

Murielle Delmas, responsable de l'antenne locale, rappelle, par ailleurs, qu'elle a connu un geste significatif de l'entreprise cypriote Téton qui a donné un camion entier de  fournitures pour une école professionnelle féminine du Maroc.

Elle précise qu'avant le séisme de 2010, à Haïti, beaucoup de marraines et de parrains ont aidé leurs filleuls et filleules. Elle se plaît à souligner une initiative qui a énormément fait plaisir, avec l'accueil d'une adolescente non-voyante haïtienne, secourue par Jean-Pierre Riehl, qui est repartie après guérison.

 

Fin mai, après le retour de Claudine et Hervé, le blog reviendra sur leur mission caritative.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ha%C3%AFti#/media/File:Haiti_topographic_map-fr.png 

 

Haïti, l'ancien Saint Domingue. Cette terre antillaise, 27 750 Km2, équivalente à la superficie de la Gironde, des Landes et de la Dordogne fut, avant de s'être déclarée indépendante, le 1er janvier 1804, une "colonie française". Rappelons que cette "présence" française a été, hélas, entachée d'esclavagisme et que "l'Homme du 18 Brumaire" n'hésita pas à le rétablir par la loi du 20 mai 1802 (30 floréal an X). Ce fut un inadmissible et odieux retour sur les principes de la loi du 4 février 1794 (16 pluviôse) qui avait aboli l'esclavage sur tous les territoires de la République française. 

Les résidents de Saint Domingue, menés par Toussaint-Louverture, ont, par leur résistance, fait naître le seul pays francophone indépendant des Caraïbes.

 

 

 



30/04/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres