Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le Téléthon bien réussi de Sagelat.

 

 

Accueil.jpg

 

Marie-Noëlle Faure, la coordinatrice du Téléthon et Olivier Merlhiot souhaitent la bienvenue aux convives. 

 

C'était sa fête.jpg

 

Pour Andrée, chef de choeur de l'Ensemble vocal de Belvès, coïncidence, c'était le jour de sa fête. 

 

CIMG7054.jpg

 

 Michèle est ravie.

 

  

CIMG7068.jpg

 

 

Maurice n'a pas ouvert son riche répertoire de poésie. Peut-être était-t-il troublé d'avoir pour voisine une fine pédagogue qui, il y a quelques années, vint enseigner à Sagelat.  

 

CIMG7075.jpg

 

 

Le joli trio saint-cerninois s'est enrichi pour deux chansons, "La paloma adieu" de Mireille Mathieu 1973 et "Rossignol de mes amours" de Roberto Alagna, chanson immortalisée par Luis Marianod'une voix bessoise que la présidente du C.D.F de la localité connait parfaitement. Bien des chansons ont animé ce repas mais, à l'applaudimètre, c'est, naturellement, "La montagne" de Jean Ferrat, reprise par de nombreux convives, qui s'imposa. 

 

CIMG7070.jpg

 

Et bien ma cousine je ne connaissais pas tous tes talents ! 

 

 

Les élus.jpg

 

Le binôme de l'exécutif municipal à table.

 

Maire de Belvès.jpg

 

 

Christian Léothier, le maire de Belvès, et Nicole Méry, la vice-doyenne du conseil municipal, ont honoré de leur présence cette journée.

 

CIMG7065.jpg

 

 

Le maire de Mazeyrolles est venu en terre fongauffiéraine, peut-être pour se faire pardonner de nous avoir "piqué" subrepticement, en son temps, une Monplaisanaise.

 

 

 

CIMG7062.jpg

 

 

Nicole attend le dessert.

 

Les dames qui font le service.jpg

  

 

Ces dames, une fois encore, ont bien travaillé. La secrétaire est bien lasse et pour Brigitte il reste à faire les comptes du trésor.

   

CIMG7064.jpg

 

 Vous pourriez penser que Marie-Noëlle, entre la poire et le fromage, a obtenu des pistes pour la dictée. Que nenni ! Il n'a dit mot.

 

 

CIMG7082.jpg

 

 

Notre amie Marcelle, fongauffiéraine appréciée par tous, a pesé avec une exactitude presque parfaite, à 6 gr près, le jambon. Bravo Marcelle. 

 

 

CIMG7089.jpg 

 

  

"La cigale et la fourmi".

 

Texte remanié

par

 

Francis d'Angélo.

La cigale ayant poussé la chansonnette du solstice de juin jusqu'à l'équinoxe de septembre, se trouva méchamment dans la mouise quand au vivifiant zéphyr succéda le morne Aquilon. Rien à grailler dans l'humble cambuse, ni vermicelle, ni vermisseau sur les clayettes du frigo ! Complice de tant de frasques éhontées et sans plus de vergogne s'en fut tambouriner contre l'huis de la fourmi, sa payse, l'abjurant de lui fournir quelques vivres, au besoin avariés, qui lui permissent de subsister pendant l'époque hiémale.

  

Je vous rembourserai, ressassa la goualeuse, et j'inclurai même dans la somme quelque cinq pour cent d'intérêt. Las ! Pour la pusillanime fourmi, le bonheur ne sera jamais dans le prêt.

 

 

Que bidouilliez-vous durant la canicule? s'enquit-elle perfide auprès de l'écornifleuse honnie.

-         De-ci, de-là, couci-couça incessamment je chantais !

-        Ainsi vous sacrifiiez aux scies de la belle saison ? répartit l'industrieux insecte qu'horripilait cette espèce de psylle. Et bien recourez-y pour vous couper l'appétit maintenant !

 

 

Chers amis ne soyez pas cigale; emmagasinez des connaissances et veillez au grain. Creusez, fouillez, pelotez vos Robert ! Ne laissez, comme le prône le laboureur de la fable, nulle place où la main ne passe et repasse. Cette  dictée vous a paru aisée ? La prochaine pourrait l'être moins. 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG7090.jpg

 

Les commissaires à l'orthodoxie de l'écriture sont là. La plus ancienne, Robert en main, releva même une petite erreur de diction. Sagelat a bien de la chance d'avoir ces éclaireuses républicaines comme formatrices des futures générations. La tâche, de nos jours, est loin d'être facile !

 

 

 

CIMG7093.jpg

 

Quand on porte le titre d'anciennes élèves de Sagelat on sait que Spartes est, de peu, plus proche qu'Athènes de Sagelat. Sur les bancs de cette vénérable école, dans les années 40/50, il était plus que vivement recommandé de ne point s'égarer dans l'orthographie et dans la syntaxe.

 

 

CIMG7094.jpg

 

Odette en remettant la meilleure copie a démontré que non seulement elle n'avait rien perdu mais qu'elle s'était plus que maintenue.

 

CIMG7097.jpg

 

La qualité de l'écriture n'est pas, bien entendu,  une référence exclusivement "nauzéenne". Chantal, qui mit, pour la première fois, ce dimanche 30 novembre, les pieds dans ce temple laïque, en s'approchant de la plus haute marche, a démontré que sur les berges de la Seine on a aussi appris à bien écrire.


CIMG7105.jpg

 

Sur les berges de la Ménaurie aussi, on a appris à écrire avec les plumes "sergent-major" et, plus tard, à Belvès, en Afrique et en Océanie, Sylvie a toujours cherché à bien écrire. 

 

CIMG7101.jpg

 

Que dis-je, vieille baderne stupide, inculte et ressasseuse, la jeunesse sait fort bien écrire et avec quel brio. Félicitations Manon pour ta deuxième place confirmée sur le podium.

 

Ce 30 novembre, pour des raisons d'intendance, on n'a pas pu lâcher les ballons. Ceux-ci partiront de l'espace municipal de la mairie samedi 6 décembre vers 10 h 30 quand les athlètes franchiront la Nauze.

 

N'oublions pas le Téléthon est un élan caritatif et pensons au progrès qu'il peut apporter à celles et à ceux qui souffrent. Merci pour eux.

 

Photos Pierre Fabre.



02/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres