Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Plus qu'une conférence de presse, la presse fut spectatrice d'un pélerinage vert.

 

 

 

 

Léa Sud Ouest Sarlat.JPG Michel Lauvie.jpg journ Essor.jpg Bruno Ardoin.jpg

 

Léa Lhomme-Baschet. Sud Ouest

 

 Michel Lauvie. l'Écho Dordogne Nicolas Foucher. L'Essor sarladais Bruno Ardoin. France 3

 

Quand on parle d'un thème aussi sensible que celui de l'environnement il y a peu de probabilités pour qu'un large consensus se fasse.

Dimanche 15 septembre, au cœur de la forêt alluviale bordant la Dordogne et au piédroit de la vénérable digue protectrice du viaduc de Fayrac, la presse rencontrait les défenseurs de la Vallée de la Dordogne "remontés comme des pendules" sous les arbres bien plus que séculaires promis à l'abattage pour avancer dans le saccage déjà terminé en aval.

 

Les quatre représentants de la presse qui se devaient de rester dans une certaine réserve avaient face à eux quatre théoriciens  tous opposés au saccage mais dont on pouvait, cependant, discerner des motivations différentes. Tous, cependant, partagent le point de vue d'assister à un gâchis considérable le plus grand gâchis chevauchant les siècles. Si pour Philippe d'Eaubonne et Daniel Doublier il paraît permis de penser qu'il s'agit de sauvegarder, d'une part, la quiétude des châteaux et, d'autre part, l'essor du village de Beynac on perçoit un engagement beaucoup plus profond chez Bernard Bousquet et chez Isabelle Petitfils. Isabelle voit dans ce saccage non seulement un entêtement mais aussi une méthode expéditive qui ne laisse aucune chance à la faune de tenter de se soustraire à cette rupture de l'écosystème.

Pour Bernard, même en replantant, peut-on comparer pour les décennies à venir des arbres plus que séculaires judicieusement répartis harmonieusement par la sagesse de la nature avec des jeunes pousses, plantées avec une implacable rigueur géométrique ! 

 

De temps à autre une sonorisation troublait le calme de la vallée avec une simulation de ce que donnera, ou donnerait, l'arrivée de la voie d'évitement après le sacrilège. 

 

 

 

 

d'Eaubonne.jpg maire-adjt Beynac.jpg Bernard Bousquet.jpg Isabelle Petitfils.JPG

Philippe d'Eaubonne,

adversaire historique de la déviation

Daniel Doublier,

premier maire-adjoint de Beynac

Bernard Bousquet,

écologue

Isabelle Petitfils

résistante verte

 

 

Habituellement les conférences de presse ont lieu dans une salle où les représentants de la presse interrogent les décideurs de cet échange. Dimanche 16 septembre ce fut à pied d'œuvre que les journalistes ont suivi leurs interlocuteurs. Aujourd'hui je consacre, plutôt, ce rendez-vous à Isabelle Petitfils, personnage qui milite pour l'écologie en général et pour la sauvegarde de la Vallée de la Dordogne en particulier, et à Bernard Bousquet, écologue qui a impressionné par sa maîtrise du dossier, là, sous cette arche verte qui, à chaque instant, risque de voir choir la redoutable épée de Damoclès.

 

Les deux autres intervenants ne seront pas pour autant oubliés. Daniel Doublier qui, lui aussi, a soutenu avec force le contresens de ce gâchis sera amené, s'il le souhaite, à défendre dans un prochain article le point de vue de l'équipe municipale beynacoise. Philippe d'Eaubonne, lui aussi, sera consulté et s'il le souhaite également pourra revenir sur son opposition à ce contournement qui fait débat.

 

 

 

IMG_0178.jpg

 

Sans commentaire ! 

 

 

IMG_0099.jpg

 

En amorçant le parcours pédestre Alain Grenaille fait remarquer qu'il y a sur le sol une micro-émergence qu'il a désignée comme étant une vesse. C'est un champuignon. 

 

IMG_0101.jpg

 

La vesse identifiée par Alain Grenaille

 

IMG_0106.jpg

 

Nous sommes là dans une toute petite forêt alluviale.

 

IMG_0113.jpg

 

 

La soutenance de l'exposé de Bernard Bousquet sera une ode à la nature. 

 

IMG_0116.jpg

 

Léa, bien entendu, restera sur la réserve qui, bien entendu, échoit à une correspondante de presse d'un journal d'information.

 

IMG_0132.jpg

 

 

Pour bien se rendre compte il faut escalader la digue, ouvrage de 5,5 m de haut, avec une pente à 45 %.

 

 

 IMG_0131.jpg

 

 

 Pascal Tinon doit faire de l'accrobatie avec son matériel pour ne rien laisser au hasard.

 

IMG_0127.jpg

 

Bernard au pied d'un bouquet d'arbres

 

IMG_0120.jpg

 

 

Isabelle, depuis des mois, se démène pour éviter l'outrage à une nature que d'aucuns veulent saccager dans l'allégresse.  

 

IMG_0201.jpg

 

Au pied de la multi-séculaire digue que l'on imagine comme un vaisseau ou la nef d'une basilque  verte imaginez l'émotion des  "pèlerins verts" qui  croisent les doigts dans ce théâtre de la nature.

 

IMG_0129.jpg

 

Il faut"crapahuter" sur le faîte de la digue pour mesurer les craintes de ces chevaliers de l'environnement.

 

IMG_0137.jpg

 

Parmi les centaines, voire plus du millier, de visiteurs venus se rendre compte de  la préparation de la dévastation on a vu des pédagogues qui, semble-t-il, ne se contentent pas de l'unicité de la version officielle.

 

 

Dur, dur... la croisade verte continue.

 

 

Photos Pierre Fabre

 

 

 

 



19/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 196 autres membres