Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le dernier fileur sagelacois.

 

 

SAGELAT

 

 

 Marie-Thérèse.jpg

 

Une amie couronnaise, La Couronne est un bourg de l'AngoumoisMarie-Thérèse Laudy-Bourgès, que je remercie chaleureusement, m'a fait parvenir un historique de sa famille avec un regard plus soutenu sur le rameau de ses aïeux maternels. 

M-Thérèse 

 

Pour les éventuels et rares internautes, aux tempes pepper-and-salt, les parents de Marie-Thèrèse laissent probablement des souvenirs et, vraisemblablement, une forte empreinte où l'humanisme a gravé, en lettres indélébiles, d'impérissables notions de constance et de générosité. Cette famille m'a fait l'honneur de m'associer à la cérémonie d'adieu de Raymond Laudy; le père de Marie-Thérèse et de Bernard. Il a été porté en terre le 21 juin.

 

Une maxime anonyme, qui se perd dans la nuit des temps, certainement bien antérieure au paternalisme de Lamennais, disait "Les bons maîtres font les bons serviteurs". Dans la filature Mismes-Laudy où l'hétérarchie supplantait parfaitement la hiérarchie ce précepte avait une résonance plus que renforcée et les témoignages des anciens, aujourd'hui il ne reste plus que Marcelle, qui ont connu cette épopée lainière à Lavergne, se passent de commentaires.

 

P.F 

 

 

Charles-Adrien Mismes.

 

Adrien.jpg

 

Adrien était né le 3 mars 1884.

Son grand-père, Martial, a été meunier à partir de 1840, au moulin à foulon des Barils à Bessines-sur -Gartempe (Haute-Vienne). Il laisse le moulin à son fils aîné, François qui est devenu le premier filateur de la famille. Martial part s’installer au moulin de "Chez Lavergne" à Bourganeuf, dans la Creuse, et devient aussi filateur.

François, le père d’Adrien, transforme le moulin en filature et développe l’activité grâce à la fortune de son épouse. Ils ont 9 enfants, Adrien est le dernier de la fratrie. Tous les enfants participent et sont initiés au travail de la laine dès leur jeune âge. La plupart des garçons sont filateurs, l’une des 2 filles épouse un filateur de Treignac en Corrèze.

La filature des Barils revient à Eugène qui la fait prospérer et la transmet à son fils, François, qui la transforme en une importante usine employant un contremaître et une trentaine d’ouvriers. Malheureusement, la totalité des bâtiments est détruite après l’expropriation par la COGEMA qui exploitait l’uranium dans cette zone.

 

Adrien travaille aux Barils. Après avoir fait son service militaire dans la cavalerie, il est employé comme contremaître à la filature du Vieux Pont à Bessines. Il avait une dizaine d’ouvriers sous ses ordres.  Il filait la laine pour les tapisseries d’Aubusson.

Pendant la guerre de 1914-1918, il est affecté aux soins des chevaux.

Il épouse Louise Pétavy, à Bessines, le 17 octobre 1918. Orpheline à 6 ans, elle était partie à Paris. Elle travaillait comme cuisinière chez l’amiral Lefèvre. Elle était très appréciée par cette famille.

 

Sagelat 1.jpg

 

Je crois bien reconnaître, au second plan, au centre de cette image plus que mi-séculaire Cyprien-Roger Faget et son épouse Georgette.

 

Au décès du propriétaire de la filature, M. Sallandrouze, en 1933, l’activité s’est arrêtée. François, son neveu des Barils, lui indique la Filature de Lavergne à Sagelat, en Dordogne, où la famille va s’installer. Après la guerre, il souhaitait l’acheter mais le propriétaire, Gaston Chansard ne voulait pas vendre.

En août 1949, Adrien et Louise achètent la carderie de DAGLAN, située à 20 km, à Paul Dufour et Alice Dauriac, son épouse, domiciliés à «Fort Louis » commune de DAGLAN. M. MIERMONT, filateur, leur avait vendu la carderie mais ne connaissant pas le métier, ils l’ont revendue . Seul, Emile Astruc, fileur, formé à Mazamet, était qualifié pour ce travail.. Cette carderie était à l’origine une teinturerie appartenant à la famille Miermont depuis le début du XIXème siècle.. Quand la filature de Lavergne a fermé, l’un des ouvriers, Gabriel Massobras, est venu travailler à Daglan, souvent à bicyclette, soit 40 km aller-retour. Il a tenu 3 ans puis il a pris sa retraite.

 

Mes grands-parents faisaient les foires avec une camionnette C4 pour vendre leur laine et acheter la laine brute aux éleveurs de moutons. C’est au retour d’une foire à Monpazier, le 8 décembre 1949, qu’ils ont eu un accident grave. La camionnette est tombée en panne.

Pendant le remorquage avec une corde, celle-ci a provoqué un choc, Louise qui avait la main sur la poignée de la portière a été éjectée et elle est décédée sur le coup. C’était une forte personnalité, elle assurait toute la gestion, maison et usine. Adrien n’a pas surmonté sa disparition, il est décédé d’un accident cérébral 6 mois après, le 2 juillet 1950.

 

Sa fille aînée, Madeleine, a hérité de la filature. Son mari, Raymond, a assuré la suite de l’activité professionnelle jusqu’en 1985, date à laquelle ils ont pris leur retraite. La filature a fermé définitivement.

 

Richard et Louise GORCE.jpg

 

Richard et Louise Gorce à l'époque où Lavergne vivait dans l'harmonie autour de la filature. Qui sont les fillettes figurant sur cette image?

 

Sagelat 2.jpg

 

Toujours Georgette et Cyprien-Roger mais pour les autres... Les appareils numériques, à cette époque, bien entendu, n'existaient pas.

 

mariage.jpg

 

C'était en juillet 1946, Madeleine et Raymond venaient de se dire oui. Un ménage exemplaire venait de se former. 60 ans après, en 2006, Madeleine et Raymond, après leurs noces de "diamant", fortement émus, sont passés à Lavergne où ils ont été gentiment accueillis par les résidents de l'ancienne filature.

 

DAGLAN 1950.jpg

 

1950. Les belles pages de Lavergne sont tournées c'est maintenant sur les bords du Céou, à Daglan, que les Laudy prennent leurs marques. Ils ne sauront cependant oublier leur passage sur les berges de la Nauze qu'ils ont quittées après ce douloureux 8 décembre 1949, le plus lointain et triste souvenir de ma toute petite enfance. Je ne l'oublierai jamais.

 

Adrien Mismes.jpg

 

L'ouverture officielle des hostilités de la terrible première guerre mondiale va, le 3 août, se placer un siècle en arrière. Adrien eut la chance de survivre à cette redoutable guerre.

 

 

Régiment d'Adrien.jpg

 

Adrien Mismes, à gauche sur l'image, est le seul avec un pantalon clair.

 

 

Louise.jpg

 

Louise Pétavy-Mismes.

 

Louise MISMES à G.jpg

Louise Mismes à gauche sur l'image et x à droite.

 

Louise MISMES.jpg

Grand merci Marie-Thérèse. Ta grand-mère maternelle, [quelle personnalité et quelle classe] boucle ce pèlerinage familial. Tu sais, bien sûr, qu'elle reste et restera toujours dans nos coeurs. 






15/07/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres