Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le vent venait de l'Ouest.

SAGELAT

 

 

Le 2 décembre le lâcher de ballons fut moins réussi que l'exploit du 7 octobre 1870 de Gambetta, voir ci-dessous. Les ballons gonflés depuis la veille avaient perdu beaucoup de leur puissance pour s'élever dans le ciel...

 

Ballons Téléthon

 

... et pourtant après un premier signal de réception, adressé à Marie-Jo, venant de St Martial-de-Nabirat un second est parvenu à notre Maître Capello local. Ce dernier a réceptionné un retour de carton des hauteurs de Domme, Plaine de Bord pour être précis, ce lieudit est environ à 800 mètres de l'aérodrome. Cet écart dommois, situé à 18,3 Km de Sagelat, campe, comme St Martial, bien à l'est de notre commune ce qui rappelle que le vent d'ouest s'imposait ce frais et humide 2 décembre. 

 

 

Ce message a été envoyé par un habitant de Sarlat qui travaille à Domme.

 

 

Ce deuxième échange prouve bien que l'expérience ne fut pas aussi mal réussie que certains le craignaient.

 

 

Notons, par ailleurs, qu'un convive fumélois du repas du Téléthon sagelacois, en se rendant à sa résidence secondaire de St Pompon, a remarqué que plusieurs ballons ont chu dans le creuset du Valech entre Fonfroide et St Laurent.

 

 

P.F 

 



Le légendaire départ de Gambetta en ballon.


Léon Gambetta, le légendaire fondateur barbu de la IIIe république, doit quitter Paris assiégé par les Prussiens pour animer la résistance des armées républicaine qui se constituent sur la Loire. Les voyages en ballon se sont popularisés grâce à Nadar depuis la fin de l'Empire. Le ballon est l'unique moyen des assiégés pour échapper au blocus.
Le ballon, de 16 mètres de diamètre, est gonflé au gaz d'éclairage. il en faut 1200m3. Gambetta veut monter dans la nacelle, mais Nadar le décourage : il n'y a pas un souffle de vent. L'opération est remise au lendemain. Le 7 octobre, le départ est enfin possible. Le ballon monte jusqu'à cent mètres et attend le vent. Il faut un vent de nord pour que le balon aille vers Tours. Hélas, c'est un vent de sud-est qui se lève et le ballon file vers les lignes Prussiennes au nord de Paris !
Le Prussiens tirent sur le ballon. il faut jeter du lest pour prendre de la hauteur et se mettre hors de portée des balles. Mais le vent tombe. Le ballon n'avance plus. Il perd peu à peu de l'altitude. De nouveau les balles crépitent. On passe au dessus de Beauvais. On rase la cîme des arbres. On est parti à 10h30 de Montmartre. Il est 15h40. Le ballon s'échoue dans un chène. La nacelle se coince dans les hautes branches. Gambetta crie "Vive la République", pensant être prèt à mourir. On lui répond: "vive la France". C'est un miracle. Ils sont sauvés par des paysans qui ont suivi des yeux la chute du ballon. On est dans l'Oise, à 68 km au nord de Paris. Il sort rapidement du bois, on lui prète une voiture rapide. les ulhans se lançent à sa poursuite jusqu'à Montdidier. Il prend le train jusqu'à Amiens, change de train, gagne Rouen, et de là, toujours par chemin de fer, il arrive enfin à Tours. Le voyage aura finalement duré deux jours et trois heures!

http://www.faget-benard.com/petit_bout_du_monde/textes/chap3/gambetta.htm



26/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres