Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

L'image d'une école rurale en 1945.

SAGELAT 

 

 

 

Une émouvante trace de nos aînés.

 

Ecole de Sagelat 1945.jpg

 

Toujours de gauche à droite. Sous réserve d'erreur(s).

 

Rangée du haut : Raymonde Pinsat-LandonLescabanes,  Pierre Delcombel, Le Drapier, le plus âgé des élèves, Imelda de Bénaco-Riliévo, Pétrou,  Lucienne Vergnolle-Chaud, Le Maillac,  Gabrielle de Bénaco-Frare, Pétrou, Huguette Prunière, Bugou.

Rangée intermédiaire supérieure, Josette Prunière-Linarès, Bugou, Thérèse Péchavit-Deltrel, Le Bos Rouge,  Stanislas Preisner, Le Fauroux, Odile Garrouty-Rive, Pétrou, Christiane Jeannot-de Goiti et sa soeur Josette Janneot-Lasfilles, le Bourg,  Lucien Hoorens, légèrement en retrait, Lavergne, Jacqueline Brousse, Fongauffier, Solange Nicolas, La Banne, Agnès Petit-Lherondel, Pinsac, Reine Péchavit, Le Bos Rouge, Micheline -dite Jacqueline- Pasquet-Coquibus, La Poujade.

Rangée intermédiaire inférieure : Jeanine Deschamps, Bas de la Côte, Cécile Petit-Escande, Pinsac, mes cousins Christian et Michel Carrière,  ils habitaient le logement de fonction de l'école, Michel étant le benjamin des élèves de cette image, Jacky Pinsat et Jean-Michel Pinsat, Lescabanes, Georges -dit Jean- Nicolas, La Banne, Georges Feigné, Pétrou, Christian Boussac, La Jistonie, Lucette Lavelle, Fongauffier et Jeanne -dite Jeannette- Péchavit, Le Bos Rouge.

Rangée du bas,  Robert et René Santran, ordre à vérifier, Pétrou, Guy Boussac, La Jistonie, Mario de Benaco, Pétrou, il tient l'ardoise, Simon -dit Jacky- Manchotte et Guy Manchotte, Fongauffier,  et mon frère Jean-Claude Fabre, Le Coustalet

 

Derrière les patronymes suivent les lieux-dits d'habitat des élèves.

Les noms colorisés sont ceux de celles et ceux qui nous ont quittés.

____________________

 

 

 

Hier, les anciens de Sagelat ont accompagné Simon -dit Jacky- Manchotte à sa dernière demeure.

Les anciens élèves qui ont connu le chemin de l'école, à l'époque de la photo ci-dessus, datée du 13 ou 15 mai 1945, reconnaîtront sans doute leurs camarades de classe. 

 

Quelques élèves, pour des raisons inconnues, ne figurent pas sur cette photographie, mais, logiquement, devraient y être. Citons Huguette Tissandié-Grenier, Hélène Preisner-Garrigue et Yves Maury. 

 

Si vous avez des pistes pour compléter le listage des présents, communiquez-les, par le truchement d'un moyen à votre convenance ou par le portail des commentaires, et, à la fin, on devrait pouvoir finaliser ce vieux souvenir avec tous les noms.

 

Le plus ancien, Pierre Delcombel, est de 1931 et le plus jeune, mon cousin Michel Carrière, est de 1942.

 

La mine de Merle fonctionnait encore, ce qui explique certaines présences qui, rapidement, allaient s'effacer.

 

On notera que les enfants de réfugiés, pour le plus grand nombre d'entre-eux, étaient déjà repartis. Le vent de la Libération avait déjà ramené ces chères têtes dans leur bassin de vie naturel. Certaines familles avaient fui, non par lâcheté, mais par appréhension et écœurement de la souillure de la botte nazie ; d'autres, par un républicanisme ardent, ne voulaient pas supporter ce régime démentiel qui s'installait, plus que chez nous, dans leur province et, surtout, pour mettre à l'abri ce qu'elles avaient de plus cher... les enfants !  

 

 

Ce blog est preneur de vieilles photos scolaires, ou autres, qui portent témoignage de la vie scolaire, associative, festive, sportive, de chantiers, etc. d'antan.

Ces images ne peuvent, bien entendu, concerner des personnages qui, à ce jour, n'ont pas atteint leur majorité.

 

 



12/04/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres