Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Retour sur les journées du Patrimoine (1/4).

 

MERLE

 

Pour la 31ème édition des Journées du Patrimoine l'AROEVEN, une fois encore, a voulu réaffirmer le positionnement du site de Merle dans l'historicité minière locale et il importe que la population n'oublie pas ce passé.

 

CIMG6754.jpg

 

 

Au repas des mineurs on reconnaît Georges Fongauffier un des derniers survivants de cette épopée minière.
 

 

Après le repas des mineurs, pris sur le parvis du bâtiment principal de l'AROEVEN, la soirée s'est poursuivie avec un spectacle de très haut niveau composé par Jean Bonnefon et Patrick Salinié.

 

CIMG6756.jpg

 

Devant les fours à chaux Isabelle souhaite la bienvenue au public qui occupe le théâtre de verdure. L'AROEVEN et les artistes auraient mérité d'être beaucoup plus chaleureusement accompagnés pour cette extraordinaire soirée.

De gauche à droite Isabelle Petifils, J-Pierre André, Petit patrimoine de Cladech, maire de Cladech et François Muňoz.

 

En préambule après les mots d'accueil de la directrice, Isabelle Petitfils, et de François Muňoz, de la délégation régionale de l'AROEVEN, Jean Bonnefon se plut à remarquer la judicieuse place qu'Isabelle a donné à ces journées du patrimoine en y incluant la culture occitane.

 

CIMG6767.jpg

 

Fascinants, émouvants, magnifiques... les mots me manquent.

 

Jean Bonnefon, pendant plus d'une heure, a donné à ces vieilles pierres, devant les vestiges des fours à chaux adroitement restaurés, une valeur ajoutée par la qualité du spectacle qu'il porta avec son compère Patrick Salinié.

 

Patrick a su donner à notre Dordogne le rang qu'elle occupe. N'oublions pas que notre Dordogne, bijou patrimonial reconnue comme fleuve, il y a plus d'un demi-siècle est un phénomène d'exception avec son mascaret. Patrick s'est autorisé quelques licences poétiques en la conduisant, tour à tour, à la Manche, à la Mer Noire et il la conduisit même à l'autre bout de l'Eurasie.

 

 CIMG6759.jpg

 

Un décor à la dimension de ce patrimoine imparfaitement connu adroitement mis en valeur.

 

Ce fut une promenade historique, en occitan, bien sûr, mais superbement relayée en français par les artistes, qui accorda même une fenêtre à la préhistoire avec Lascaux. Nous avons suivi les bouviers du Moyen-âge, les conscrits appelés à mourir loin du Périgord pour satisfaire le délire de l'assassin de la République, l'Homme du 18 Brumaire. Nous avons, aussi, entendu la plainte d'une bergère, dont le promis avait perdu la vie sur un champ de bataille, "corrigeant" le fils du roi ému par la beauté du chant de la pastourelle. Jean et Patrick, métamorphosés en curieux troubadours, sont revenus sept siècles après la désastreuse croisade de 1214 seulement pour livrer les rigoureux et vertueux Périgordins aux fantaisies lubriques de Lucifer.

Les artistes ne pouvaient faire l'impasse sur la mine et ont rendu hommage aux travailleurs des antres de la terre.   

Le pamphlet du conteur suivit Louise Michel de la Commune de Paris en Nouvelle Calédonie où, aujourd'hui, les Kanaks ont placé un peu de rouge dans leur emblème pour honorer ce personnage d'exception.

 

Jean fut très émouvant lorsqu'il parla de Sarah fillette alsacienne, venue en Périgord, pour fuir la peste brune. Un jeune garçon du Périgord, amoureux de Sarah, la magnifia en la nommant Stella. Cette promotion au rang des étoiles ne lui permit pas d'échapper aux barbares, vêtus d'habits noirs, qui l'emportèrent en voiture vers un lieu inconnu d'où elle ne revint jamais.

 

CIMG6770.jpg

 

L'AROEVEN et les artistes auraient mérité d'être beaucoup plus chaleureusement accompagnés pour cette extraordinaire soirée.

 

 

Jean et Patrick ont bouclé leur spectacle avec Brassens. "Toi l'Auvergnat" fut l'ultime moment musical de la soirée.

 

Inoubliable.

 

Photos Pierre Fabre.



22/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres