Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Monplaisant a renoué avec ses racines occitanes.

 

 

CIMG4486.JPG

 

Robert Bellynck, le président d'Entrée des artistes, accueille et présente Pierre Martial.

 

"Entrée des artistes", à Monplaisant, a accueilli Pierre Martial ce samedi 22 février pour une conférence sur les grandes heures de l'Occitanie.

 

CIMG4485.JPG

 

Pierre Martial a cité l'épisode de la tentative d'assassinat de Waiffer, fomentée par Pépin le Bref, à Fongauffier, le jour des Rameaux de l'an 768, assassinat qui aboutit quelques jours plus tard, dans la Double, à Eygurande.

 

C'est au pas de charge qu'il présenta sa projection allant de l'époque préhistorique jusqu'aux dernières années où l'occitan était dans ses terres l'idiome naturel et dominant.

Que de brassages  et de péripéties en partant des Celtes, nos ancêtres gaulois, troublés par l'arrivée des légions romaines, suivie d'une Pax Romana, qui permit de grands chantiers, en passant par les migrations des Wisigoths, les flux de Pépin le Bref, de Charlemagne et l'incursion des Arabes. Notre langue, l'occitan, langue des poètes et des troubadours, survécut à tous ces tumultes et ceux qui suivirent dont la terrible Croisade contre les Albigeois. On notera que l'Édit de Villers-Cotterêts ne changea absolument rien dans notre ruralité et qu'hélas ce fut la première Guerre mondiale qui lui porta le plus rude coup.   

 

La projection d'images de Pierre Martial, accompagnée de la verve du conférencier, tint l'attention de son auditoire pendant plus d'une heure.

 

CIMG4484.JPG

 

L'auditoire sera attentif. On reconnait l'érudite Noëlle Grimbert passionnée par nos vieilles pierres.

 

Un seul regret le thème est trop riche pour permettre de s'attarder sur tant de grandes heures d'une Occitanie qui, dans notre pays, va de la Chalosse à la Haute Provence et du Bourbonnais aux Pyrénées ; sans parler de ses équilibres péninsulaires transalpin et ibérique.

 

CIMG4490.JPG

 

Olivier Boudy est revenu sur "les lieux du crime".

 

Il y avait beaucoup d'érudits dans la salle dont Olivier Boudy, le nouveau président du "Bornat du Périgord", accompagné de son épouse. Ce locuteur spontané d'occitan, apiculteur dans une autre  vie, thonacois, se dit Belvésois de cœur. Il fut principal-adjoint du collège Pierre Fanlac.

 

Texte et photos Pierre Fabre.

 



24/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres