Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Il faut sauver nos microtoponymes.

SAGELAT

 

Dans quelques jours, sauf objection inhérente au devoir de réserve, je compte vous proposer une interview de Philippe Depoix, notre nouveau technicien-géomètre du cadastre. Il a pris ses fonctions à Sarlat après avoir opéré dans le Compiégnois, puis dans l'Agenais et le Villeneuvois. C'est dire que Philippe connaît ce décor grandiose de la Forêt domaniale où fut signé l'armistice le 11 Novembre.

 

 

Le géomètre du cadastre est amené à rétablir des erreurs figurant sur les documents cadastraux. Pendant la longue période où cette fonction était occupée par Jean-François Coudon une petite erreur, sur Sagelat, a été corrigée. Le bien modeste ru intermittent qui prend naissance à l'Estang et se connecte à la Nauze tout près de l'église de Sagelat était cadastré La Nauze. Cette erreur a, heureusement, été redressée et le Branchat a ainsi trouvé sa place dans les documents cadastraux.

 

En revenant sur les travaux de Peter Nollet qui s'est efforcé de suivre un maximum de microtoponymes on peut constater que son listage est, forcément, incomplet. Les microtoponymes ont tendance à se perdre parce qu'ils nous ont été transmis par la tradition orale à une époque où les campagnes étaient plus peuplées et  où quasiment toutes les parcelles avaient un nom. Ainsi autour de Fongauffier le champ où s'est implanté le rond-point était appelé par les Fongauffierains l'Enclos, en référence au patrimoine abbatial. Le pré qui s'inscrivait entre la Nauze et le déversoir aval du moulin s'appelait, pour des raisons mal connues, "Le pré de la ville".

 

Il faudrait sauver le maximum de microtoponymes car ceux-ci nous éclairent sur la géographie locale et sur la petite histoire.

 

Une petite promenade patrimoniale.

 

 

 

Jacques-Raymond Leygue à la fontaine du Drapier n° 3.jpg

 

Le Sagelacois Jacques-Raymond Leygues est toujours à la recherche de la moindre source. Ici il est chez ses voisins monplaisanais du Drapier.

 

Partons de nos sources et fontaines. Elles sont publiques ou privées, certaines sont totalement à l'abandon. Citons La Fontaine du noyer, la Fontaine abbatiale, celle qui jouxte la mairie de Sagelat, Fonpasserelle, prise d'eau du syndicat, la fontaine privée de Lavergne, les lavoirs et  fontaines du Colombier de Pétrou et de Fonfroide, la magnifique source privée de la Piboulade, en occitan lieu planté de peupliers, proche de La Tute, les fontaines du Maillac-Vieux, fontaine tarie à restaurer, comme celle de Pont Rouchy, fontaine à rétablir.

 

 

Nos ponts, parfois, indiquent non le lieu où ils sont érigés mais la direction de la voie qui les emprunte. Au piédroit du Stade de France, à La Plaine-St Denis, on trouve le pont de Soissons. L'ancienne première capitale de la France, c'était plutôt encore la Gaule, est cependant distante de 85 Km de la nécropole de la Maison de France. Bien plus proche de nous le pont carvésois des Fargues, lieudit sur les hauteurs du Valech, a son talweg à plus d'un kilomètre de ce lieudit. Le pont monplaisanais de Bosredon n'est pas au pied de son manoir. Il est à l'entrée, ou la sortie, de cette ancienne châtellenie. Le pont saint parducien du Bélinguier est au pied de la rampe qui y accède.

 

 

Nos ponts. La Nauze est chevauchée par plusieurs ponts. Le pont de la République et le pont des Abbesses sont exclusivement sagelacois mais la Nauze est franchie par le pont du Mayne, dit pont de Vaurez, ouvrage belvéso-monplaisano-sagelacois, le pont du Cra, au bas du Terriol, et le pont de Lavergne sont monplaisano-sagelacois. Un tout petit ouvrage, pont des Mauvelas, traverse le Branchat.

Sagelat partage avec Carvès les ponts d'Écoute-s'Il-pleut et de Fonfroide, avec  St Germain le pont de la Croix.

 

Des microtoponymes divers à sauvegarder. Le flanc collinaire de Pet Chaunat, le champ Bataillé, lieu de tournois, le tournant de Malecourse, entre Pinsac et Talissat, les cañons des Mauvelas et du Bos Rouge, le fossé des Cabanes, les bois de la Braude et du Village, les champs du Ségalat, de la Tourenque et le Communal sont des lieudits non indiqués sur le plan cadastral. Il parait probable que sans un rappel écrit ils risquent très rapidement d'être oubliés.

 

Il y en a certainement beaucoup d'autres. Je compte sur les internautes pour me les signaler.

 

 

 

Pierre Fabre.



15/10/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres