Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Il y a 100 ans aujourd'hui.

 

 

 

 

L'assassinat de Jaurès. En médaillon à gauche, Raoul Villain, "l'illuminé" qui l'abattit et qui fut gracié pour cet acte odieux.

 

Tout le monde, ou presque, aujourd'hui se réclame de Jaurès. Ce n'est  pas, pour certains, le moindre paradoxe; notamment pour ceux qui, sans vergogne, regrettent de ne point avoir de vocabulaire assez dithyrambique pour se flatter de leur abandon, pour autant qu'ils y aient souscrit, à l'idéal du tribun.

 

Passons sur ces fantaisies, licences et permissivités du verbe... Jaurès appartient un peu à tous mais, tout de même, beaucoup plus à celles et à ceux qui aspirent à un républicanisme ardent empreint de tolérance, d'équité et de laïcité. N'oublions pas que Jaurès, profondément croyant, fut un partisan déterminé  de la loi de "Séparation de l'Église et de l'état", votée sous le ministère Combes, un ancien séminariste devenu un rigoureux agnostique, dont le rapporteur fut Aristide Briand.

 

C'est au partisan de la paix, ce 31 juillet, 100 ans après son stupide assassinat, que nous devons penser. La paix, trois jours avant l'ouverture des hostilités, perdit un de ses plus résolus partisans. 

 

Rappelons que l'exposition sur la Guerre de 14, réalisée par les Musées de Belvès, au bout de la rue Rubigan continue pendant toute la première quinzaine d'août. Entrée 2€. Gratuite pour les plus jeunes enfants.

 

 

Chargement du sondage

 

 



31/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres