Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le doyen des anciens mineurs attendu à Merle.

 

Cette semaine, en amont des 16, 17 et 18, le blog de Fongauffier-sur-Nauze va, essentiellement, se tourner vers le patrimoine.

 

Vernissage de l'exposition minière de Merle.

Vendredi  16 septembre à 15 heures.

 

Portrait du doyen des anciens mineurs. 

 

 

Quand les hostilités faisaient rage, le 27 décembre 1915, Paul Feyt, le doyen des anciens mineurs de Merle, vit le jour à Carvès. Si ceux qui faisaient commerce de la guerre, à Chantilly*, dissertaient, à cette époque, de la stratégie pour 1916, les malheureux poilus, eux, voyaient, avec effroi, poindre, dans les théâtres opérationnels, de curieux engins, inconnus jusqu'alors ; les "tanks à chenilles".

Paul Feyt

 

Paul a reçu, dans son enfance passée dans une très modeste famille, l'éducation spartiate que l'on donnait aux enfants de son âge. On inculquait, avec insistance, le respect des infortunés qui perdirent la vie lors de cette terrible guerre et la considération attentive que l'on devait à ceux qui en étaient revenus bien souvent, trop souvent, mutilés et, toujours, traumatisés.

 

 

Après sa courte scolarité et divers travaux précaires Paul fait partie des "privilégiés" qui rentrent à la mine et là il va s'inscrire dans une épopée qui, désormais, ne compte plus que les ultimes témoins. On note que Paul vivait à Veyrines, avant de rencontrer une jeune Marminiacoise, Gilberte Miane.

Gilberte-Yvonne Miane-Feyt

 

Elle deviendra son épouse le 19 avril 1951. C'est un maître d'école hors du commun, François Molinier, il fut, par ailleurs, maire de Marminiac pendant trente six ans, qui eut l'honneur, dans ses prérogatives d'officier d'état civil, d'unir Gilberte et Paul.

 

Après la "retraite" des Mines de Merle, dont l'acte final intervint au terme de 1949, Paul dut trouver de l'ouvrage dans les divers chantiers du secteur. Il a travaillé à la briqueterie de La Chapelle-Péchaud, dans une parqueterie à St Pompon puis a pris, avec son épouse, une petite ferme à La Raze, dans la campagne veyrinoise, et, enfin, il a bouclé son cursus professionnel, dans les années 70, dans une scierie à Campagnac-les-Quercy.  

 

Gilberte a travaillé, pendant 18 ans, à la production dans la principale entreprise sarladaise de conserves.

 

Gilberte a donné à Paul trois enfants dont le benjamin, André, hélas, leur échappa cruellement vers la trentaine. L'aîné Jacques, aujourd'hui est monteur lunetier. Il naquit le 21 mars 1952 à Belvès. Sa cadette Martine, agent d’établissement dans un foyer de vie pour adultes handicapés, vit également le jour à Belvès, le 24 septembre 1954.

Depuis la famille s'est enrichie de trois petits-enfants et de cinq arrière petits-enfants.

 

Imaginons l'émotion que suscitera la présence de Paul, ce vendredi, à Merle, à l'occasion du vernissage de l'exposition minière. Il sera l'hôte d'honneur d'une manifestation que sa famille ne sera pas prête d'oublier.

 

* Pour la Conférence de décembre 1915 Joffre occupait "l'hôtel du Grand Condé". On notera que les envahisseurs germains qui étaient passés par Chantilly, ô surprise, étaient repartis. Curieusement ils n'y avaient pratiquement pas fait de dégâts ; respect du patrimoine ?  Ce ne fut pas le cas dans les cités voisines de Senlis et de Creil qui ont cruellement souffert.

 

Texte Pierre Fabre.

Photos Franck Trailin.





 



12/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres