Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Les cendres de Lionel Charton rejoindront Sagelat.

 

 

Charline Larue, sa compagne, Roland Charton, son père, Cédric, son fils, Fabienne, Muriel et Myriam, ses sœurs, Guy Lhérondel, son oncle par alliance, Cécile Petit-Escande, sa tante, Pierre Petit et Alain Petit, ses oncles, ainsi que toute la parentèle Charton et Petit seraient honorés de votre présence, le 11 mai prochain, à 9 heures à l'adieu

 

de Lionel Charton,

 

Après l'office religieux à l'église de Sagelat ses cendres seront déposées dans la sépulture familiale.

 

 

 

  

 


 

Notre blog du 26 mars a annoncé le décès, largement prématuré, de Lionel Charton.

 

Lionel naquit le 28 septembre 1959 à Salon-de-Provence, son père, militaire de carrière, parachevait sa formation à l'École d'officiers de l'Armée de l'air basée dans cette ville. Lionel était l'unique fils de notre regrettée Marthe Petit, décédée le 17 avril 2001 à Belvès, première née de la famille Petit de Pinsac, et de Roland Charton, strasbourgeois par sa naissance. Lionel avait trois sœurs Fabienne, Muriel et Myriam.

Lionel, dans son enfance, a connu plusieurs étapes dont Verneuil-en-Halatte, dans le Thérain aux portes de Creil. Il fut marqué par plusieurs séjours à Belvès et par des vacances mémorables chez ses grands parents maternels à Pinsac.

 

Lionel a eu un enfant ; Cédric. Il a aujourd'hui 25 ans et il vit à St Ouen-sur-Seine.

Lionel résidait à Antibes avec Charline Larue, sa compagne, depuis 24 ans.

 

Il travaillait au Centre de tri postal de Nice Pic et Carros.

 

Interpellé par un mal chafouin à l'envi, qui le rongeait depuis Noël, Lionel ne put surmonter cette adversité. Pour de complexes raisons de maîtrise chirurgicale il dut quitter l'hôpital de Mougins et entra en clinique à Monaco, où il décéda, aux premières heures du 23 mars.

 

Lionel a été incinéré à Monaco le 26 mars. Ses cendres rejoindront, le 11 mai, la sépulture familiale où reposent trois générations précédentes dont Marthe, sa mère et Agnès sa tante. Ses proches, naturellement, les associeront  au recueillement de cette journée.

 

Lionel se sentait chez lui dans notre Val de Nauze ; tant à Belvès qu'à Sagelat. Il aimait la culture occitane et était un admirateur du groupe Nadau de Pau. C'est une musique de ces "occitanistes" béarnais qui l'accompagna pour sa crémation.

 

Lionel, juste avant son décès, eut un pathétique entretien téléphonique avec son père, balayant impeccablement et magnifiquement quelques écueils douloureux, refaisant, en le rétablissant et le fortifiant, dans une intense émotion, le lien paternel et filial.  

 

 

   

 



30/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres