Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le jour où la pluie viendra.

 

Le Jour où la pluie viendra est une belle chanson allégorique composée et interprétée par Gilbert Bécaud en 1957 ; les paroles sont de Pierre Delanoé. 

Il faut bien convenir que nous n'aimons pas beaucoup la pluie. Sans pluie la vie paraît bien difficile.

 

La plume d'Albert Camus, elle n'a pris aucune ride, nous lègue un de ses aphorismes qui, dans le contexte d’aujourd’hui, rive toute sa pertinence. ‘’La mer, les pluies, le besoin, le désir, la lutte contre la mort, voilà ce qui nous réunit tous.’’

 

Discours de Suède (réception du prix Nobel 1957) 
[ Albert Camus ]

 

Citation pluie - Dico citations
Read more at http://www.dicocitations.com/citations-mot-pluie-2.php#GwcY5CYtJFtrmSHJ.99

 

Afficher l'image d'origine

 

Les mariages sont censés se passer au soleil, comme les enterrements sous la pluie ou dans la grisaille. Quand ce n'est pas le cas - c'est-à-dire très souvent -, on a l'impression que quelque chose cloche. Comme une erreur de mise en scène. Les gens endeuillés se reprochent d'avoir laissé leur chagrin s'évader à la première éclaircie venue. La noce est contrariée par la pluie. Tout devrait être parfait, ce jour-là. Pour paraître content tout de même, il faut prendre sur soi. Et l'on s'en tire avec un faux proverbe du style : Mariage pluvieux, mariage heureux.

Loin des mosquées de Armel Job 
Read more at http://www.dicocitations.com/citations-mot-pluie-3.php#rpL8xWzLXOqdfMpe.99

 

 

_____________________________________________________

 

D'après le ''Bureau des recherches géologiques et minières"  Les nappes phréatiques, a priori, seraient, cet automne, à un bon niveau.

 

Lu dans ses ''Notes d'information" 17-11-2015.

 

Une partie importante des nappes phréatiques (63%) affiche un niveau normal à supérieur à la normale. La situation traduit, sur la plus grande partie du territoire, la période de bascule vers la période hivernale de recharge des nappes, ce qui est normal pour la saison.

 
 
_______________________________________________________
 
 
 
Cette tendance générale, nullement contestable par nos propres remarques, au regard de nos examens sur le niveau de nos cours d'eau et de nos sources, paraît, cependant, surprenante. 
 
Les Fongauffiérains n'ont, de mémoire d'anciens, jamais vu la source-fontaine du village à un niveau aussi bas. La Nauze est, péniblement, à un niveau de septembre.
 
Les riverains de la Dordogne, à Siorac, pour parler du niveau de la Dordogne, sont habitués, inlassablement, à pointer les barrages qui, depuis près d'un siècle, régulent les excès majeurs. Néanmoins ces ouvrages n'ont, tout de même, pas la faculté d'empêcher les plus importantes crues et, pas davantage, la possibilité d'éradiquer les plus sévères sécheresses.
 

À Siorac on a pour repère de niveau les couronnes des piles du pont. En principe, entre le 15 juin et la mi-juillet, ces couronnes se découvrent pour la plus grande joie des baigneurs qui voient, lors de ces étiages, la puissance du courant s’atténuer et profitent des ‘’plages’’ de ces couronnes.

En général, dès les premières pluies, entre le début septembre et les premiers jours d’octobre, la Dordogne reprend un niveau qui recouvre ces couronnes des piles. Un hiver, particulièrement sec, il y a une bonne vingtaine d’années, l’étiage a perduré toute la saison froide. Les ceintures des piles sont demeurées à sec . Cet hiver là fut plus qu'exceptionnel.   

 
 

CIMG9844.JPG

 

 

Le pont, côté aval, on aperçoit un îlot de gravier sur la R.D.  

 

CIMG9846.JPG

 

Le pont, côté amont. Quand l'étiage est le plus sévère le côté de la rive convexe, rive Le Coux, est quasiment à sec sur environ la moitié du lit de la Dordogne. Ces photos, prises le 15 novembre 2015, font apparaître un niveau particulièrement bas; tout au moins pour un mois de novembre. Photos Pierre Fabre. 



22/11/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres