Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Retour en images sur la fête 2018

 

SAGELAT

La fête annuelle

dans le parc fongauffiérain

 

Au cours des siècles, les fêtes de campagne, lien assembleur de notre ruralité, ont bien changé. Rappelons leur origine qui se perd dans la nuit des temps à une époque où les évènements de la vie étaient fortement coordonnés par le rituel de l'Église.

Nos villages, paroisses d'antan, avaient un saint patron qui était celui de la paroisse. Ainsi Sagelat avait pour patron Saint Barthélémy, rien à voir avec le terrible massacre du 24 août 1572 voulu par les catholiques, a priori plus pour des raisons politiques que religieuses, qui souhaitaient "étriper" tous les huguenots. 

 

Saint Barthélémy, personnage admis dans les Évangiles, est donc bien antérieur à tous les schismes du second millénaire qui ont ébranlé la chrétienté.

 

Saint Barthélemy demeure encore de nos jours le patron des bouchers, des tanneurs et des relieurs,

 

Fongauffier, village bi-communal, n'a pas retenu Saint Jean-Baptiste, le patron paroissial de Monplaisant, qui, lui, avait pour lieu festif les hauteurs de la rive gauche de la Nauze, le 24 juin ou le dimanche qui suivait cette date.

 

Les fêtes de village n'avaient pas forcément une résonance relative à l'importance des bourgs. Les plus fréquentées étaient celles qui jouissaient des meilleures dates, Pâques, Siorac, Sauveterre, Trémolat, la mi-aôut, à Beynac, Capdrot, Villefranche. D'autres occurrences étaient aussi remarquées, le 22 janvier à St Vincent de Cosse ou le premier dimanche de février, à La Chapelle-Péchaud, pour autant que l'hiver ait une clémence pour ces dates.

Pour la fête patronale, on disait aussi fête votive, c'est pratiquement toujours sur une base religieuse que s'est imposé le choix de la date.  

Ces traditions sont pour la France latine originaires du Languedoc et de la Provence.

Quand notre pays, progressivement, s'est heureusement laïcisé on a rarement, pour ne pas dire jamais, retenu les grandes dates de la République, 1er mai ou 14 juillet pour supplanter l'embasement de la fête d'un village. Le poids des traditions oblige.  

 

 

Cliquez sur les images

pour suivre le reportage © de Bruno Marty.

 

 

00 - Titre.jpg

 

00.jpg

 

Il est 8h30 le village est bien sorti de son sommeil sauf pour deux de ses habitants, quadrupèdes félin et canin, qui prolongent leur nuit à l'entrée de leur demeure.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

01.jpg

 

La fête fut le matin sportive avec des V.T.T escaladant les montées sagelacoises. Sur ces vieux reliefs, issus du plissement hercynien, on trouve des escarpements qui ôtent la fraîcheur des randonneurs.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

02.jpg

 

Un petit retour en mêlant la préhistoire, la protohistoire et l'histoire dans ce bourg, jadis abbatial, où la soldatesque de Pépin le Bref échoua pour envoyer de vie à trépas Waiffer, le dernier duc d'Aquitaine qui osa défier le roi de France.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

03.jpg

 

Cette adorable fillette et  ce jeune garçon très fier de mériter l'amitié des poneys.

Photos © Bruno Marty

 

 

 

04.jpg

 

 

Autour de Didier Demol qui pendant des  heures travailla pédagogiquemento le bois et livra de belles toupies en donnant les noms locaux que ces jouets ont eu en occitanie ; baudufa, baldufa ou peyrinquette.

Photo ©  Bruno Marty

 

 

 

05.jpg

 

Tout près de la source qui est le pivot de ce village une future star escalade la barrière. Elle est adorable et fière de son papa. Dans ce village qui ne compte pas moins de cinq sources Manon était la fée des lieux.. 

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

06.jpg

 

Sophie est venue à la rencontre de son grand cousin qui, là, présenta ses créations artistiques sur bois dont de superbes bolets.

L'image suivante Pauline, une lycéenne grivoise, a remué, comme ses aïeules, le fer à gaufres pour le plus grand plaisir des autochtones et des derniers vacanciers.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

07.jpg

 

Isabelle, la maquilleuse de Bourlens, habituée de la fête, se fait de fort juvéniles amies.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

  

08.jpg

 

Le Loubéjacois Alain, la Sioracoise Marie-Noëlle et le Sagelacois Francis ont fait face aux multiples demandes de plateaux repas. 

Photo ©  Bruno Marty

 

 

 

09.jpg

 

La chevrière nous vient de Ste Foy et elle s'entretient de son activité avec une Carvésoise passionnée de produit du terroir. Georges, le spécialiste de la truffe s'entretient avec un passionné.

Georges, photo du bas, spécialiste de la truffe s'entretient avec un adepte de ce précieux champignon.

Photos © Bruno Marty

 

 

 

10.jpg

 

Les stands offrent des petits souvenirs ou des produits gastronomiques.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

11.jpg

 

Le gentil petit câlin séduit l'équidé tandis que son alter-ego semble attiré par un breuvage qui, manifestement, ne lui est pas destiné.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

12.jpg

 

Paul-Marie l'inamovible animateur des manifestations festives fongauffiéraine ici avec Maxou, son meilleur ami, qui  le suit partout.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

  

13.jpg

 

Les randonneurs cyclistes se retrouvent et se désaltèrent à la buvette après avoir affronté les montées sagelacoises.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

14.jpg

 

Il faut tendre le bras pour attraper la queue sdu Mickey.

Photo © Bruno Marty

 

 

 

15.jpg

 

Cela faisait plusieurs décennies qu'aucun manège pour les petits n'avait pointé son nez à Fongauffier.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

16.jpg

 

Bernard, à la cuisson, pendant plusieurs heures n'a pas eu le temps d'avoir froid.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

17.jpg

 

Plus de 120 convives à la grande tablée fongauffiéraine

Photo ©  Bruno Marty

 

 

 

18.jpg

 

Fanny, Dominique et Brigitte ; les clés de voûte de la fête

Photo ©  Bruno Marty

 

 

 

19.jpg

 

Les futurs archers à l'épreuve

Photo ©  Bruno Marty

 

 

 

20.jpg

 

Pour ces  compétiteurs, bleus ou jaunes, il fallait faire la chaîne pour garnir un pichet avec un gobelet percée.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

21.jpg

 

Il fallait agilement avec vélocité bâtir un mur avec des briques  en carton. Gare à la fragilité de la construction

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

22.jpg

 

On a bien travaillé et bien ri quand le mut tomba.

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

23.jpg

 

Comme un château de cartes !

Photos ©  Bruno Marty

 

 

 

24.jpg

 

La Nauze, souveraine des lieux, se glisse sous le pont de la République qui n'a pas pris une ride.

Photo ©  Bruno Marty

 

 

 



28/08/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 196 autres membres