Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

La cérémonie pour Cyprien Faget aura lieu vendredi.

 Devant la mairie.jpg

 

Les Faget, le jour des noces de diamant. Photo Pierre Fabre.

 

Cyprien Faget nous a quittés dans la soirée du lundi 20 juillet. Cyprien, que nous appelions Roger, naquit le 20 mars 1923 à Boissac, un écart de St Laurent-la-Vallée, dans une modeste famille paysanne. Ses grands-parents maternels, les Gorse, étaient saint-germinois et ont migré, à la charnière des XIXème et XXème siècle, à Lavergne, ferme sagelacoise bordant le bief de la Nauze.

La famille Faget, très éprouvée par la Guerre de 1914/18, elle lui a anéanti deux de ses enfants dans la Bataille de la Somme et celle de l'Yser, travailla dur, sous les coteaux de Lavergne, certainement par nécessité mais, aussi, pour panser ses plaies. Le grand-père Faget était revenu de la guerre avec, pour traumatisme, le souvenir indélébile des atrocités de Verdun assorti d'une grave blessure.

C'est dans tous ces souvenirs que fut élevé Roger qui, à son tour, fut interpellé par l'humiliante défaite actée, ironie de l'histoire, à Rethondes, en 1940. Roger, comme la grande majorité de ses camarades, n'entendait pas épouser la passivité vassale et néfaste du maréchal félon et quand la fronde maquisarde prit son envol il rejoignit les rangs des combattants volontaires de la Résistance. Roger restait très discret sur ce parcours qu'il a toujours considéré comme un devoir citoyen plus que comme un exploit.

 

Un parcours citoyen. Reconnu, en mars 1959, à Sagelat, par ses concitoyens il entre au conseil municipal comme benjamin de l'assemblée communale. En 1965 il est plus que confortablement réélu, avec le deuxième score de la liste où il figurait, s'approchant de l'unanimité.

 

27 mai.JPG

 

Roger, deuxième à gauche, à côté de son ami Georges Fongauffier, le 27 mai 2013, à Fongauffier. Photo A.N.A.C.R. 

 

Une épopée frondeuse. Il s'est toujours considéré comme tenu obligé de s'inscrire dans le devoir de mémoire et, chaque fois qu'il l'a pu, il participait aux cérémonies immanentes à notre histoire ; qu'elle soit locale ou de portée générale. Il vint naturellement, il y a trois ans, inaugurer l'Espace de la Résistance à Fongauffier et participait aux récentes commémorations du 27 mai.

 

Un papy comblé. C'est le 3 juillet 1948, dans une liesse estivale qui prit date dans le hameau chapellois de Rauffet que Roger unit sa destinée à celle de Marie-Antoinette, dite Georgette, Pécouyoul.

L'hyménée fut fécond. Quatre enfants Nicole, Francis, Claudie et Pascal  ont étayé le foyer et depuis sept petits-enfants et cinq arrière petits-enfants ont complété la généalogie.

 

 

Les personnes qui souhaitent rendre hommage à Roger peuvent se rendre au Funérarium de Belvès jusqu'à vendredi matin. Une cérémonie, diligentée par Marie-Clôtilde Jullien et Jean-Lou Chinouilh, réunira celles et ceux qui le souhaiteront pour l'adieu à Belvès ce vendredi 24 juillet à 15 heures. Roger rejoindra ensuite son épouse dans la sépulture familiale à St Laurent où l'ultime salut sera ponctué du Chant des partisans.  



22/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres