Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Bon anniversaire Raphaël.

 

 

 


 



Aujourd'hui 2 février jour de la Chandeleur notre petit Raphaël ajoute un deuxième chiffre pour donner son âge. C'est en effet le 2 février 2003 qu'il vit le jour aux Bluets, baptisé Hôpital des Métallurgistes Pierre Rouquès jusqu'en 2006, il était aussi connu sous le nom de maternité des Métallos, dans le XIIème arrondissement de Paris.

En attendant que Raphaël vienne à Sagelat, au printemps, apprécier  les crêpes de Mamy qu'il adorera, même si février est largement passé, ses grands parents lui souhaitent un "bon anniversaire".

Maintenant Raphaël est un peu grand pour écouter Papy, avant de s'endormir, raconter les histoires drôles de "Monsieur Lapin". Ce sera, désormais, à lui de les lire pour ses cadettes. 

 

Revenons sur la Chandeleur (Fête des chandelles) de ce 2 février. Comme tous les 2 février, depuis la Rome antique, c'est une fête populaire d'origine païenne liée à la lumière. La religion chrétienne, selon ses habitudes, a voulu éradiquer ce rituel  en imaginant une "Présentation du Christ au Temple". On disait autrefois Hypapante pour parler de cette journée.

 

Le nom de cette fête, Chandeleur, ou fête des chandelles, a une origine latine et païenne : la festa candelarum. La chandeleur aurait remplacé les lupercales chez les Romains. Les Celtes d'Outre Manche, eux, fêtaient "Imbolc". On était toujours dans le champ d'une certaine purification. Nos ancêtres, revigorés par l'allongement des jours, à cette période d'hiver, comptaient beaucoup, par leurs rituels, favoriser la fertilité des troupeaux.  

 

Retournons à cette journée des crêpes, mets aussi rustiques qu'appréciés, dont la forme ronde et la couleur dorée rappellent le soleil. Depuis des lustres on les confectionne, à la Chandeleur, au moment de l'année où les jours s'allongent de plus en plus vite. C’est également à cette époque de l’année que les semailles d’hiver commençaient. On se servait donc de la farine excédentaire pour confectionner ces nourritures, qui sont un symbole de prospérité pour l’année à venir ; d'où le rituel ancestral de nos aïeules à l'œuvre avec un louis d'or dans une main et la queue de la poêle dans l'autre. 

 

 

Le 2 février 2003 ne laisse pas d'évènement majeur dans l'histoire. Ce jour là la presse et les médias se focalisaient sur trois évènements importants de la veille.

Le premier nous venait d'Outre Atlantique. La navette spatiale Columbia, après une mission dans l'espace de 16 jours, disparut des écrans de la NASA, le 1er février, lors de sa rentrée dans l'atmosphère. Des traînées blanches sont visibles dans le ciel au-dessus de Dallas. Sept astronautes (6 américains et un israélien) ont péri dans cet accident. L’enquête révélera un défaut du bouclier thermique.

 

Le deuxième titre de la presse cite l'élargissement de l’Union européenne à dix nouveaux pays, les États membres se sont réunis en 2001 pour mettre au point le Traité de Nice. Celui-ci revoit notamment le pouvoir décisionnel du Conseil de l’Union en redéfinissant le vote à la majorité qualifiée dans divers domaines et en appliquant une nouvelle répartition des voix détenues par les États au Parlement. Il entre en vigueur le 1er février 2003.

 

Enfin ce 1er février là la "Marche des femmes contre les ghettos et pour l'égalité" s’élance de Vitry-sur-Seine en hommage à Sohane Benziane, 17 ans, brûlée vive quelques mois plus tôt pour s’être affichée avec son petit ami. C’est le point de départ d’une marche qui, après 23 étapes en France, regroupera 30 000 personnes le 8 mars suivant à Paris. Décidé à briser le silence entourant la condition féminine dans les cités "difficiles", le mouvement dénonce les violences, les "tournantes" mais aussi les atteintes quotidiennes à la liberté.

 



02/02/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres