Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Raymond Boyer fut une figure monplaisanaise.

 

MONPLAISANT

 

Copie de Sangliers de Belvès 1962.JPG

 

Raymond Boyer est au rang supérieur, le quatrième en partant de la gauche.

 

Jean-Bernard Lalue, maire de Monplaisant -et condisciple scolaire d'Éric Boyer, fils de Raymond Boyer- en empruntant au poète Louis Aragon, l'aphorisme, judicieusement choisi, "L'avenir aujourd'hui m'est plus obscur que jamais. Je ne songe point à l'accorder à mon passé, je ne songe qu'à cette minute qui me brûle. Je sais à tout instant ce qui meurt, et je ne crois pas que quelque chose un jour renaisse", a rendu l'hommage le plus adéquat à Raymond Boyer, citoyen qui affirmait volontiers son ascétisme et son agnosticisme progressiste et républicain,

 
Raymond Boyer nous a quittés le 28 octobre à Belvès. Il avait un fils et deux petits-enfants.

 

Raymond vit le jour le 27 septembre 1934 à Sarlat. Interpellé, comme tant d'autres de sa génération, il dut effectuer son service militaire en Algérie pendant ces années où sur l'autre rive de la Méditerranée les mouvances "rebelles" à la directive présence européenne entendaient recouvrir une légitime souveraineté pleine et entière pour leurs pays.  Dès son retour à la vie civile Raymond intégra le personnel de l'intendance du collège de Belvès. Il connut l'ancien établissement, au dessus des remparts, puis au cœur des années 60, migra vers les hauteurs de Pierre Fanlac. Raymond Boyer, 3ème ligne du XV belvésois, fit partie de la mémorable épopée de 1962 quand les Sangliers de Belvès obtinrent, à Montluçon, le titre de champion de France 3ème série.

Raymond souhaitait que sa sépulture fut strictement civile, laïque, républicaine et sobre.

 

C'est en respectant à la lettre son désir d'obsèques exclusivement discrètes, sans le moindre lustre floral, que son fils et ses amis l'ont accompagné ce jeudi 30 octobre au petit cimetière de Monplaisant. Après sa crémation Raymond  tenait à ce que ses cendres reposent, dans le columbarium municipal monplaisanais. Ses cendres sont les premières à avoir été déposées dans ce carré du jardin du souvenir.

 



06/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres