Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Unanimité sans bruissement ni murmure !

SAGELAT

 

Les travaux du conseil municipal.

 

 

Vendredi 7 juin, à 18 h 30, le conseil municipal s'est réuni sous la présidence d'Olivier Merlhiot, maire, pour aborder les divers sujets fixés par l'ordre du jour.

 

Le premier thème fut celui des chemins ruraux. Le blog d'hier a rappelé la problématique du chemin rural de Lavergne ; celui qui traverse le bief de l'ancien moulin et la Nauze pour rejoindre la R.D n° 710 en terre monplaisanaise au Moulin Rouge. C'est, peut-être, le point le plus difficile à résoudre mais d'autres, perçus à tort ou à raison comme moins importants, se font jour. Un autre chemin rural reliant Pessarni à Lavergne est labouré et, par ailleurs, la butte en pente qui permettait sa connexion à la rampe collinaire a été détruite par le précédent exploitant des parcelles riveraines. Le chemin rural qui relie La Robertie, Le Coustalet et Pesset est, également, obturé par une chaîne, celui qui part de Pesset vers Pont Rouchy est, lui, enfermé dans des clôtures rigides il est, hélas, obturé pour franchir le ru "La Vallée" à la jonction sagelaco-saint-germinoise. Un chemin rural en impasse, sous Pinsac, est, tout aussi irrégulièrement, inaccessible barré par une clôture fixe et, certainement, bien d'autres… La liste n'est, malheureusement,  pas exhaustive !

 

Le maire dit qu'il faut veiller à ce que les dérapages soient corrigés en évitant les situations ingérables et précise que si l'on admet, pour l'un ou l'autre, c'est tout le patrimoine qui se trouve menacé.

 

Quelques nouvelles positives dans ce domaine. Les chemins ruraux ont souvent eu tendance à "glisser" pour diverses raisons. Citons les angles difficiles à négocier, avec des engins motorisés, ou l'étroitesse de l'assiette peu favorable aux évolutions modernes. Le maire précisa que le chemin de La Banne  s'est singulièrement déplacé dans la propriété de Janine Lewandowski-Petitdemange. Janine a fait un effort louable pour  permettre de replacer le chemin rural dans son assiette. Elle a même du payer des honoraires de géomètre pour une dérive dont elle n'est nullement comptable. Autre initiative hautement civique celle de Guy Friconnet qui, pour le rétablissement de la base du chemin rural de Mauvelas vers Pétrou, n'hésite pas à participer à des travaux de nettoyage de l'ancienne assiette envahie par la végétation.

 

Dénomination des rues. Le conseil s'est décidé à donner des noms de rue aux principales sécantes du village de Fongauffier. Je reviendrai sur ce chantier qui, aussi pertinent et nécessaire qu'il soit, coûte cher et sera mené en plusieurs étapes. Dans un premier temps les venelles ne seront pas nommées et la numérotation des immeubles sera effectuée dans une prochaine phase. Pour sceller cette opération les plaques de rue seront personnalisées avec le logo communal. On pourrait faire plus simple mais il vaut mieux se placer dans la durée. Sans imaginer une quelconque disparition de la commune on notera, cependant, que les noms des rues, essentiellement valorisant l'eau présente dans le village, ne sont pas utilisés dans les communes voisines, tant à de Belvès qu'à Siorac, et, donc, ne pourront prêter à confusion avec nos voisins immédiats.

Certains pourraient dire qu'un village aussi modeste peut se passer de noms de rue. À la campagne les résidents se connaissent de moins en moins. Un livreur, un facteur intérimaire, un médecin, appelé en urgence, ont besoin de repères fiables.

Il restera cependant à nommer officiellement l'espace proche du mégalithe de la Résistance, la promenade sous les marronniers, jadis appelée route de Sarlat, et, éventuellement, en partenariat avec Monplaisant, le rond-point et la rue bi-communale. À chaque jour suffit sa peine !

 

Le cimetière. Le maire a annoncé au conseil le legs de René Malaurie qui laisse à la commune un important caveau où reposent des défunts décédés depuis bien plus d'un demi-siècle. Ce legs permettra à la commune de disposer d'un caveau d'attente après avoir remis en ordre cette sépulture et replacé correctement et dignement les défunts dans un nouveau cercueil collectif.

Le conseil a mandaté Daniel Manouvrier pour ces travaux. La compagne de Daniel s'est éclipsée de la salle du conseil pour permettre aux élus d'acquiescer à la proposition du maire conformément aux usages républicains.

L'actuel caveau qui sert de sépulture provisoire sera, après les travaux, l'ossuaire communal du cimetière.

 

Non au permis de Brive. Le maire a proposé aux élus de délibérer sur le thème de la recherche et  de l'exploitation des gaz non conventionnels (de schiste ou de houille) généralement désigné dans notre bassin de vie "permis de Brive". Le préfet doit remettre ses conclusions dans quelques jours au ministère et le maire, qui a précisé que Sagelat était bien à l'intérieur de la zone concernée par le permis, a obtenu du conseil, sans bruissement ni murmure, l'unanimité pour rejeter cette piste pour le moins inquiétante..

 

Dernier sujet abordé : le secrétariat de la mairie. Marie-José Pintos, après trois ans passés à Sagelat, va  quitter son poste sagelacois. Le maire a reçu diverses personnes postulantes et examiné les C.V. Son choix s'est porté sur Stéphanie Franc la secrétaire qui, actuellement, tient les secrétariats de Monplaisant et de St Amand. Le maire qui n'avait nulle obligation de solliciter l'accord du conseil municipal tint, néanmoins, à faire un tour de table sur ce sujet. Il n'y eut aucune objection. Le blog reviendra sur ce mouvement qui va se concrétiser au début de l'été. 

 

 

Sauf surprise pour Marie-José, le 7 juin, aura été sa dernière présence es assistante du conseil municipal.

 

Peu de questions diverses si ce n'est la sécurité de l'école qui est revenue dans les débats avec un accident évité de justesse. La vitesse limitée à 50 Km/h est, d'une part, souvent négligée et, d'autre part, trop élevée compte tenu de la dangerosité des lieux. L'école échoit désormais, pour son fonctionnement, à la communauté de commune mais les prérogatives de police demeurent municipales. Il reste encore beaucoup de pédagogie à faire pour obtenir une sécurité parfaite et impeccable devant l'école.

  

Photos Pierre Fabre.

 

 



09/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres