Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Résultat de l'élection municipale partielle de Cladech.

 

CLADECH

 

 

Hier dimanche 29 janvier les Cladéchois ont voté pour compléter le conseil municipal afin de pouvoir recomposer une municipalité après le décès de Richard Barland, maire depuis mars 2008.

Denis Monribot, qui a obtenu 34 voix, a été proclamé élu, dés le premier tour, avec 65,38 % des suffrages. Jacques Allègre, pour sa part, a obtenu 16  suffrages, c'est-à-dire 30,67 % des exprimés. Romain Genson, qui, lui, n'avait pas déposé de candidature, a néanmoins, obtenu 2 suffrages.

Denis Monribot.

 

Le nouvel élu estime, selon ses termes, que Cladech a donné "une écrasante victoire à la gauche".

Il ne viendrait, probablement, à personne l'idée de contester le score sans appel de cette consultation électorale. De là à lui appliquer les contours des lignes des diverses sensibilités hexagonales il y a un pas que, raisonnablement, tous n'oseraient pas franchir. En effet la nature même des élections municipales, surtout dans la ruralité la plus profonde, n'épouse pas systématiquement –et de loin s'en faut- les lignes de fracture des élections nationales même si, souvent, on retrouve, implicitement mais non avoués, dans les exécutifs municipaux, les grands clivages. Par ailleurs, a priori, aucun des deux candidats déclarés n'avait décliné d'appartenance formelle ; même si dans les campagnes on se plait d'identifier, parfois hâtivement et à tort, l'apparentement des familles.

 

Si l'on prend le risque irréfléchi et fantaisiste de comparer, ce qui n'est absolument pas comparable, la dernière élection présidentielle et l'élection partielle d'hier, on pourra noter que la candidate mitterrandiste avait obtenu, il y a 5 ans, 69,33 % des suffrages exprimés, c'est-à-dire, à très peu de chose près, l'addition des suffrages Monribot-Genson et si l'on a la présomption, totalement gratuite, plus qu'hasardeuse, de rapprocher le socle du président sortant à l'impact des suffrages de Jacques Allègre on pourrait estimer que Cladech n'a pas bougé d'un iota.

Cet exercice, hautement imprécis, l'est d'autant plus que, seulement, 68,42 % des Cladechois ont voté contre 100 % en mai 2007.  

 

En félicitant le nouvel élu nous donnons rendez-vous, en principe, vendredi pour connaître le nouvel exécutif municipal.

 

P.F



30/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres