Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Pour la Saint-Sylvestre "Vive les colombes".

Notre calendrier, le calendrier grégorien, est-il besoin de le préciser, est un calendrier dont les fondements s'appuient sur la religiosité chrétienne.

 

Je me suis longtemps demandé pourquoi l'Église qui a récupéré les fêtes païennes, dont Noël, a laissé le 1er janvier se caler sur une date purement arbitraire car il n'y a rien de particulier ce jour là ! Quoi que…

 

En effet si l'on repart vers la Rome antique en -153 le consul ordinaire entre en charge le 1er janvier et non plus le 1er mars. Ce premier jour de l'année consulaire est définitivement fixé.

 

 

Sainte-Colombe-en-Bruilhois. Le petit village de Sainte Colombe, tout près d'Agen ne sera pas perurbé de si tôt, par le T.G.V transversal ; celui-ci s'approche des calendes grecques. Pour l'heure notre gouvernance a bien d'autres pistes, dont son combat en règle pour mériter la "vassalité zélée" de ses partenaires verts à N.D des Landes en imposant son aéroport pharaonique aux portes de Nantes. Plus tard il aura à disserter sur la justice de l'augmentation de la T.V.A, ce serait tout de même un paradoxe injuste que seuls les riches, dans un pays dont le gouvernement "sacralise" le libéralisme, puissent payer des impôts, et à rassurer ses cumulards qui se sacrifient pour l'intérêt général.

 

Oui mais le 1er mars c'est, aussi, le premier jour du calendrier julien. En 46 avant J.C., Jules César décide de remplacer le calendrier lunaire, jusque-là en vigueur, par un calendrier solaire, dit "julien" (du nom de l'empereur). Tout comme notre calendrier actuel, il est divisé en 12 mois et 365 jours, une journée supplémentaire étant ajoutée tous les quatre ans (année bissextile). Seule différence : le premier jour de l'année est fixé au 1er mars ; mois très important à Rome car associé au dieu de la guerre. 

 

Bien plus tard le pape Grégoire XIII conçoit son calendrier ; le calendrier grégorien. Il est aujourd'hui le calendrier utilisé dans la majeure partie du monde. C'est un calendrier solaire imaginé pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien alors en usage. Adopté à partir de 1582 dans les États catholiques, puis dans les pays protestants, il finit par se placer un peu partout au début du xxème siècle. La puissance occidentale, peu regardante au niveau de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme et du citoyen, s'étant imposée un peu partout sur notre planète.

 

 

Le Lot baigne les pieds de St Sylvestre-sur-Lot mais les ultimes carrés sylvestres de cette contrée du Villeneuvois sont loin de ce bourg.

Photo http://www.ranjirano.net/2011_09_22_archive.html

 

Et nos saints. Le 1er janvier on ne trouve pas de traçabilité de saint ou de sainte. Le 31 décembre, lui, honore la Saint-Sylvestre, on devrait dire le Saint-Sylvestre, bien sûr, et, moins connue, la Sainte-Colombe ; plusieurs références sur ces saintes. Saint Sylvestre aurait été porté, au moins, par sept personnages mystiques.

Agnostique je laisse aux experts religieux autorisés le loisir de disserter sur ces personnages. Retenons, néanmoins, qu'ils sont associés à des thèmes qui passionnent ; la forêt, qui est malmenée sur notre planète, et la paix ; malheureusement toujours fragile.

 

 

Description de l'image  Gaspard monge litho delpech.jpg. 

Et notre calendrier. Dans notre République, théoriquement laïque, le calendrier grégorien a destitué, grâce à l'ambition sans limite et à l'ire du général félon qui assassina notre 1ère République le 18 Brumaire, le calendrier républicain. Pour ce calendrier, le 31 décembre, était le jour du granit. Le lendemain étant le jour de l'argile. Avouez que mon illustre homonyme avait de l'idée pour mettre en poésie le calendrier strictement laïque inventé par Monge.

 

 

Le malheur c'est que l'organisateur du mouvement céleste n'avait sans doute que faire du calendrier et avait cure des préoccupations humaines. Il fit donc tourner ses planètes autour de leur astre sans se soucier des calculs compliqués qu'il impose pour se retrouver dans cette mobilité perpétuelle. C'est pour cela que les solstices et les équinoxes interviennent à des heures variables. Si le brillantissime mathématicien Gaspard Monge a bien retenu le solstice d'hiver pour le premier jour calendaire l'affaire se complique pour équilibrer la suite. L'organisateur du mouvement céleste n'a pas su attendre le génie de Charles de Borda pour donner à notre calendrier le rationalisme du système métrique et, ainsi, faciliter le repérage du commun des mortels.

 

Demain : Au gui l'an neuf.

 



31/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres