Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Prise de commandement.

 

Elle est bien évanescente l'image du corps de la gendarmerie perçu dans l'imagerie populaire comme une institution bienveillante pour les puissants et à vocation répressive pour les plus humbles.

 

 

Cliquez sur les images.

 

 

 

 

Le jeune capitaine Jonnathan Limonet commande la cérémonie des couleurs. 

 

La gendarmerie, de nos jours, jouit d'un confortable crédit d'adhésion, surtout dans la France rurale, qui voit dans ces militaires une permanence de l'état républicain dont les missions multiples, parfois ignorées, veillent, par leur prévention, à la sécurité et à la tranquillité des populations. Le côté dissuasif garde cependant toute son importance et, pour prendre un petit exemple, qu'en serait-il de la violence routière s'il n'y avait une vigilance de la force publique pour rappeler que sans un code de la route respecté il n'y a plus du tout de sécurité sur la route !


 

Les couleurs ; toute une symbolique qui, bien au delà d'une étoffe qui est hissée sur un mat, rend hommage à la France profonde et républicaine de nos aînés. Notons -et c'est heureux- la féminisation progressive de ce corps.

 


Le capitaine Chopard, au centre, salue ses subordonnés venus lui rendre les honneurs.


Si notre ruralité est nettement moins affectée que les tissus urbains par les regrettables dérives de la société c'est probablement, voire  certainement, parce que les représentants de l'ordre gardent, bien qu'ils s'incrustent beaucoup moins longuement qu'autrefois dans leurs affectations, un riche et constant contact humain de proximité.

 

 

On reconnait, parmi les élus, représentant le Val de Nauze, Claudine Le Barbier, conseillère générale et régionale, et J-Pierre Riehl, maire de Siorac-en-Périgord.

 

Hier la cour de la compagnie de la gendarmerie sarladaise s'ouvrait aux invités, dont les élus et les correspondants de presse, pour la prise de commandement du capitaine Thierry Chopard. Cet officier, dauphinois par ses origines, après un séjour à l'état-major de la Région de Gendarmerie de Picardie, à Amiens, noue, depuis plusieurs mois, des relations avec les forces vives de notre arrondissement mais  c'était hier, 12 septembre, qu'il prenait d'une manière protocolaire ce commandement.

 

 

Thierry Chopard, Thierry Quintard et Dominique Christian. 

 

Cette manifestation coprésidée par Dominique Christian, sous-préfète de Sarlat, et le colonnel Thierry Quintard  fut, tout à la fois, discrète et solennelle. Voir réunis plusieurs dizaines de gendarmes de tous grades dans cette cour n'est pas tout à fait courant. La rigueur de l'ordre militaire n'empêchait nullement l'émotion, parfaitement contenue et maîtrisée, de l'officier pérennisé dans ses prérogatives.

 

Après le rituel, toujours saisissant, au niveau de la symbolique, des couleurs et des honneurs militaires c'est dans la salle de réception que la gendarmerie recevait ses invités pour les discours.

Le capitaine Chopard qui, ce jour là, fêtait son 46ème anniversaire, eut des mots de sympathie pour ses subordonnés et pour saluer ses invités. Le colonel Thierry Quintard ne manqua pas de rappeler que les gendarmes sont des militaires au service de la République 24 heures sur 24 et doivent donc toujours se tenir prêts. Il boucla son discours en souhaitant bon vent au capitaine Chopard.

 

 

Peut-on imaginer une justice cohérente s'il n'y a, pour instruire des dossiers complexes et douloureux, une parfaite osmose entre le parquet et la gendarmerie. Notre photo J-L Gadaud lors de son intervention.

 

  

Jean-Luc Gadaud, procureur de la République de Bergerac, représentant par ailleurs son collègue pétrocorien, sut mettre l'accent sur le professionnalisme du capitaine Chopard.

 

 

Thierry Chopard lors de sa prise de parole au vin d'honneur.

Pour clore Dominique Christian, notre sous-préfète, rappela que dans l'arrondissement qu'elle a l'honneur d'administrer il n'y a pas que des touristes en été, nous sommes hors façades maritimes, le bassin intérieur le plus prisé ; des entreprises y vivent et y travaillent.

 

Les gendarmes, certes, sont des militaires. Ils n'en constituent pas moins un lien indispensable pour notre vie courante et ce corps républicain, chaque jour davantage, sait et doit s'adapter à la modernité tout en gardant un pied solidement appuyé sur ses traditions.

 

 

Texte et photos Pierre Fabre 

 

 


Le capitaine Chopard est venu plusieurs fois dans notre Val de Nauze. Il a découvert le castrum de Belvès en situation sportive avec "Les 100 Km". Nous l'avons revu le 23 juin à Fongauffier pour l'inauguration du Mémorial de la Résistance. Thierry Chopard accompagne le devoir de mémoire et il compte bien souligner le rôle des gendarmes qui ont pris part à la Résistance. Certains y ont laissé leur vie. La brigade de Rouffignac en est un exemple pour l'arrondissement. 



13/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres