Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Non au permis de Brive.

 

Non au permis de Brive ! 

 

Au pays des troubadours point de place pour les "vautours". Vigilance Périgord.

 

Pensez vous qu'il soit impératif de prendre le risque de sacrifier notre vallée de la Dordogne ! 

 

 

Image : http://www.eauvergnat.fr/la_dordogne

 

NON A LA RECHERCHE ET A L'EXPLOITATION DES GAZ NON CONVENTIONNELS ( DE SCHISTE OU DE HOUILLE)

 

Parmi les communes concernées on trouve toutes les communes du canton de Belvès et les communes des cantons voisins St Cyprien et Domme.

 


collectif non au gaz de schiste Martel, association Vigilance Périgord, collectif non au gaz de schiste Brive.

 

 

Pétition adressée à :

Mme D.BATHO, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

Mr A. MONTEBOURG, ministre du redressement productif

Mr J.BILLANT, préfet de Dordogne et préfet coordinateur

Mme S.THIBAULT, préfète de Corrèze

Mr B.GONZALEZ, préfet du Lot

 

Nous, collectifs citoyens du Lot , de la Corrèze et de la Dordogne, demandons le rejet du "permis de Brive" sollicité par la société Hexagon Gaz. 
Les populations de ces territoires s'inquiètent vivement des nuisances immenses et des pollutions de l'eau inévitablement liées à l'extraction des hydrocarbures non-conventionnels.

Nous affirmons que la priorité doit résider dans l’efficacité et la sobriété énergétique : nos besoins du présent ne doivent pas compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs.

Le permis exclusif de recherches d'hydrocarbures liquides et gazeux dit de Brive a été demandé en septembre 2010 par la société Hexagon Gaz domiciliée à Singapour. Il couvre une surface de 1777 km² environ, à cheval sur le nord du Lot, le sud de la Corrèze et le nord-est de la Dordogne.
Cette société dit rechercher du gaz de houille qui est, comme le gaz de schiste, un hydrocarbure non-conventionnel, c'est à dire contenu dans la roche-mère.

Pour ne pas tomber sous le coup de la loi du 14 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique, Hexagon Gaz dit qu'il « existe des méthodes alternatives » mais sans les développer.

La fracturation hydraulique est un procédé permettant d'augmenter la productivité des puits en y injectant des quantités colossales d'eau (environ 10 millions de litres) contenant de nombreux additifs chimiques. Interdite en France, mais pour combien de temps encore ? La loi interdisant la technique est actuellement attaquée en justice par le lobby pétrolier pour que l'interdiction soit déclarée comme non-constitutionnelle. "

Par ailleurs l'exploitation des gaz de roche-mère entraîne inévitablement, avec ou sans fracturation hydraulique, la pollution des nappes phréatiques alentours par les produits enfermés depuis des millénaires dans la roche-mère (méthane, arsenic, soufre, métaux lourds, éléments radioactifs).

Après différentes étapes, le permis pourrait être soumis au ministère pour validation d'ici à l'été 2013.

Des collectifs citoyens se sont formés dans chaque département et réagissent face à ce péril écologique, social et économique.
Nos contacts : 
pour le Lot, collectif de Martel : martel.nonaugazdeschiste@gmail.com
pour la Corrèze, collectif de Brive : nongazdeschistebrive@melomanis.com
pour la Dordogne, Vigilance Périgord : vigilanceperigord@laposte.net

Nous appelons tous les citoyens du Quercy, du Périgord et de partout ailleurs à se mobiliser, à signer et à faire circuler cette pétition.

D'autres actions sont menées. Contactez-nous.

 

collectif non au gaz de schiste Martel, association Vigilance Périgord, collectif non au gaz de schiste Brive    Contacter l'auteur de la pétition

*Prénom
*Nom de famille
*Ville
*Pays
*Adresse de courriel
Rendre publique votre signature ?
Votre adresse de courriel ne sera jamais affichée publiquement, ni divulguée à qui que ce soit.
 


26/05/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres