Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Il y a 70 ans ils furent les héros du Canadier.

 

 

 

VEYRINES-de-DOMME

 

Il y a 70 ans au  Canadier les hommes du maréchal assassinaient lâchement.

 

CIMG4659.jpg

 

Devant le mémorial de la Raze Ralph maîtrisa son émotion pour parler non seulement du 16 mars mais de toute cette période qui, en aval de Guernica, laboratoire des atrocités nazies, a jeté les républicains espagnols en dehors de leur pays pour rejoindre les partisans sur notre sol. 
 

Ce 16 mars l'hiver voulut encore dire qu'il n'était pas parti. C'est sous le brouillard, presque sous la pluie, que les adeptes du devoir de mémoire se sont rendus à Veyrines-de-Domme pour honorer quatre républicains espagnols, tous membres de la M.O.I ou de la M.O.E, qui, le 16 mars 1944,  donnèrent leurs jeunes vies à la Résistance.

 

CIMG4691.jpg

Interviewé par Marie-Charlotte de France-bleu Périgords, au piédroit des ruines du Canadier, Ralph explique à la journaliste par quel heureux hasard pour lui il fut le seul survivant de ce massacre. 

 

Un peu d'histoire. La ferme du Canadier, aujourd'hui en ruines, abritait, pendant les heures noires de l'Occupation, des travailleurs émigrés. Ceux-ci étaient dans la M.O.I ou la M.O.E et, pour ceux du Canadier, travaillaient aux proches mines de Merle où les résistants trouvaient de salutaires complicités. Les hébergés du Canadier étaient, en majeure partie, des républicains espagnols qui avaient fui leur péninsule après la prise de pouvoir  par les franquistes. Ces jeunes expatriés qui ont lié connaissance dans ces collines du Périgord Noir,ils étaient originaires de diverses provinces d'Espagne, avaient rejoint les rangs de la Résistance, dans les F.T.P.F.

 

CIMG4683.jpg

 

Entouré de deux jeunes, tout un symbole, devant la plaque de bois qui rappelle la tragédie Ralph explique comment les valets de Pétain, feudataires du führer, sont arrivés dans ce lieudit perdu au milieu de nulle part.

 

Ce triste matin du 16 mars 1944 un autocar, véhiculant des civils, en fait il s'agissait d'hommes de basse besogne du maréchal, s'arrête dans un écart de Veyrines, alors que le jour allait poindre, et ses occupants demandent où se situe le Canadier. Pour éviter la suite catastrophique les populations locales les guident avec des chemins détournés pour laisser les sentinelles donner l'alerte. Malheureusement cette manœuvre n'a pas réussi. L'arrivée par le côté opposé a trompé la garde.

L'assaut, par surprise, et la disproportion des forces furent fatals aux partisans.

On notera que le sinistre capitaine Jean, néanmoins blessé lors de l'opération, finit ses jours dans son lit avec le grade de colonel.

 

CIMG4676.jpg
 

Pendant la "Sonnerie aux morts" les porte-drapeaux inclinent leur étendard.

 

Un premier recueillement. Les organisateurs ne s'y attendaient pas. Plus de 120 personnes, bravant les intempéries de ce frileux matin, ont honoré les noms de José Flores-Sanchez, Angel Poyo-Minoz, Augustin Crespo-Quevedo et Desiderio Romero-Martinez. Cette cérémonie, dont le personnage clé, fut Ralph Finkler ne manqua pas d'émouvoir les personnes présentes dont Marie une collégienne, de 14 ans, scolarisée en 3ème à Pierre Fanlac à Belvès,  qui, il y a quelques jours, fit le voyage à Oradour. L'allocution de Ralph, minutieuse et historique, au piédroit de la stèle, cibla le contexte historique, le mérite de ses jeunes compagnons, plongés dans deux guerres, et pointa l'œuvre d'Evelyn Mesquida, journaliste espagnole, romancière et écrivain qui dans "La Nueva" mit en relief la place de ses compatriotes dans la Libération.

 

CIMG4675.jpg

 

Germinal Peiro, député de la circonscription, prit la parole pour tous les élus présents, ils étaient venus en nombre, et ce petit-fils de citoyen espagnol rappela la méthode d'exclusion dont furent victimes nos hispanisants, ceux de la République d'Espagne, mais aussi ceux d'une plus ancienne antériorité, dont son grand père. Il rappela que les victimes ne furent pas des victimes de tir de l'occupant mais de "bons" Français.

 

CIMG4695.jpg

 

Marie-Claire Dardevet qui fait travailler ses élèves sur la Résistance est une habituée de ce sentier de la mémoire.

 

CIMG4678.jpg

 

Pour rien au monde Francis Vierge, un ami de l'A.N.A.C.R, le plus fidèle maire de notre bassin de vie eu égard au devoir de mémoire, n'aurait manqué cette journée qui, par ailleurs, fut la dernière manifestation qu'il honora dans ses mandatures de maire puisqu'il ne sollicite pas le renouvellement de son mandat. Francis ici est interviewé par Marie-Charlotte sur le chemin du Canadier.

 

Deuxième temps. Le sentier de la mémoire a conduit les personnes aux vestiges de la ferme du Canadier où Ralph expliqua, dans le moindre détail, l'assaut dont il sortit miraculeusement grâce à sa réactivité mais aussi… à un angle mort.

Ralph livra, seulement ce jour là, que les victimes savaient, depuis peu, qu'elles allaient avoir… de la visite. Il admit que les partisans, qui n'hésitaient pas à changer de place, ont trop traîné, là, pour cette opération.

 

CIMG4700.jpg

 

Rien à faire, sur le chemin du retour, la pompe de la jeep des années 40 a rendu l'âme. Il faudra user d'un 4/4 pour ramener les vétérans à Veyrines.

 

Ralph a été conduit à la ferme à bord d'une jeep de l'époque qui, comble de malchance, tomba en panne au retour sur le chemin de traverse.

 

CIMG4720.jpg

 

La République d'Espagne a été assassinée et souillée par les adeptes de la haine. Elle demeure présente dans les coeurs des descendants de ces preux qui l'ont portée. Ralph, qui n'est hispanisant que par son indéfectible amitié post-mortem de ses compagnons martyrs, a donc, en arborant cet emblème républicain rendu hommage à cette audacieuse démocratie.

Sur les collines veyrinoises ce sont quelques mesures de l'Hymne de Raphaël de Riego, hymne officiel de la République, qui en hommage à tous les républicains d'Espagne ont résonné. Riego, général libéral, incarne à sa manière la résistance puisqu'il s'opposa au félon du 18 brumaire qui entendait, comme son  sinistre "plagieur" des années 30/40 imposer son asservissement au monde. Riego fut trahi et livré par un ermite de la Torrer-de-Pedro-Gil et un habitant de Vilches. 


CIMG4721.jpg

 

La fille de notre regretté ami Phil Lichtenberger, venue en famille, eut beaucoup d'émotion à Veyrines village où son géniteur, à peine sorti du lycée à l'époque, connut les partisans tombés il y a 70 ans.

 

Le troisième temps. Depuis 2009 nos partisans, à Veyrines, ont un lieu de sépulture décent et Ralph se rendit sur leur tombe pour y déposer un coussin. Les Espagnols de "Amis amigos" ont arboré le drapeau de leur République assassinée par les hordes cléricalo-fascisto-monarchistes. Cette symbolique, en ces lieux, n'était pas un détail anodin pour honorer ces valeureux partisans.

 

CIMG4722.jpg

 

Francis fut un accompagnateur de toutes les manifestations et par ailleurs un hôte apprécié qui fait honneur à sa commune de Veyrines. 

 

Les personnalités présentes. On remarquait la présence de Francis Vierge, maire de Veyrines-de-Domme, de son homologue Nicole Francès, maire de Cladech, de J-Pierre Saint-Amand, maire de Lacropte et conseiller général de Vergt, de Germinal Peiro, député, de Muriel Delmas, présidente cantonale de l'A.N.A.C.R de Belvès, de José Santos-Dusser, de "Amis amigos" et une dizaine de porte drapeaux et des derniers résistants du secteur.

 

CIMG4728.jpg

 

Bravo Marie pour ta présence avec tes grands parents sur ce sentier de la mémoire.

 

Après ces trois temps Veyrines offrit le vin d'honneur à la mairie et Ralph profita de ce dernier moment pour présenter "l'affiche rouge"; torchon ignoble et infect de propagande placardée lors de cette douloureuse épopée de la Résistance.  

 

Pierre Fabre.

 



17/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres