Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Histoire d'un ballon.

 

Ce n'est pas l'histoire du Grand Ballon, jadis, à l'école, nous disions le ballon de Guebwiller, 1424 mètres, vigile de l'Alsace, qui, sur son socle hercynien, profondément remanié au Tertiaire, campe bien loin de nous, ni du ballon  "Armand Barbès" de Gambetta, qui s'envola de Paris assiégé, le 7 octobre 1870, et chut dans le bois de Favières, bosquet de la plaine d'Estrées, à Épineuse, village proche de Clermont-de-l'Oise, à 68 Km de Paris, que ce blog va conter ; vous la connaissez toutes et tous. Modestement nous allons suivre celle d'un tout petit ballon, gonflé à l'hélium, qui s'envola de chez nous, au gré d'Éole, vers les Pyrénées mais, au dessus de collines gasconnes, termina sa course. Comme Icare s'approcha-t-il trop près de l'inaccessible ou fut il pilonné par un O.V.N.I microscopique nous ne le saurons jamais ! 

 

__________________________________________

 

 

Le petit village ci-dessous passe pour être la capitale des menteurs. C'est bien sûr une belle boutade car à Moncrabeau, où siège l'Académie des menteurs, il doit probablement y en avoir, comme partout, mais disons, plutôt, pour être plus sérieux, que les Moncrabelais, comme tous les Gascons, se plaisent à disserter en galéjades.

 

Pourquoi, diable, vais-je vous parler aujourd'hui de ce charmant bourg du Pays de l'Albret, qui domine la Baïse, et s'inscrit dans le proche voisinage, seulement à un myriamètre, de la cité condomoise, qui eut la particularité d'avoir eu pour éphémère prélat, un évêque qui jamais n'occupa son siège condomois à la cathédrale saint-Pierre, Jacques Bénigne Bossuet, l'homme des sermons, qui préféra se consacrer à l'éducation du dauphin et recevoir en rémunération le riche Prieuré normand du Plessis-Grimoult   !

 

 Cliquez sur les images.

 

moncrabeau.jpg

 

Le 24 novembre, vers 16 heures, une centaine de ballons furent lancés, pour la journée du Téléthon, devant la salle des fêtes de Sagelat. Cette année on a veillé à ne point les gonfler trop tôt pour qu'ils n'aient pas la même faiblesse que l'an dernier. Ceux là avaient tout juste eu la force de s'échapper vers le pays de Domme et , semble-t-il , les vents les poussaient vers les reliefs du Massif central ; peut-être à la recherche des sources de notre Dordogne.

Cette année un vent septentrional amenait les ballons vers les Pyrénées et devait permettre à ces ballons de rechercher des correspondants vers les terres d'Albret où l'on aperçoit, au loin, au moins quand la luminosité l'autorise, la barrière des montagnes de Gaston Phébus.

 

Dans ces reliefs ciselés par la Baïse un ballon chut dans le village de Moncrabeau et Gérard Mombertrand qui le trouva eut la bonne idée de retourner le carton qui l'accompagnait. Le ballon était celui de Joaquim Desmassias-Cruz, qui est le petit-fils de Dominique, la secrétaire du comité des fêtes, qui s'activa avec intensité, avec Christian son époux, dans la logistique de cette journée du 24 novembre. Ce carton fut donc le sympathique lien entre la Nauze et la Baïse. 

 

Merci au réceptionnaire qui, ainsi, nous assure que nos ballons ont eu bon vent.

 

Capitale des menteurs.jpg

 

Dagelat-Moncrabeau.jpg

 



06/12/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres