Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le val de Nauze vu du ciel.

 

 

Samedi 10 décembre… on croyait rêver. Le ciel bleu immaculé laissait la place à un rayonnement solaire quasi-parfait. Tous les signaux semblaient au vert pour une échappée aérienne au dessus de la Nauze. À moins de 1000  pieds (1pied= 0,33 mètre) au dessus du sol, la perfection s'altéra un peu pour laisser place à quelques effets de brume tandis que, dans l'avion, Bruno avait besoin d'essuyer la vitre pour prendre ses photos. C'était quand même magique de surprendre, dans le calme automnal, nos paisibles lieu-dits "nauzéens" rehaussés des dernières nuances de l'arrière-saison.

 

Michel et Bruno attendront l'an prochain pour compléter cette échappée aérienne. Elle nous révèle un trésor que la nature nous a légué et que nos aïeux ont heureusement su préserver.

 

 

 

Photo 01 blog.jpg

 

Jean-Marie Laval, instructeur-chef pilote de l'Aéroclub Belvès-Périgord, Michel Ribatet, également de l'aéroclub local, et Bruno Marty, reporter-photographe, au Camp de César, quelques minutes avant le décollage. Photo Pierre Fabre. 

 

 

 

Cliquez sur les images.

 

Photo 02 blog.jpg

 

L'ombre de l'avion obtenue par un effet d'optique graphique, très peu de temps après le décollage. 

Photo © Bruno Marty

 

 

 

Photo 03 - Viaduc de Las Tuques blog.jpg

 

Le viaduc des Tuques : on dit aussi Las Tuques. Sur la colline à droite, on remarque le hameau de Malefage qui fut cher à mon regretté camarade, collègue et ami, Jean-Guy Gabriel. 

Photo © Bruno Marty

 

 

 

 

Photo 04 - Viaduc de Larzac blog.jpg

 

L'imposant viaduc en courbe de Larzac qui chevauche le ruisseau du Rivatel, premier affluent de la R.G. de la Nauze.

Autorisons-nous, avec prudence et un risque majeur d'erreur, une analogie avec le Larzac, terre rude et escarpée du Rouergue. Ce toponyme du Larzac apparaît sous la forme latinisée Larzacum en 1301. Le suffixe -acum indique un nom gallo-romain. D'aucuns ont cru voir dans le radical, le mot larix, nom latin du mélèze. Le Larzac serait alors "le pays du mélèze" ; mais, ce serait oublier que le causse dénudé et rocailleux se prête mal à la présence de tels arbres. http://vousvoyezletopo.blog.lemonde.fr/2011/06/

Pour "notre" Larzac, l’explication la plus logique est que le premier élément correspondrait à un nom de personne [Laritius,  Larcius ou Lartius],  propriétaire du domaine du lieu.

Photo © Bruno Marty

 

 

 

Photo 05 - Belvès -  la Gare blog.jpg

 

 

Là, Bruno a voulu mettre en relief le graphisme aérien du décor de la gare de Belvès. L'éperon calcaire belvésois, fort escarpé, chute partiellement et artificiellement à la gare, pour s'arrêter au niveau de la route départementale. La colline a été réduite, un peu après 1850, pour inscrire l'assiette de la voie ferrée. 

Photo © Bruno Marty

 

 

 

 

Photo 06 - Belvès blog.jpg

 

Une image inhabituelle, pour ne pas dire rarissime, de l'oppidum de Belvès. Les photos, en général, présentent Belvès vu des collines orientales de Pet Chaunat, de Bugou ou du Colombier, ou prise de la vallée, du voisinage de Vaurez-Pesset. L'imposante église, au premier plan, domine la localité. Le viaduc, dit de Fongauffier, verrouille le vallon de la Brèche. 

Photo © Bruno Marty

 

 

 

Photo 07 - Belvès blog.jpg

 

 

Cette image rappelle plus encore le côté médiéval de ce vieux castrum qui scelle, sur cet éperon, les siècles d'histoire d'une cité encerclée de bastides qui furent françaises, Villefranche et Domme, ou anglaise, Monpazier.  

Photo © Bruno Marty

 

 

 

Photo 08 - Fongauffier blog.jpg

 

 

Fongauffier n'est qu'un tout petit bourg. Il paraît cependant bien difficile, même en avion, de réussir à le prendre en entier. Jean Anglade, romancier auvergnat bien connu, en parlant de Thiers, disait, avec humour, que l'on ne pouvait en saisir qu'un tiers. Pour Fongauffier, c'est différent, mais on peut difficilement, à cause de la chute du Bloy, prendre plus des deux tiers. 

Photo © Bruno Marty

 

 

 

Photo 09 - Fongauffier blog.jpg

 

Ici, la perspective nord laisse bien voir les bâtiments agricoles mais, naturellement, occulte la filature. L'image fait apparaître, sur la gauche, la ligne de chemin de fer et, au centre gauche, la route départementale. On devine, blottie sous les peupliers de ses berges, la Nauze et, parallèle à la départementale, le chemin rural, ancienne voie romaine qui reliait Vésunna (Périgueux) à Divona Cadurcorum (Cahors). La départementale adjacente chevauche la Nauze au pont de la République, ouvrage obturé par les arbres, file perpendiculairement à son départ, vers les collines. 

 

Photo © Bruno Marty

 

 

 

Photo 10 - Graphisme champs blog.jpg

 

L'échappée aérienne se termine avec un graphisme saint-parducien, champêtre et sylvestre, des abords de l'aérodrome. 

Photo © Bruno Marty

 

_____________________________

 

Avec un chaleureux merci à Jean-Marie, Michel et Bruno qui sont les promoteurs de cette échappée aérienne.



17/12/2016
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres