Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Réception de la station d'épuration.

 

MONPLAISANT

La station d'épuration, nouvelle génération,

du Moulin de Gamot*,

opérationnelle depuis juillet, est réceptionnée.

 

PICT0189.jpg

Filtres à sable plantés de roseaux. Leur rôle est d'épaissir les boues.

 

Le chantier a duré près d'un an mais il était impératif pour plusieurs raisons. La station qui a traité les eaux usées pendant un demi-siècle était parvenu à ses limites; voire les avait dépassées.

Il était donc nécessaire pour l'environnement et, au premier chef, la sauvegarde de la Nauze de l'abandonner pour en créer une autre ou de la régénérer; chantier beaucoup plus complexe pour faire cohabiter la vétusté de l'ancienne avec la mise en place de la nouvelle.

 

PICT0192.jpg

Clarificateur avec son pont racleur. Son rôle est de concentrer les boues pour libérer une eau claire à rejeter dans la rivière. On peut remarquer que l'on a conservé l'ancien bassin à boues activées. Celui-ci  est couvert. Il sert de bassin tampon régulant les trop forts débits d'eaux usées collectées lors des épisodes d'une forte pluviométrie ou orageux. Il est vidé par des pompes avec un débit limité injecté progressivement dans la filière du traitement.

 

C'est pourtant cette voie qui a été retenue. Sur le plan technique on peut regretter que cet ouvrage ne soit pas accessible par le phénomène de la gravité pour la totalité des eaux usées à traiter. En effet pour le village de Fongauffier, qui est quelques mètres plus bas, il faudra, comme par le passé, faire remonter ces eaux souillées par un système de relevage. Celui-ci ne doit pas poser de problème -et son coût n'apparaît pas être démesuré- sauf si l'énergie vient à manquer comme ce fut le cas pendant plusieurs jours en décembre 1999.

 

PICT0205.jpg

 

Bassin à boues activés par bullage sous pression d'air.

 

_____________________________

 

 

Cette station régénérée devrait connaître une espérance de vie d('au moins 50 à 60 ans. Les calculs de variantes ont porté sur vingt ans.  

Rappelons que cet important chantier fut voulu par la communauté de communes Nauze-Bessède présidée par Serge Orhand.

Infraconcept, piloté par David Gomez, a assisté Hydrel, le maître d'ouvrage. Cette société buissonaise est managée par Mathieu Praderie qui s'honore de ses racines monplaisanaises.

 

Ce regard sur cette station d'épuration régénérée fut l'objet de toute l'attention de notre ami Maxime Carbonnier qui a bien voulu apporter sa précieuse collaboration et obligeamment offrir ses images de drone. Qu'il en soit chaleureusement remercié.

 

Pierre Fabre.

 

 * Le Moulin de Gamot, lieudit monplaisanais, sous la gare de Belvès. Du début du chemin de fer (1863) à la Guerre de 1939/45 il y avait là la station de relevage de l'eau pour les locomotives à vapeur.  



23/10/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres