Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Les fontaines de Turelure.

 

 

 

 

Le majoral Jean-Claude Dugros, très aimablement, se propose de revenir sur l'article "Pélerinage" champêtre au Colombier de dimanche et surtout sur l'expression occitane "Qö es la font de Turalura ; tant que plèu l'aïga i dura" ; c'est à dire "C'est la fontaine de Turelure tant qu'il pleut l'eau y dure.


Les fontaines éparses, dont l'entretien, très souvent est inexistant ont tendance à disparaître. Nos ancêtres veillaient à leur pérennité mais, comme devant l'impossible nul n'est tenu, ils utilisaient cette expression imagée pour celles qui tarissaient.  

 

La fontaine de Péchaud en grande souffrance en septembre 2011. 

 

Turalura, Tiralira, Turlututu…

 

Un plaisir des sons sans guère de signification, en français comme en occitan. Quoique… peinture, ture-lure, peintur(e)lurer, ça ne vous rappelle rien ? Pareil pourconfiture, turelure…Remplacez « ture » par « tire », ou « lire » ou « lirou ». Et voilà le français « tourlourou », le nom du cabaret où Madelon vient nous servir à boire…

Le chant de l'alouette se dit en français le tirelis. Et en occitan, on trouve cettericancoina (rengaine), dans de nombreuses chansons :

I a una prada a dalhar, tiroliron-lalera,

I a una prada a dalhar, tirolilon-lalà…

o le célèbre

l’autre jorn io me permenava

tot lo long d’un turlututú

tot lo long d’un lonlonlà la lireta…

ou encore

Ce que fit le quatrième,

La lirette, la lirette…

On trouve dans les dictionnaires d'expression française la définition de turelure, « refrain de chanson » : C’est toujours la même turelure !. On dit aussi : c'est le même tirelis (l'alouette ne compose pas une nouvelle chanson chaque année !)

Turelure a donné le nom à un personnage que l'on trouve dans les farces (surtout françaises) anciennes. Le patronyme de Turelure est cité par Alphonse Daudet, Paul Claudel (L’Otage, Le Pain dur), Anatole France, François Mauriac, Louis-Ferdinand Céline. « Turlure » o « Turlur » est encore present dans les annuaires de Seine et Marne, Pas-de-Calais, Eure, Aisne e Nord. On en trouve aussi aux États-Unis.

Voici une liste non exhaustive de toponymes – qui correspondent bien souvent à un endroit qui n'est pas habité – relevés par notre ami Rigouste :La Turelureà Prinsuéjols (48), Pech de Turelure à Peyrillac-et-Millac (24), Turelure à Saint Cernin de Labarde (24), Lalbenque (46), Limogne (46), Saint Papoul (11), Lussan (30, nom d’un ruisseau),La Turlureà Bressuire (79), Persac (86), Turlure à Saint-Angeau (16), Loze (82), Le Bois de Turlure à Wiencourt (80), Les Turlures à Raix (16), Route des Turlures à Fontainebleau (77), Turluret à Escassefort (47), Hure (33), Le Turluret à Saint Martinla Rivière(86), Fosse Turluret à Villez-sur-le-Neubourg (27),La Turluretteà Lion-en-Sullias (45), Sauvigny-les-Bois (58), Turlurette à Saint Crépin (17), Yèvre-la-Ville (45), Turoluret à Montbrun-Bocage (31), Le Gros Turluron, Le Petit Turluron à Billom (63), Turluru à Hauteville-Lompnes (01), Les Turlurits à Coulgens (16), Turlurot à Abergement-la-Ronce (39). Sans compter les « Tirelire » (02, 17, 46, 62, 67, 74).

Parmi les patronymes encore portés, on trouve Turlut (54) et Turlutte (59, 62).

Les « Fontaine de Turelure » ne manquent pas : à Montmartre, à Cocherel (Seine et Marne), en Ardèche (« Fontane Turelure ») et bien d'autres…   En Périgord, à Saint-Méard de Dronne, Cazoulès (« Pech de Turelure »), Sainte-Orse, Marsac (« Fonturlure »)…

 

           

Le lavoir de Péchaud à sec aurait, certainement, besoin d'être rénové mais il paraît peu probable que la source fontaine de ce lieudit ait gardé la puissance nécessaire pour son alimentation. 

 

Le refrain s'est perdu mais il reste le proverbe cité à juste titre par Pierre Fabre. Et vous pouvez le chanter encore une fois :

A la Font de Turalura,

Tant que plòu, l’aiga li dura.

Hélas ! l’eau devient rare. Et même quand il pleut, les « turelures » ne coulent plus. Et on les oublie.

Et « Turalura » devient un mythe d'un endroit pas trop facile à travailler. C'est Mistral qui nous le dit dans un proverbe de son dictionnaire Lou Tresor dóu Felibrige :

« Terra de Turalura,

Quand plòu ven dura,

Quand solelha ven mòla,

Quand fa d’aura s’envòla. »

« La terre de Turelure, quand il pleut, elle devient dure, quand il fait soleil, elle devient molle, quand il fait du vent, elle s'envole. »

 

 

Jean-Claude Dugros

 

 

 

 

 

D'après un article en occitan de Michel Chadeuil paru dans la revue Paraulas de Novelum n° 122, genier 2009, pp. 10-14.

 

 






02/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres